MotoGP
23 août
-
25 août
Événement terminé
13 sept.
-
15 sept.
Événement terminé
20 sept.
-
22 sept.
Événement terminé
04 oct.
-
06 oct.
Événement terminé
C
GP du Japon
18 oct.
-
20 oct.
EL1 dans
3 jours
25 oct.
-
27 oct.
EL1 dans
10 jours
C
GP de Malaisie
01 nov.
-
03 nov.
EL1 dans
17 jours
C
GP de Valence
15 nov.
-
17 nov.
EL1 dans
31 jours

Márquez - "J'ai sacrifié le time attack pour faire des longs runs"

partages
commentaires
Márquez - "J'ai sacrifié le time attack pour faire des longs runs"
Par :
1 févr. 2017 à 13:00

Le champion du monde en titre tempère la pertinence des résultats des essais menés cette semaine à Sepang, lui qui a consacré son temps à l'évaluation de nouveautés et à une précieuse récolte de données visant à améliorer moteur et électronique.

Marc Marquez, Repsol Honda Team
Marc Marquez, Repsol Honda Team
Marc Marquez, Repsol Honda Team
Marc Marquez, Repsol Honda Team
Marc Marquez, Repsol Honda Team
Marc Marquez, Repsol Honda Team
Marc Marquez, Repsol Honda Team
Marc Marquez, Repsol Honda Team
Marc Marquez, Repsol Honda Team
Marc Marquez, Repsol Honda Team
Marc Marquez, Repsol Honda Team
Marc Marquez, Repsol Honda Team
Marc Marquez, Repsol Honda Team
Marc Marquez, Repsol Honda Team

Tandis que certains sont déjà en mesure d'aller titiller le chronomètre, l'équipe officielle Honda a consacré la première séance d'essais de l'année à une vaste évaluation de ses nouveautés, afin d'identifier l'orientation qui sera prise pour cette saison. Le moteur et l'électronique ont concentré toutes les attentions durant ces trois jours de roulage et, pour Marc Márquez, il reste encore beaucoup à faire.

"On a beaucoup progressé durant les trois jours passés sur ce circuit et on dispose désormais de beaucoup d'informations. On a identifié les plus gros problèmes et ils ont maintenant beaucoup de travail à faire au Japon", prévient le champion du monde en titre.

"L'un des problèmes, c'est que l'on a toujours la base de l'année dernière", pointe l'Espagnol, qui insiste sur la nécessité de bien comprendre tous les éléments à disposition avant de faire des choix. "C'était la première fois que l'on faisait trois jours avec le nouveau moteur. Dès mon deuxième run le premier jour, je suis tout de suite passé à la nouvelle moto pour bien comprendre et faire beaucoup de tours. J'ai peut-être sacrifié le time attack dans la dernière heure pour faire des longs runs de 11 tours, afin de mieux comprendre et d'avoir plus d'informations."

"L'électronique est l'un des domaines sur lequel on doit le plus progresser", rappelle le pilote Honda. "On doit avancer pas à pas, essayer de tout comprendre. L'une des choses les plus importantes, aujourd'hui, c'est que j'ai été très, très régulier, mais il est vrai que l'on doit beaucoup travailler sur l'électronique ainsi que sur un autre gros problème que l'on a eu dans un autre domaine. En Australie (lors des prochains tests, ndlr), je pense que ce sera important de régler ces gros problèmes, puis en ce qui concerne les petits problèmes, [il faudra] travailler circuit après circuit."

Pilote le plus actif ce mercredi, Marc Márquez a cumulé 174 tours au cours de l'ensemble de cette séance, une nécessité afin d'emmagasiner les données. Aujourd'hui, deux possibilités d'orientation se distinguent, entre lesquelles il va falloir faire un choix dans les semaines à venir. "Avec l'une des motos, on est plutôt limités et il est difficile de comprendre où l'on peut progresser. Avec l'autre moto, on a plus de couple et je sens qu'on a plus de marge de progression", explique le pilote. "Il faut que l'on décide quelle direction suivre : travailler avec l'une d'elles et essayer d'avoir plus de puissance ou bien essayer de gérer la nouvelle."

Beaucoup plus proche qu'il y a un an

Il faut rappeler que l'an dernier, à pareille époque, Marc Márquez se montrait très alarmiste et pourtant, à l'automne, c'est bien lui qui a remporté le championnat, aussi faut-il observer avec prudence les bilans, encore très provisoires, qui se dessinent à l'heure actuelle.

"On est plus proche", juge-t-il en comparant son niveau actuel à celui d'il y a un an. "L'année dernière, on était beaucoup plus loin des leaders, on avait beaucoup plus de mal. L'année dernière, ici à pareille époque, je ne comprenais rien. Maintenant on comprend, on sait où sont les problèmes mais je veux aussi attendre d'être sur un autre circuit. Ici, en Malaisie, c'est un circuit particulier, les conditions sont particulières, il fait très chaud. Et puis, j'ai l'expérience de 2015, où j'ai été très rapide ici et où j'ai eu beaucoup de mal sur d'autres circuits."

"Ce qui est important, c'est que l'on a progressé et que je me sens mieux avec la moto", retient le pilote au numéro 93. "Cependant, il y a des choses avec lesquelles je ne me sens pas à l'aise et que l'on doit améliorer. Mais c'est normal. On a eu des problèmes hier et pas aujourd'hui, mais il y a des choses au niveau électronique que nous n'avons pas pu résoudre et il va donc falloir que l'usine y travaille."

Neuvième et dixième ces deux derniers jours, Márquez s'est hissé aujourd'hui au deuxième rang grâce à un tour bouclé dans la première partie de la journée. Il rappelle donc que sa position et ses 0"138 de retard au classement final n'ont que peu de valeur : "La position, ce n'est pas quelque chose d'intéressant pendant les essais. Évidemment, il vaut mieux avoir un bon chrono qu'un mauvais, mais il y avait aussi différents pneus, différents facteurs. La chose importante c'est d'avoir bien travaillé."

Avec Pablo Elizalde

 

Polo Marc Márquez sur Motorstore.com
Polo Marc Márquez sur Motorstore.com, en vente sur Motorstore.com
Article suivant
Lorenzo - "Nous sommes encore loin de la limite"

Article précédent

Lorenzo - "Nous sommes encore loin de la limite"

Article suivant

Iannone cherche la limite et le rythme de course

Iannone cherche la limite et le rythme de course
Charger les commentaires