Une quatrième place sans risque pour Márquez

Avec une quatrième place sous la pluie du Grand Prix de Malaisie, Marc Márquez aborde la manche finale du Championnat du monde MotoGP 2017 avec 21 points d'avance sur Andrea Dovizioso.

Une quatrième place sans risque pour Márquez
Marc Marquez, Repsol Honda Team
Marc Marquez, Repsol Honda Team
Marc Marquez, Repsol Honda Team
Marc Marquez, Repsol Honda Team
Marc Marquez, Repsol Honda Team, Andrea Dovizioso, Ducati Team
Marc Marquez, Repsol Honda Team
Marc Marquez, Repsol Honda Team
Marc Marquez, Repsol Honda Team
Marc Marquez, Repsol Honda Team, Andrea Dovizioso, Ducati Team
Marc Marquez, Repsol Honda Team
Marc Marquez, Repsol Honda Team
Marc Marquez, Repsol Honda Team
Marc Marquez, Repsol Honda Team
Marc Marquez, Repsol Honda Team

Il aurait pu remporter son quatrième titre en catégorie reine ce dimanche, mais Marc Márquez restait satisfait à l'issue des vingt tours du circuit de Sepang, disputés dans des conditions difficiles. Après un départ tonitruant (réalisant le holeshot alors qu'il partait septième), Márquez a très vite dû lâcher face aux Ducati et à Johann Zarco, qui ont constitué le podium final.

"Je me sentais très bien après la course, car les conditions étaient les pires que je pouvais avoir aujourd'hui car c'était mouillé, la piste était si glissante, c'était compliqué de comprendre où était la limite, et très simple de faire une erreur. J'ai quand même essayé, j'ai démarré la course assez agressivement, sur le départ, mais rapidement j'ai réalisé que les deux Ducati étaient plus rapides que moi, et j'ai aussi réalisé que quand je rattrapais Zarco, je prenais un peu de risques, et je me suis dit que 21 ou 24 points, c'est à peu près la même chose à Valence", explique le leader du championnat.

Où se situait la différence entre les Desmosedici GP17 et la RC213V sur ce Grand Prix ? Pour Márquez, les rapports de force n'ont pas changé par rapport à d'habitude, mais sa prestation individuelle n'était pas totalement à la hauteur.

"Ils étaient forts à l'accélération comme toujours, mais le souci est que sur un de mes points forts, le freinage et l'entrée de courbe, je n'étais pas fort. Dès vendredi sur le mouillé, les sensations n'étaient pas si bonnes. Ils sont toujours très bons à l'accélération mais nous sommes très bons sur l'entrée."

"Aujourd'hui, on s'est loupé sur l'entrée, et je suis humain, quand on se bat pour le championnat, le moindre petit mouvement donne l'impression d'une énorme chute. C'est quelque chose de normal, c'est naturel. Peut-être que si je prends plus de risques je peux être Champion aujourd'hui, mais si je chute, l'écart tombe à 7 points, 8 points, donc c'est mieux d'y aller pas à pas."

Pour la deuxième fois depuis ses débuts en MotoGP en 2013, Marc Márquez se rendra donc à Valence en lutte pour le titre mondial (ses deux autres couronnes ayant été conquises avant l'ultime joute). Une pression supplémentaire que le jeune espagnol ne ressent finalement pas tant que ça, lui qui va aborder le dernier week-end de la saison de la manière la plus détendue possible.

"Bien sûr je sens de la pression, mais elle était là pendant toute la deuxième partie de la saison. Une chose qui me donne un bon sentiment est qu'après un week-end très difficile [en Malaisie], je termine quatrième. C'est quelque chose de très important pour le championnat."

Il faut dire que le circuit Ricardo Tormo a souri par le passé au numéro 93, qui n'a jamais terminé en dehors du podium en MotoGP sur cette piste. "Je me sens bien, parce que j'aime Valence, il y a surtout des virages à gauche, et normalement dans les virages à gauche je suis assez rapide, je me sens bien parce que j'ai 21 points d'avance, mais toutes ces choses, je ne veux pas y penser, car je veux garder la même mentalité, les mêmes sensations et le même style pour les essais car il sera important d'être rapide dès les EL1."

Enfin, le pilote espagnol comprend tout à fait les consignes indiquées par Ducati à Jorge Lorenzo, qui a mené une bonne partie de la course avant une erreur dans le dernier virage, qui a laissé le champ libre à Andrea Dovizioso.

"Honnêtement pour moi, c'est totalement normal. Même si Ducati n'avait rien dit, parfois il n'est pas nécessaire de parler. Si vous êtes un pilote professionnel, vous êtes dans une équipe, vous êtes intelligent, vous avez de l'expérience, vous comprenez que votre équipier se bat pour un titre et vous vous battez juste pour la course."

partages
commentaires
Lorenzo : "Je savais déjà ce que j'avais à faire selon la situation"

Article précédent

Lorenzo : "Je savais déjà ce que j'avais à faire selon la situation"

Article suivant

Zarco : "J'ai pensé avoir la possibilité de gagner la course"

Zarco : "J'ai pensé avoir la possibilité de gagner la course"
Charger les commentaires
Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda Prime

Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda

Il fut un temps où Honda était la destination toute tracée des jeunes talents de la moto mais deux de ses rivaux, KTM et, dans une moindre mesure, Ducati, ont pris le contrôle de ce marché. Cette évolution aura-t-elle des conséquences sur l'avenir du MotoGP ?

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage Prime

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a profondément fait évoluer son pilotage pour retrouver la victoire après sa blessure. Celui qui a dominé la dernière décennie du MotoGP devra peut-être le faire à nouveau s'il veut redevenir un prétendant au titre, la marge de progrès dans sa condition physique se réduisant.

MotoGP
7 oct. 2021
Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ? Prime

Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ?

Le retour du MotoGP en Amérique pour la première fois depuis 2019 ne se passe pas aussi bien que prévu, les pilotes s'inquiétant de la sécurité à l'issue des essais du vendredi.

MotoGP
2 oct. 2021
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021
Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha Prime

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha

Les différents événements qui ont mené à l'arrivée d'Andrea Dovizioso chez SRT et la suprématie de Fabio Quartararo chez Yamaha font penser que son retour en MotoGP revêt plus d'un choix par défaut que d'un projet à long terme.

MotoGP
8 sept. 2021
Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais Prime

Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais

Il y a 24 ans jour pour jour, Valentino Rossi devenait Champion du monde pour la première fois. Aujourd'hui il s'apprête à quitter le MotoGP, résolu à l'idée que le dixième sacre après lequel il a tant couru ne viendra jamais enrichir son palmarès.

MotoGP
31 août 2021
Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière Prime

Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière

Dans une interview exclusive accordée à Motorsport.com, Marc Márquez se confie sur les défis auxquels il est confronté depuis sa blessure, sa volonté de retrouver le sommet et la domination actuelle de Fabio Quartararo.

MotoGP
24 août 2021
La gestion de la pression, de moins en moins taboue Prime

La gestion de la pression, de moins en moins taboue

Sujet délicat s'il en est, la santé mentale s'assume désormais de plus en plus dans différentes disciplines sportives, et la compétition moto n'y fait pas exception. La gestion de la pression ou de performances en berne peut s'avérer particulièrement difficile à endurer, et cela reste bien souvent tabou.

MotoGP
21 août 2021