Course au développement : Márquez veut que les pilotes s'expriment

Marc Márquez alerte sur les dérives du développement des MotoGP, dont les limites sont sans cesse repoussées au point notamment de rendre les voies de dégagement trop petites sur des circuits conçus pour des prototypes moins rapides.

Course au développement : Márquez veut que les pilotes s'expriment

Le Grand Prix d'Espagne a été marqué par de nombreuses chutes, parfois impressionnantes et inquiétantes par leur dynamique. Avec un total de 67 accidents comptabilisés en trois jours, au cumul des trois catégories, le week-end de Jerez a été bien plus mouvementé que les précédents, à Portimão (47 chutes) et Losail (respectivement 37 et 27 lors des deux Grands Prix).

Sur les 13 virages du circuit andalou, seul le 12, un léger droite, n'a pas connu d'accident lors de cette édition du Grand Prix, les bacs à gravier les plus fréquentés ayant été ceux des virages 2 et 6. Mais les pilotes ont pour beaucoup pointé du doigt le manque de dégagement de d'autres portions, notamment les virages 1, 5 ou 10, et surtout le virage 7, qui a été le théâtre de six accidents au cours du week-end.

Lire aussi :

C'est là notamment que Marc Márquez a pris un gros choc contre l'airfence samedi matin, au point de devoir se rendre à l'hôpital pour des examens de contrôle après s'être momentanément senti désorienté. C'est là aussi que Jake Dixon a lourdement chuté au warm-up de la catégorie Moto2, avant d'être déclaré inapte pour une commotion cérébrale. Plus tôt dans cette même séance, Celestino Vietti était tombé au même endroit, entraînant un drapeau rouge après avoir endommagé l'airfence.

Alors que ces accidents ont ouvert la discussion sur la dangerosité de cette portion de la piste, certains pilotes ont rapidement élargi le débat à la sécurité globale de machines toujours plus affûtées. Car l'ensemble du package technique des MotoGP n'a de cesse de repousser les limites, en termes d'appui et d'aéro en particulier, et si l'on retient aisément l'augmentation exponentielle des pointes en ligne droite depuis six ans, c'est la vitesse dans sa globalité qui est plus élevée, y compris en virage.

Comme souvent, Aleix Espargaró a été l'un des premiers à pointer du doigt la dangerosité de certaines voies de dégagement à Jerez, s'exprimant avec virulence. Mais le pilote Aprilia se dit conscient de l'impossibilité pour les constructeurs de sortir de ce cycle continu de développement, et y compris pour ce qu'il apporte aux motos de route, aussi en appelle-t-il avant tout à des mesures de modernisation des circuits.

"C'est la meilleure catégorie du monde. Aprilia utilise la technologie que nous développons pour les motos de route", souligne-t-il. "Et puis, les motos de route ont de plus en plus de puissance, donc elles sont rapides. Le niveau de la catégorie est très, très élevé, il est donc difficile de contrôler cela. Les circuits doivent s'adapter. Au même titre que nous, les marques et les pilotes, devons également nous adapter aux nouvelles technologies, les circuits doivent s'adapter. Jerez est une très bonne piste mais peut-être faut-il y réfléchir et modifier certains endroits."

"On sait que [les voies de dégagement] sont petites", rappelle quant à lui Álex Rins. "À la Commission de sécurité, ils nous ont demandé de voir s'ils pouvaient faire quelque chose, mais personne n'a cité le virage dans lequel Marc est tombé. […] C'est un peu difficile parce qu'il y a des endroits où ils n'ont pas plus de place. Et il y a des pistes où les voies de dégagement sont pareilles et même pires", a souligné le pilote Suzuki. "Par exemple, à Montmeló, ils ont modifié certains virages et certaines voies de dégagement, mais dans le virage 9, le virage à droite qui mène à la ligne droite [de retour], je pense qu'il n'y a pas beaucoup d'espace de dégagement. Toutes les pistes ont quelque chose."

Lire aussi :

Les MotoGP sont-elles devenues trop rapides pour ces circuits, taillés pour les générations plus anciennes des prototypes ? "Ça commence à être rapide, oui ! Année après année… Mais ça concerne à la fois le MotoGP, le Moto2 et le Moto3", observe Rins. "Quand je courais en Moto3, on avait beaucoup de mal à tourner en 1'46, et Migno a fait un 1'44"9 [en essais libres à Jerez], c'est un chrono impressionnant !" Et le pilote espagnol de plaisanter : "Peut-être qu'il faut qu'on en revienne aux 800cc !"

Marc Márquez, lui, s'est voulu très sérieux sur le sujet. Sa longue absence n'ayant fait qu'amplifier sa prise de conscience de l'évolution technique des MotoGP, il s'était déjà montré peu enthousiaste au Portugal à l'idée de découvrir le holeshot device − que les Honda utilisent désormais comme variateur de hauteur à l'arrière − et le problème de voies de dégagement devenues trop petites pour les bolides rejoint selon lui la vaste question de la course effrénée au développement.

"On est toujours plus rapides", note le champion espagnol. "C'est normal, on est en MotoGP et les constructeurs essaient toujours d'avoir des motos plus rapides. Si le règlement le permet, les pilotes veulent avoir la moto la plus rapide. Mais cela signifie que les voies de dégagement deviennent de plus en plus petites. Elles commencent à être petites sur les anciens circuits − sur des pistes comme Jerez, mais pas seulement, sur beaucoup de circuits du calendrier. Cependant, ce n'est pas qu'elles sont petites, c'est juste qu'elles le deviennent par rapport aux vitesses auxquelles on roule maintenant."

"J'en ai déjà un peu parlé à Portimão, mais on a, par exemple, désormais le holeshot en ligne droite pour abaisser l'arrière− et peut-être même l'avant à la prochaine étape [ce qu'ont déjà les Ducati, ndlr], car chaque fois c'est quelque chose de différent. Je suis d'accord avec le fait que les constructeurs essaient de progresser, et ils essayent de trouver ce qu'il y a de mieux. Mais au final, les pilotes aussi doivent prendre position", affirme Márquez. "Avons-nous besoin de ce holeshot en ligne droite ? Avons-nous besoin d'aller à 362 km/h au bout de la ligne droite au Qatar ? On n'a pas besoin de ça. Pour le moment, c'est comme ça et il faut que l'on travaille avec nos constructeurs pour progresser et être plus rapides, comme [le sont les autres]. Mais si nous continuons dans cette direction, sur tous les circuits du monde les voies de dégagement seront trop petites."

partages
commentaires

Voir aussi :

Stats - Doublé et 300 km/h : les surprises Ducati à Jerez !

Article précédent

Stats - Doublé et 300 km/h : les surprises Ducati à Jerez !

Article suivant

Au pied du podium, Nakagami était en pleurs après l'arrivée

Au pied du podium, Nakagami était en pleurs après l'arrivée
Charger les commentaires
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021
Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi Prime

Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi

En sa qualité de patron d'équipe, Valentino Rossi va entrer de façon imminente dans une nouvelle ère dans sa carrière, et celle-ci aura une influence considérable sur un certain nombre de pilotes et d'équipes du championnat. Mais c'est précisément chez Yamaha que se fera sentir l'un des plus gros impacts car la marque joue un rôle central dans cet épisode et pourrait en conséquence perdre ses liens avec le Docteur.

MotoGP
23 juin 2021
Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité ! Prime

Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité !

Prendre le sillage d'un rival pour gagner en performance... ou être celui qui est accroché et donne, de son plein gré ou non, un avantage à un concurrent. Le sujet n'a pas pas fini de faire parler, mais crée en tout cas des dynamiques intéressantes entre les pilotes du plateau MotoGP.

MotoGP
10 juin 2021
Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ? Prime

Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ?

Aveu d'échec mais coup de pouce possiblement bienvenu : l'éligibilité à des concessions en MotoGP peut être vue de plusieurs manières, comme en témoignent les réactions de Marc Márquez et Pol Espargaró à cette évocation...

MotoGP
6 juin 2021
Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre" Prime

Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre"

Toujours aussi passionné, mais aussi ancré dans la réalité, l'ancien pilote Lucio Cecchinello partage avec nous son regard sur les effets de la crise actuelle en MotoGP et la manière dont le championnat devrait selon lui évoluer.

MotoGP
28 mai 2021
Hervé Poncharal, taille patron Prime

Hervé Poncharal, taille patron

Patron du team Tech3 et président de l'IRTA, Hervé Poncharal est une figure incontournable du MotoGP. Aussi impliqué dans le sauvetage du championnat face à la crise sanitaire que touché par l'évolution de la planète, le Français a partagé avec nous son regard sur le monde.

MotoGP
26 mai 2021
Que doit faire Marc Márquez pour revenir à son meilleur niveau ? Prime

Que doit faire Marc Márquez pour revenir à son meilleur niveau ?

Après avoir signé une septième place au Portugal pour son retour fracassant en MotoGP, Marc Márquez entame désormais un long et dur travail pour retrouver le pilotage lui ayant donné six titres en catégorie reine.

MotoGP
23 avr. 2021