MotoGP
20 sept.
-
22 sept.
Événement terminé
04 oct.
-
06 oct.
Événement terminé
18 oct.
-
20 oct.
Événement terminé
25 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
15 nov.
-
17 nov.
EL1 dans
1 jour

Márquez, la "priorité" de Honda dans son développement

partages
commentaires
Márquez, la "priorité" de Honda dans son développement
Par :
21 août 2019 à 17:20

Le directeur technique de Honda concède que le bilan de cette première moitié de championnat est contrasté pour la marque à l'aile dorée, avec un Márquez très à l'aise et d'autres pilotes plus en difficulté. Mais c'est bien le #93 qui a de toute façon la priorité du constructeur.

À en croire la hiérarchie du championnat après la 11e des 19 manches de la saison, Honda mène une campagne réussie, déjà auréolée de six victoires. La seule verrue est le GP des Amériques où, à la suite de la chute de Marc Márquez lorsqu'il était en tête, la première RC213V à l'arrivée ne s'est classée que dixième, un fait inédit depuis la création du MotoGP. Sur les autres épreuves, en revanche, lorsque le HRC n'a pas gagné, il a placé son pilote le plus rapide à la deuxième place, et c'était en l'occurrence systématiquement le #93.

Ces résultats résument à eux seuls le bilan contrasté que peut dresser la marque à l'aile dorée après la première partie du championnat, car si Márquez s'est montré très à l'aise depuis le début, avec moins de chutes que ces dernières années et une courbe de résultats aussi stable que haute, les autres pilotes du groupe sont plus en difficulté. "Marc a fait un travail vraiment fantastique en première partie de saison", salue le directeur technique du HRC, bien conscient qu'un pilote d'un tel calibre tend à donner une vision quelque peu erronée des performances de base de sa moto, dont il gomme en quelque sorte les faiblesses tant il parvient à les contourner pour réaliser des prouesses en toutes circonstances.

"Quand on a un pilote comme Marc, qui est un pilote spécial, un champion, je pense qu'il peut 'masquer' des choses avec n'importe quel constructeur. Je ne vais pas nier le fait que ça arrive", reconnaît Takeo Yokoyama, qui souligne : "Il est d'autant plus important pour nous de travailler avec Marc, car après six ou sept années avec la Honda il est vraiment bon pour comprendre la moto, alors il nous aide beaucoup à la développer. Au final, il sait exactement ce qui est nécessaire pour être encore plus rapide et ça nous aide beaucoup à prendre la bonne direction."

Lire aussi :

Problème, cette direction prise pour convenir au Champion du monde en titre n'est pas nécessairement celle qui convient le plus aux autres pilotes du groupe, ainsi que les difficultés d'adaptation rencontrées par Jorge Lorenzo peuvent le démontrer, et même celles que connaît cette année Cal Crutchlow, moins à l'aise avec la version 2019 de la Honda qu'il ne l'était avec ses devancières. On en vient même à s'interroger sur ce qu'il adviendrait si Márquez devait quitter le navire ou être indisponible : le HRC serait-il prêt à fournir à ses autres pilotes une RC213 qui conviendrait plus à leur style de pilotage ?

"Si vous prenez les trois pilotes – Marc, Jorge et Cal –, nous travaillons pour chacun d'entre eux, bien entendu, et ça n'arrive pas si souvent qu'ils disent des choses totalement opposées ou allant dans des directions différentes. Mais dans le cas où cela se produit, bien entendu, notre priorité va à Marc car Marc est le Champion et peut nous donner le meilleur feedback. Notre première priorité est de remporter le titre avec Marc", assure souligne le directeur technique du programme. "Et si Marc décidait de prendre des vacances ou autre chose, alors il nous faudrait continuer à travailler sur la base de la direction donnée par les autres pilotes… Mais Marc ne prendra pas de vacances, alors pas de souci !"

Une spirale négative que Lorenzo doit dépasser

Celui qui subit le plus violemment la comparaison avec Marc Márquez est logiquement son voisin de garage. Alors que le #93 en est à sa septième saison avec la RC213V, qu'il a pu façonner à son goût d'année en année depuis qu'il a rejoint le MotoGP, le Majorquin tente de s'adapter à une troisième machine au caractère bien différent de la Yamaha avec laquelle il a été titré trois fois et de la Ducati qu'il pilotait ces deux dernières années.

"Nous nous attendions au fait qu'il ne soit pas facile pour lui de s'adapter à la Honda en raison de son style de pilotage, ni pour nous de faire en sorte qu'elle lui convienne. Mais en plus de ça, il y a eu les blessures", rappelle Takeo Yokoyama, compréhensif. "Jorge a commencé avec une blessure pendant la période hivernale et n'a pas eu assez de temps pour s'habituer à notre moto. Ensuite, quand il commencé à se sentir mieux sur la moto, il a subi d'autres chutes et connu d'autres blessures. Il est vrai donc que cela prend plus de temps que nous le prévoyions, à la fois lui et nous, pour qu'il soit assez rapide."

Lire aussi :

"À chaque fois qu'il a commencé à se sentir mieux et à l'aise sur la moto, quelque chose de malheureux s'est produit, comme une chute. C'est une spirale négative, je dirais. Mais dans la vie, une fois que l'on a traversé la spirale négative, seules des bonnes choses arrivent et l'on verra cela bientôt", pressent l'ingénieur japonais.

Avec Guillaume Navarro

Article suivant
GP de Grande-Bretagne : les records à battre

Article précédent

GP de Grande-Bretagne : les records à battre

Article suivant

Météo - Vers un week-end sec à Silverstone

Météo - Vers un week-end sec à Silverstone
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Pilotes Marc Márquez Boutique
Équipes Repsol Honda Team
Auteur Léna Buffa