Márquez le sait : son opération est "déjà une victoire"

Pour la première fois en trois ans, Marc Márquez va prendre le départ d'une course depuis la pole position. Une réussite qui vient récompenser des mois d'efforts et justifier encore un peu plus une quatrième opération du bras subie en juin et qui a déjà changé sa vie personnelle.

Márquez le sait : son opération est "déjà une victoire"
Charger le lecteur audio

Depuis trois ans, treize polemen différents ont été célébrés avant que le MotoGP ne retrouve au sommet des qualifications celui qui détient le record dans cet exercice, à la fois dans la catégorie reine et sur l'ensemble des classes : Marc Márquez. Le champion espagnol a décroché samedi à Motegi sa première pole depuis, justement, le Grand Prix du Japon disputé ici-même en 2019, mettant fin à 1071 jours de disette − période très largement impactée par ses blessures.

"Il s'est passé beaucoup de choses en trois ans, auxquelles je ne m'attendais pas. Il s'est aussi passé beaucoup de choses dans le monde avec la pandémie", a-t-il observé après les qualifications japonaises. "J'ai souffert, logiquement, et je souffre encore mais parce que je ne suis pas encore là où j'aimerais être. On n'inverse pas la vapeur d'un jour à l'autre, mais à force de travail et de régularité."

Souhaitant "célébrer de petites stimulations" au gré de sa lente remontée vers les sommets, le pilote Honda était déjà ravi de s'être qualifié directement pour la Q2 ce week-end, ce dont il a eu la confirmation en voyant qu'il pleuvait pour les EL2 et que le classement ne changerait donc pas. "Ce matin, quand on s'est levés, on a fêté [cet accès direct à] la Q2 avec l'équipe. D'accord, ce n'était que la Q2 mais il faut aussi savoir prendre en compte d'où l'on vient. Là où l'on doit arriver, c'est encore autre chose mais pour ce qui est de là où on est, il faut célébrer les petites joies qui arrivent."

La première récompense que représente désormais cette pole, le pilote entend donc la savourer à sa juste valeur, estimant avoir passé l'un de ces petits caps auxquels il accorde de l'importance pour mesurer le chemin parcouru. "Sur le mouillé aujourd'hui, c'était la première fois que je pilotais la moto comme j'aime le faire. L'année dernière j'étais compétitif sur le mouillé, mais je pilotais d'une façon étrange et je ne me sentais pas à l'aise sur la moto, je ne comprenais pas comment les chronos arrivaient. Aujourd'hui j'ai confirmé que la position de mon bras était parfaite et j'ai pu freiner comme je le voulais, entrer dans les virages, redresser la moto. Je suis très content de ça."

Blessé au bras en juillet 2020, Márquez a déjà retrouvé le chemin de la victoire depuis, puisqu'il s'est imposé trois fois l'an dernier, cependant sa condition physique n'a plus jamais été parfaite et il n'a eu de cesse de chercher à contourner les difficultés persistantes, jusqu'à décider de subir une nouvelle intervention, la quatrième. L'opération de la dernière chance.

"On a gagné quelque chose en décidant de faire une quatrième opération", retient-il aujourd'hui, certain que c'était la bonne chose à faire. "La dernière opération est déjà une victoire pour moi, car je peux avoir une vie normale, sans avoir tout le temps mal. Donc pour moi, cette dernière opération est déjà un succès. Maintenant il faut comprendre si c'est aussi un succès en course, dans ma vie professionnelle. Sur le mouillé, oui, mais on ne peut pas comprendre pour le moment quel sera le niveau de ce bras à 100%. Il a été ouvert à quatre endroits, donc le muscle est endommagé et on ne sait pas quel est son maximum. On le comprendra cet hiver. Là, j'aurai la réponse. Mais c'est en tout cas en bonne voie."

La dernière opération est déjà une victoire pour moi, car je peux avoir une vie normale, sans avoir tout le temps mal. Maintenant il faut comprendre si c'est aussi un succès en course, dans ma vie professionnelle.

Marc Márquez

Cette pole position ne change pas la situation de fond, car outre un moindre effort physique requis la pluie a pour effet de masquer quelque peu les faiblesses de la moto et le caractère stop-and-go de la piste met également moins en difficulté la RC213V. Pour le pilote, rien n'est résolu à ce stade d'un point de vue technique.

"Mes sensations avec la moto et ses points faibles sont exactement les mêmes", confirme le pilote. "Dans la première partie de la saison, j'ai senti des problèmes mais quand on continue à piloter la moto, on finit par s'habituer aux problèmes et on se plaint moins. Seulement, quand je suis revenu à Misano après un arrêt de trois mois, j'ai tout de suite senti que les points faibles étaient les mêmes et j'ai commencé à beaucoup me plaindre auprès de Honda."

Marc Marquez, Repsol Honda Team

Marc Márquez

Pour Márquez, cette réussite n'a donc qu'une valeur limitée, néanmoins elle fait partie de ces nombreuses étapes à franchir pour d'ores et déjà lancer la prochaine saison correctement. "C'est bien sûr une motivation très importante, mais surtout en vue de 2023, pas pour maintenant", souligne-t-il. "Quand on vit une situation difficile, si ça dure une semaine ou un mois ça va, mais quand ça dure très longtemps il est facile de s'effondrer, et ce à tous les niveaux. C'est très important pour moi mais aussi pour le team et pour tout le staff japonais, parce qu'on sait qu'on vit une situation difficile."

"Certes, ce n'est qu'une pole et c'est sous la pluie, mais on a besoin de ce genre de résultats et j'espère en obtenir aussi sur le sec. Je vais essayer d'y arriver, mais pour le moment on n'est pas prêts à le faire", prévient Marc Márquez.

Lire aussi :

Se battre et voir que cela a du sens

Comme il l'a fait à chaque étape franchie, le pilote espagnol souhaite prendre le temps de réaliser le chemin personnel qu'il a parcouru : "Je me la dédie à moi-même car c'est moi qui ai souffert, mais les gens ont souffert avec moi et m'ont aidé dès les premiers instants, de Jerez à aujourd'hui. Je sais qui sont toutes les personnes impliquées dans ma convalescence quotidienne et je les remercie beaucoup."

"Je veux dire merci à tous ceux qui m'aident à revenir au top, encore aujourd'hui, parce que je ne suis pas encore là où je veux être. Et merci en particulier à Honda, parce qu'ils travaillent. On peut toujours faire mieux ou moins bien, mais ils travaillent dur et j'espère que ça va arriver."

Chez Honda, c'est avec une certaine émotion que l'on accueille cette pole. "Nous sommes vraiment très heureux pour lui car le processus pour en revenir là a été très, très long", rappelle Alberto Puig auprès du site officiel du MotoGP. "Nous sommes heureux pour lui en tant que pilote, car il a beaucoup souffert, et nous sommes aussi super heureux pour le team Repsol Honda. Nous avons été derrière lui pendant tout ce temps, nous avons essayé de l'aider, de le soutenir, et tout le monde a poussé, y a cru."

"Je pense que c'est vraiment bien quand on se bat dans la vie et qu'on voit que cela a du sens. C'est le cas ici", ajoute le team manager de l'équipe officielle Honda. "Nous voulons montrer notre état d'esprit. Il est vrai que nous n'avons pas eu une bonne période ces dernières années, mais cela ne veut pas dire que nous baissons les bras : nous voulons revenir à nos positions. C'est notre compromis et notre seul objectif est de recommencer à gagner."

Avec Charlotte Guerdoux

partages
commentaires

Voir aussi :

Enfin un départ sans personne devant pour Binder !
Article précédent

Enfin un départ sans personne devant pour Binder !

Article suivant

Aleix Espargaró compte faire la bonne opération du week-end à Motegi

Aleix Espargaró compte faire la bonne opération du week-end à Motegi