Pneu soft, couple accru : les piliers du succès de Márquez au Mans

Les nombreux développements apportés à la Honda permettent au pilote espagnol d'évoluer toujours plus en confiance, et de gagner en compétitivité.

Pneu soft, couple accru : les piliers du succès de Márquez au Mans

Lors du Grand Prix de France, Marc Márquez aura livré une nouvelle leçon de stratégie à ses adversaires, faisant le dos rond durant la première partie de la course, avant de filer à l'anglaise lors de la seconde, lorsque la première place lui était acquise. Une telle aisance dans la gestion des épreuves témoigne à n'en point douter d'une confiance sans faille dans le matériel qui lui est confié.

Lire aussi :

On le sait, la Honda est une machine taillée sur mesure pour le pilote espagnol, mais elle n'est pas parfaite et exempte d'améliorations pour autant ! Le numéro 93 a en effet eu l'occasion de s'étendre durant le week-end sur les nombreux domaines en travaux sur la RC213V, pointant çà et là quelques faiblesses persistantes et faisant preuve d'un grand réalisme quant aux conditions qui ont pu favoriser sa performance.

Plus de couple pour le moteur

Il y a d'abord le moteur qui, après avoir gagné en puissance l'an dernier, dispose cette année d'un meilleur couple, idéal pour les phases d'accélération dont regorge le Circuit Bugatti. "L'an dernier, nous perdions du temps dans certains domaines, mais cette année nous avons compensé tout cela", explique Márquez. "Il reste bien sûr quelques petites faiblesses, mais l'un des points faibles par rapport à Ducati était le moteur, et cette fois-ci nous en avons un meilleur. Cela me donne la confiance nécessaire pour me battre d'une manière différente et réaliser les chronos d'une autre façon."

La confiance accrue de l'Espagnol a aussi pu être observée lorsque celui-ci a recouru au pneu soft à l'avant de sa monture lors de la course. Ce n'était, certes, pas la première fois, mais c'est suffisamment rare pour être souligné, car d'habitude, le style agressif du pilote Honda s'accommode peu des mélanges trop tendres, voués à se dégrader rapidement en cas de pilotage agressif.

Lire aussi :

Mais cette fois-ci, bien aidé certes par la faiblesse du mercure, Márquez a eu tout le loisir de chausser ce composé en course sans trop s'inquiéter pour les derniers tours. "J'ai utilisé le pneu soft à l'avant, et cela veut dire que vous ne pouvez pas faire surchauffer l'avant", a expliqué l'Ibère, qui estime qu'une mise à niveau par rapport à la concurrence a été effectuée cette année afin d'éviter la surchauffe. "C'est quelque chose dont nous n'étions pas capables auparavant comparé aux Ducati ou aux Yamaha. Maintenant nous y arrivons. L'an dernier, nous essayions de faire les temps au tour dans les zones de freinage, et cette année nous perdons peut-être un peu [sur ce point] mais nous gagnons plus ailleurs. Ce n'est pas si mal, car les zones de freinage sont toujours une source de risques, et le risque fait qu'il est difficile d'être constant."

"Cela veut dire beaucoup", poursuit Márquez. "L’an dernier, la piste frôlait les 40°C, et cette année nous n’étions qu’à 20°C. Comme je l’ai dit, nous sommes capables de piloter de différentes façons vu que nous avons plus de [puissance] moteur et il ne faut pas tout aller chercher au freinage, il est possible de piloter autrement. C’est sur ce point que nous essayons de gérer, afin de ne pas être trop explosifs sur un tour et d’être plus réguliers au niveau de notre rythme."

Un nouveau châssis qui reste à valider

Marc Márquez, Repsol Honda Team, Jack Miller, Pramac Racing

Le moins que l'on puisse dire en effet, c'est que le Champion du monde en titre a roulé tel un métronome, enchaînant les tours en 1'32, ce qui l'a bien aidé à prendre le large face à des concurrents qui s'écharpaient pour les accessits. On le voit donc bien, sur une piste au profil jadis peu favorable à la Honda, Márquez a pu faire mouche cette année, et promet d'être très difficile à battre dans ces conditions cette saison.

C'est d'autant plus le cas qu'un nouveau châssis est actuellement à l'étude du côté de la marque à l'aile dorée. Il était d'ailleurs déjà présent au Mans, mais n'a pour l'instant pas fourni de progrès tangibles selon le vainqueur de la course. Ce nouveau châssis sera toutefois de nouveau mis à l'épreuve lors des prochaines manches, à titre comparatif et pour savoir s'il peut se révéler pertinent sur des pistes aux caractéristiques différentes.

"J'ai essayé le châssis noir, mais c'était juste pour avoir une première impression", assurait ainsi Márquez après les premiers essais libres. "C'est une sorte de prototype, quelque chose que nous essayons de comprendre chez Honda, et c'était déjà juste pour leur fournir un premier retour. Il y a une bonne chose, c'est que mon retour était très similaire à celui de Bradl, et c'était très important."  

Lire aussi :

"Bien sûr, quand vous essayez une modification c'est pour trouver plus de performance. Pour le moment, cela m'apporte le même niveau de performance, mais aussi le même feeling. Mais parfois c'est un peu comme une surprise. Le feeling est très similaire à notre châssis standard. Il y a de petites différences en termes de sensations et de performances cependant, que je dois encore vérifier sur d'autres pistes."

Dès lors, il sera intéressant de voir si l'ensemble de ces progrès pourront faire la différence sur un autre circuit ne permettant normalement pas à la Honda d'exprimer tout son potentiel : le Mugello, où le MotoGP se rendra la semaine prochaine. Márquez ne s'y est imposé en effet qu'à une seule reprise, en 2014 lors de sa période de longue invincibilité. Mais nul doute que celui-ci a dans l'idée de doubler la mise en Italie cette année…

Avec Charlotte Guerdoux

partages
commentaires
Petrucci : "C'est vrai, Ducati aurait préféré qu'on fasse 1er et 2e"

Article précédent

Petrucci : "C'est vrai, Ducati aurait préféré qu'on fasse 1er et 2e"

Article suivant

Du mieux pour Tech3, dans les points et "juste derrière" Zarco

Du mieux pour Tech3, dans les points et "juste derrière" Zarco
Charger les commentaires
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021
Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi Prime

Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi

En sa qualité de patron d'équipe, Valentino Rossi va entrer de façon imminente dans une nouvelle ère dans sa carrière, et celle-ci aura une influence considérable sur un certain nombre de pilotes et d'équipes du championnat. Mais c'est précisément chez Yamaha que se fera sentir l'un des plus gros impacts car la marque joue un rôle central dans cet épisode et pourrait en conséquence perdre ses liens avec le Docteur.

MotoGP
23 juin 2021
Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité ! Prime

Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité !

Prendre le sillage d'un rival pour gagner en performance... ou être celui qui est accroché et donne, de son plein gré ou non, un avantage à un concurrent. Le sujet n'a pas pas fini de faire parler, mais crée en tout cas des dynamiques intéressantes entre les pilotes du plateau MotoGP.

MotoGP
10 juin 2021
Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ? Prime

Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ?

Aveu d'échec mais coup de pouce possiblement bienvenu : l'éligibilité à des concessions en MotoGP peut être vue de plusieurs manières, comme en témoignent les réactions de Marc Márquez et Pol Espargaró à cette évocation...

MotoGP
6 juin 2021
Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre" Prime

Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre"

Toujours aussi passionné, mais aussi ancré dans la réalité, l'ancien pilote Lucio Cecchinello partage avec nous son regard sur les effets de la crise actuelle en MotoGP et la manière dont le championnat devrait selon lui évoluer.

MotoGP
28 mai 2021
Hervé Poncharal, taille patron Prime

Hervé Poncharal, taille patron

Patron du team Tech3 et président de l'IRTA, Hervé Poncharal est une figure incontournable du MotoGP. Aussi impliqué dans le sauvetage du championnat face à la crise sanitaire que touché par l'évolution de la planète, le Français a partagé avec nous son regard sur le monde.

MotoGP
26 mai 2021