Mix de pièces et travail sur l’électronique pour Márquez

Le pilote Honda s’est dit satisfait du test officiel de Barcelone, qui a été très chargé pour lui, le HRC l’ayant fait travailler sur plusieurs axes pour préparer la machine à la fois pour la fin de saison et pour 2020.

Mix de pièces et travail sur l’électronique pour Márquez

Au lendemain de sa victoire à domicile, Marc Márquez a repris la piste pour mener un important travail d’essais lors de la journée de test qui s’est tenue sur le circuit de Barcelone. Honda en a profité pour comparer ses machines en mixant certaines pièces de la RC213V de Takaaki Nakagami avec celle de l’Espagnol afin de réaliser un mix dont le retour d’informations a été bénéfique en vue de l'an prochain. Auteur du troisième temps au terme de la journée, Márquez s’est montré positif quant au travail mené.

Lire aussi :

Mix, châssis et électronique

"Pour moi les tests de Barcelone et de Brno sont les plus importants pour l’année en cours, c’est pourquoi nous avons beaucoup travaillé et essayé beaucoup de choses", a-t-il expliqué avant de préciser l’idée générale du box : "Le HRC a fait un mélange de choses pour essayer de comprendre la direction à prendre pour l'avenir. Globalement, l'une des pièces, qui était l'arrière, était avec le carénage 2018. C'était le carénage de Nakagami. On n'en avait pas ici et pour ne pas en apporter un nouveau, on a juste mis celui-là. Il s'agissait juste d'essayer différentes choses de 2018 et 2019, un mélange, simplement pour comprendre des choses pour l'avenir."

En plus de cela, le Champion du monde en titre a testé un nouveau châssis ainsi que de nouveaux éléments aérodynamiques en vue d’une future homologation. Mais l’autre axe majeur de cette journée s’est basé sur l’électronique, qui reste le point faible de la RC213V à présent que plus de puissance a été trouvée pour cette saison. "Pour le moment, il faut qu'on travaille un peu plus. On a un nouveau moteur, mais il faut encore qu'on comprenne bien comment utiliser cette puissance", a déclaré Márquez à Sky. "C'est un moteur qui envoie beaucoup, dont la vitesse de pointe est élevée, qui a de la puissance, mais il faut qu'on comprenne comment bien travailler avec cette puissance quand on arrive sur des circuits, comme celui-ci. Ici on a eu un peu plus de mal, parce que le grip était faible et, avec peu de grip, la Suzuki et la Yamaha étaient très fortes."

Si le grip était en revanche très bon ce lundi, le Catalan est malgré tout parti à la faute en milieu de journée. "J’ai chuté lorsque j’étais le plus lent", a-t-il raconté. "J’ai baissé d’un niveau, peut-être d’intensité ou de concentration car on essayait des choses, certaines importantes, certaines de concept général, et arrivé dans le virage 4 j’ai perdu l’avant. Heureusement je ne me suis rien fait et j’ai pu continuer à tester, mais cela m’a réveillé et j’ai repris avec la même intensité." Il a donc été plus chanceux que son coéquipier, Jorge Lorenzo, dont la chute a été plus violente. Les deux hommes n’ont par ailleurs mené aucun travail d’équipe, même s’ils ont parfois coïncidé en piste.

Bilan positif

Au terme de cette journée, les signaux sont au vert pour Marc Márquez, comme il l’a expliqué au site officiel du MotoGP : "Les conclusions sont positives, nous avons essayé pas mal de choses. Nous avions trois motos différentes et petit à petit nous avons bien interprété la piste, nous avons vu ce que nous devions essayer et comment, et je crois que nous avons fait un petit pas en avant. Il y a encore des choses à améliorer, ce sur quoi nous travaillons le plus lors des week-ends de course et qui nous fait ‘perdre du temps’. Nous avons essayé d’améliorer ce point, qui est plus l’électronique."

Le pilote espagnol a travaillé à la fois pour trouver la bonne direction à suivre pour 2020, et à la fois pour la deuxième partie de la saison avec le nouveau châssis. Après ce "très bon test" qui lui a permis de recueillir "beaucoup de nouvelles informations", il ne reste plus qu’à savoir si les améliorations fonctionneront sur d’autres pistes, et ce dès le prochain Grand Prix, à Assen, les 28, 29 et 30 juin prochains. "Il faut qu'on fasse la réunion maintenant", a-t-il tempéré.

"Pour le moment [je dirais qu'on pourrait utiliser] certaines nouvelles pièces, mais pour ce qui est du châssis il faut encore qu'on comprenne parce que quand on se sent bien, quand on se sent prêt et qu'on gagne des courses, il faut être patient avant de faire de gros changements. Peut-être qu'il vaut mieux le tester à nouveau sur un autre circuit, lors d'un autre test. On verra à Assen, parce que peut-être qu'on arrivera là-bas, qu'on sera dans une bonne position et qu'on pourra alors essayer. Mais il faut qu'on soit patients et qu'on essaye de bien comprendre."

Avec Léna Buffa

partages
commentaires
Nouvelle chute pour Lorenzo, qui ne veut pas s’alarmer
Article précédent

Nouvelle chute pour Lorenzo, qui ne veut pas s’alarmer

Article suivant

Obnubilé par le podium, Crutchlow en a trop fait

Obnubilé par le podium, Crutchlow en a trop fait
Charger les commentaires
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021
Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda Prime

Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda

Il fut un temps où Honda était la destination toute tracée des jeunes talents de la moto mais deux de ses rivaux, KTM et, dans une moindre mesure, Ducati, ont pris le contrôle de ce marché. Cette évolution aura-t-elle des conséquences sur l'avenir du MotoGP ?

MotoGP
16 oct. 2021
Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage Prime

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a profondément fait évoluer son pilotage pour retrouver la victoire après sa blessure. Celui qui a dominé la dernière décennie du MotoGP devra peut-être le faire à nouveau s'il veut redevenir un prétendant au titre, la marge de progrès dans sa condition physique se réduisant.

MotoGP
7 oct. 2021
Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ? Prime

Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ?

Le retour du MotoGP en Amérique pour la première fois depuis 2019 ne se passe pas aussi bien que prévu, les pilotes s'inquiétant de la sécurité à l'issue des essais du vendredi.

MotoGP
2 oct. 2021
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021