Pneu soft, couple accru : les piliers du succès de Márquez au Mans

Les nombreux développements apportés à la Honda permettent au pilote espagnol d'évoluer toujours plus en confiance, et de gagner en compétitivité.

Pneu soft, couple accru : les piliers du succès de Márquez au Mans

Lors du Grand Prix de France, Marc Márquez aura livré une nouvelle leçon de stratégie à ses adversaires, faisant le dos rond durant la première partie de la course, avant de filer à l'anglaise lors de la seconde, lorsque la première place lui était acquise. Une telle aisance dans la gestion des épreuves témoigne à n'en point douter d'une confiance sans faille dans le matériel qui lui est confié.

Lire aussi :

On le sait, la Honda est une machine taillée sur mesure pour le pilote espagnol, mais elle n'est pas parfaite et exempte d'améliorations pour autant ! Le numéro 93 a en effet eu l'occasion de s'étendre durant le week-end sur les nombreux domaines en travaux sur la RC213V, pointant çà et là quelques faiblesses persistantes et faisant preuve d'un grand réalisme quant aux conditions qui ont pu favoriser sa performance.

Plus de couple pour le moteur

Il y a d'abord le moteur qui, après avoir gagné en puissance l'an dernier, dispose cette année d'un meilleur couple, idéal pour les phases d'accélération dont regorge le Circuit Bugatti. "L'an dernier, nous perdions du temps dans certains domaines, mais cette année nous avons compensé tout cela", explique Márquez. "Il reste bien sûr quelques petites faiblesses, mais l'un des points faibles par rapport à Ducati était le moteur, et cette fois-ci nous en avons un meilleur. Cela me donne la confiance nécessaire pour me battre d'une manière différente et réaliser les chronos d'une autre façon."

La confiance accrue de l'Espagnol a aussi pu être observée lorsque celui-ci a recouru au pneu soft à l'avant de sa monture lors de la course. Ce n'était, certes, pas la première fois, mais c'est suffisamment rare pour être souligné, car d'habitude, le style agressif du pilote Honda s'accommode peu des mélanges trop tendres, voués à se dégrader rapidement en cas de pilotage agressif.

Lire aussi :

Mais cette fois-ci, bien aidé certes par la faiblesse du mercure, Márquez a eu tout le loisir de chausser ce composé en course sans trop s'inquiéter pour les derniers tours. "J'ai utilisé le pneu soft à l'avant, et cela veut dire que vous ne pouvez pas faire surchauffer l'avant", a expliqué l'Ibère, qui estime qu'une mise à niveau par rapport à la concurrence a été effectuée cette année afin d'éviter la surchauffe. "C'est quelque chose dont nous n'étions pas capables auparavant comparé aux Ducati ou aux Yamaha. Maintenant nous y arrivons. L'an dernier, nous essayions de faire les temps au tour dans les zones de freinage, et cette année nous perdons peut-être un peu [sur ce point] mais nous gagnons plus ailleurs. Ce n'est pas si mal, car les zones de freinage sont toujours une source de risques, et le risque fait qu'il est difficile d'être constant."

"Cela veut dire beaucoup", poursuit Márquez. "L’an dernier, la piste frôlait les 40°C, et cette année nous n’étions qu’à 20°C. Comme je l’ai dit, nous sommes capables de piloter de différentes façons vu que nous avons plus de [puissance] moteur et il ne faut pas tout aller chercher au freinage, il est possible de piloter autrement. C’est sur ce point que nous essayons de gérer, afin de ne pas être trop explosifs sur un tour et d’être plus réguliers au niveau de notre rythme."

Un nouveau châssis qui reste à valider

Marc Márquez, Repsol Honda Team, Jack Miller, Pramac Racing

Le moins que l'on puisse dire en effet, c'est que le Champion du monde en titre a roulé tel un métronome, enchaînant les tours en 1'32, ce qui l'a bien aidé à prendre le large face à des concurrents qui s'écharpaient pour les accessits. On le voit donc bien, sur une piste au profil jadis peu favorable à la Honda, Márquez a pu faire mouche cette année, et promet d'être très difficile à battre dans ces conditions cette saison.

C'est d'autant plus le cas qu'un nouveau châssis est actuellement à l'étude du côté de la marque à l'aile dorée. Il était d'ailleurs déjà présent au Mans, mais n'a pour l'instant pas fourni de progrès tangibles selon le vainqueur de la course. Ce nouveau châssis sera toutefois de nouveau mis à l'épreuve lors des prochaines manches, à titre comparatif et pour savoir s'il peut se révéler pertinent sur des pistes aux caractéristiques différentes.

"J'ai essayé le châssis noir, mais c'était juste pour avoir une première impression", assurait ainsi Márquez après les premiers essais libres. "C'est une sorte de prototype, quelque chose que nous essayons de comprendre chez Honda, et c'était déjà juste pour leur fournir un premier retour. Il y a une bonne chose, c'est que mon retour était très similaire à celui de Bradl, et c'était très important."  

Lire aussi :

"Bien sûr, quand vous essayez une modification c'est pour trouver plus de performance. Pour le moment, cela m'apporte le même niveau de performance, mais aussi le même feeling. Mais parfois c'est un peu comme une surprise. Le feeling est très similaire à notre châssis standard. Il y a de petites différences en termes de sensations et de performances cependant, que je dois encore vérifier sur d'autres pistes."

Dès lors, il sera intéressant de voir si l'ensemble de ces progrès pourront faire la différence sur un autre circuit ne permettant normalement pas à la Honda d'exprimer tout son potentiel : le Mugello, où le MotoGP se rendra la semaine prochaine. Márquez ne s'y est imposé en effet qu'à une seule reprise, en 2014 lors de sa période de longue invincibilité. Mais nul doute que celui-ci a dans l'idée de doubler la mise en Italie cette année…

Avec Charlotte Guerdoux

partages
commentaires
Petrucci : "C'est vrai, Ducati aurait préféré qu'on fasse 1er et 2e"
Article précédent

Petrucci : "C'est vrai, Ducati aurait préféré qu'on fasse 1er et 2e"

Article suivant

Du mieux pour Tech3, dans les points et "juste derrière" Zarco

Du mieux pour Tech3, dans les points et "juste derrière" Zarco
Charger les commentaires
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021
Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda Prime

Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda

Il fut un temps où Honda était la destination toute tracée des jeunes talents de la moto mais deux de ses rivaux, KTM et, dans une moindre mesure, Ducati, ont pris le contrôle de ce marché. Cette évolution aura-t-elle des conséquences sur l'avenir du MotoGP ?

MotoGP
16 oct. 2021
Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage Prime

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a profondément fait évoluer son pilotage pour retrouver la victoire après sa blessure. Celui qui a dominé la dernière décennie du MotoGP devra peut-être le faire à nouveau s'il veut redevenir un prétendant au titre, la marge de progrès dans sa condition physique se réduisant.

MotoGP
7 oct. 2021
Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ? Prime

Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ?

Le retour du MotoGP en Amérique pour la première fois depuis 2019 ne se passe pas aussi bien que prévu, les pilotes s'inquiétant de la sécurité à l'issue des essais du vendredi.

MotoGP
2 oct. 2021
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021