Márquez, poleman déchaîné : "Trop risqué, mais c'est mon caractère"!

Marc Márquez a signé l'une des plus belles pole positions de sa carrière en MotoGP, ce samedi, sur le tracé de Brno, en domptant sa Repsol Honda comme nul autre, chaussé des pneus slicks sur une piste séchante.

Márquez, poleman déchaîné : "Trop risqué, mais c'est mon caractère"!

Marc Márquez n'en finit plus d'impressionner son monde. Assister à la performance du pilote Repsol Honda lors des derniers instants de la séance de qualifications du Grand Prix de République Tchèque était quelque chose de spécial, tant l'aisance de l'Espagnol - déjà suggérée par son meilleur temps établi en EL4 sur piste humide, quelques instants avant la lutte pour la pole position - a de nouveau été frappante ce samedi. S'il était besoin d'un symbole au-delà du récital offert, le pilote Honda a égalé ce samedi le record de 58 pole positions de Mick Doohan !

Vendredi, le leader du championnat du monde avait expliqué s'être essentiellement concentré sur l'évaluation des deux châssis mis à sa disposition pour préparer le reste du week-end et déterminer son confort - plus que son niveau de performance - avec chacun. Reste que le fait de passer en revue un tel programme technique présentait bel et bien des pièges dans lesquels le pilote n'est pas tombé, alors qu'il était crucial d'inscrire une marque immédiate au chrono par temps sec, et que les conditions devaient se dégrader pendant la journée de samedi.

Lire aussi :

Ce fut bien le cas. En EL3, les conditions humides signifiaient qu'il n'y avait pas d'autre alternative pour les pilotes que de prendre la piste chaussés des allocations Michelin pluie, permettant à Márquez de déjà montrer qu'il maîtrisait son sujet. C'est crédité du second meilleur temps cumulé, signé en EL2 à 0''023 de la référence de Quartararo, que l'Espagnol se dirigeait directement vers la Q2. Et les qualifications furent un festival ! Quelques instants après avoir trouvé ses marques en piste et semblé précautionneux sur la trajectoire - au point de se frotter malgré lui à un Álex Rins plus agressif à ce moment-là -, Márquez a fait le choix osé de se lancer en pneus slicks en piste à six minutes du terme de la séance, alors que la piste était encore parsemée d'humidité en de nombreux points et que les nuages se faisaient de nouveau de plus en plus présents, jusqu'à lâcher des gouttes dans les derniers instants.

 

Le plus spectaculaire dans la performance de Márquez aura bel et bien été son ultime tour lancé, dans la foulée d'un passage lui ayant déjà garanti la pole position et qui forçait déjà Miller, lui aussi chaussé des slicks, à tant pousser qu'il finissait au sol. En faisant voler en éclats sa propre marque, l'Espagnol s'adjugeait une pole position avec plus de 2''5 d'avance sur son plus proche poursuivant.

C'est seulement après cela, une fois revenu dans le Parc Fermé, hilare, que le champion admettait avoir été peut-être chercher des risques inutiles dans sa position ! "Maintenant, je réalise que je prends trop de risques, car la situation dans laquelle on est au championnat très bonne. Mais ce sont mes ambitions, ma mentalité, et quand je suis rentré aux stands, j'étais prêt pour les slicks. En fin de séance il s'est remis à pleuvoir, surtout sur le dernier secteur : c'était critique, mais je suis heureux parce que j'ai fait la pole. J'ai pris trop de risques mais c'est une bonne expérience pour le futur."

Marc Marquez, Repsol Honda Team

L'amour du risque...inutile ?

Amené à développer sur cette notion de risque et sa "nature" d'attaquant, l'Espagnol a poursuivi l'analyse en conférence de presse : "C'était de l'adrénaline et après avoir analysé la situation, j'ai pris un risque inutile", confesse-t-il. "Certains membres de l'équipe dans le Parc Fermé étaient très heureux mais d'autres - les plus importants - étaient en colère car j'ai pris trop de risques et l'objectif était simplement la première ligne. Le team a fait un super travail : ils étaient prêts avec la seconde moto, tous en position et avec les slicks. Il y avait un peu de gouttes d'eau sur la visière, je tenais une chance : j'ai décidé d'y aller à 100% et je me sens maintenant mieux car je n'ai pas chuté ! "

Lire aussi :

Amené à expliquer si la démonstration du dernier tour, lors duquel il a enfoncé le clou, avait été faite pour se prouver quelque chose à lui-même au pour assommer la concurrence, Márquez livre une introspection honnête. "Non, non non ! La raison était Jack. Jack arrivait avec les slicks et je le savais. Je ne sais pas s'il améliorait beaucoup ou pas et j'ai essayé de trouver mes [propres] limites. Le dernier tour, la prochaine fois, je ne le ferai pas. J'ai pris trop de risques car le but était la première ligne et la distance entre sur la grille est la même entre le premier et le second, même avec 2''5 d'avance. Le plus important est le championnat."

"Depuis que je suis jeune, c'est un de mes points faibles, de trop croire [en moi], de trop essayer ; parfois ce n'est pas nécessaire. C'est mon caractère, ma base, mais c'est important d'avoir des gens autour de toi qui essaient de composer avec ton style. Les slicks, c'est ma décision, mais sur la moto, mon caractère est de pousser et avoir ce genre d'ambition. Je dois aussi penser au championnat et la semaine prochaine, il y a une autre course. Reste qu'ici, c'est une expérience, c'est fait, et ça se finit bien !"

partages
commentaires
"Du baume au cœur" pour Zarco, de retour en première ligne

Article précédent

"Du baume au cœur" pour Zarco, de retour en première ligne

Article suivant

Rins se plaint de Márquez : "Il n'a pas de respect pour les autres"

Rins se plaint de Márquez : "Il n'a pas de respect pour les autres"
Charger les commentaires
Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha Prime

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha

Les différents événements qui ont mené à l'arrivée d'Andrea Dovizioso chez SRT et la suprématie de Fabio Quartararo chez Yamaha font penser que son retour en MotoGP revêt plus d'un choix par défaut que d'un projet à long terme.

MotoGP
8 sept. 2021
Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais Prime

Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais

Il y a 24 ans jour pour jour, Valentino Rossi devenait Champion du monde pour la première fois. Aujourd'hui il s'apprête à quitter le MotoGP, résolu à l'idée que le dixième sacre après lequel il a tant couru ne viendra jamais enrichir son palmarès.

MotoGP
31 août 2021
Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière Prime

Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière

Dans une interview exclusive accordée à Motorsport.com, Marc Márquez se confie sur les défis auxquels il est confronté depuis sa blessure, sa volonté de retrouver le sommet et la domination actuelle de Fabio Quartararo.

MotoGP
24 août 2021
La gestion de la pression, de moins en moins taboue Prime

La gestion de la pression, de moins en moins taboue

Sujet délicat s'il en est, la santé mentale s'assume désormais de plus en plus dans différentes disciplines sportives, et la compétition moto n'y fait pas exception. La gestion de la pression ou de performances en berne peut s'avérer particulièrement difficile à endurer, et cela reste bien souvent tabou.

MotoGP
21 août 2021
Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022 Prime

Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022

Le verrouillage de Raúl Fernández par KTM et le peu de coopération de Yamaha font que le team Petronas SRT n'a pas encore pu annoncer de pilote pour la saison prochaine. Après avoir vu l'Espagnol lui échapper, l'équipe malaisienne porte son dévolu sur Marco Bezzecchi, mais lui aussi est en lien étroit avec un autre groupe.

MotoGP
10 août 2021
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021