Un sauvetage, une chute et la 13e place : Márquez retrouve "la réalité"

La deuxième journée du Grand Prix d'Aragón a été un retour à la "réalité" pour Marc Márquez, qualifié 13e pour la course après avoir manqué la Q2. Le champion espagnol s'est aussi illustré dans un sauvetage magistral avant de subir une chute, sans craintes.

Un sauvetage, une chute et la 13e place : Márquez retrouve "la réalité"
Charger le lecteur audio

Marc Márquez a subi samedi sa première chute depuis sa dernière opération du bras, celle qui l'a tenu éloigné des pistes pendant trois mois et demi. Et, pour la première fois depuis qu'il s'est gravement blessé il y a deux ans, il assure ne pas avoir eu peur, même s'il s'est appuyé sur son bras droit. Immédiatement sur ses pieds après avoir visité le bac à graviers du virage 7, pendant les essais de samedi matin au MotorLand Aragón, le pilote espagnol n'a pas fait grand cas de cette glissade, et c'est pour lui un très bon signe.

"On ne veut jamais tomber, mais d'une certaine façon, chuter comme ça, en glissant, c'est un soulagement", explique-t-il, "parce qu'on se dit 'OK, je suis tombé, ça fait trois mois que je n'ai pas touché l'asphalte à 150 km/h et voilà ce que sont les sensations'. C'est un soulagement en ce sens, parce que je suis tombé de la moto et le bras n'a rien senti. C'est important pour reprendre confiance, dans le sens où je peux poser les deux bras, pas seulement le gauche. Ça ne m'arrivait pas avant et là, petit à petit, je reprends cette confiance car ma tête a compris qu'il n'y a pas de douleur. C'est un processus qui est lent."

Avant cela, le #93 s'était illustré dans un de ces sauvetages dont il a le secret, "un sauvetage incroyable" qui n'a fait qu'élargir son sourire au moment de débriefer sa journée, car là aussi tout s'est passé comme si ces deux ans de souffrances n'avaient pas existé.

 

Márquez estime être "revenu à la réalité" samedi, mais pas uniquement pour ces bonnes sensations pendant ses cabrioles. Le fait est qu'il prendra place en 13e position sur la grille de départ, alors qu'il était huitième à l'issue de la journée d'ouverture. "Les problèmes ont commencé en EL3. Le matin je ne me sens pas bien [avec la moto]", relate-t-il. Et sa chute n'a pas arrangé ses affaires : "Je suis tombé avec ma bonne moto ; l'autre n'était pas celle que je préférais et je n'ai pas pu améliorer mon chrono."

Ainsi passé hors du top 10, il a dû disputer la Q1 pour espérer obtenir une place sur les quatre premières lignes de la grille, mais une séance quelque peu mouvementée l'en a privé pour 0"066. Qu'à cela ne tienne, il retient le plaisir pris au guidon de sa machine : "En EL4 et en Q1, j'étais très content, de ma vitesse mais surtout de mes sensations avec la moto. J'ai commencé à sentir à nouveau la moto, j'ai retrouvé les problèmes de toujours mais j'ai commencé à bien piloter."

Marc Márquez

"Avec mon premier pneu, j'ai fait une tentative en étant seul et j'ai fait un temps de 1'46"9, ce qui est un bon signal : dans la première partie de la saison il m'était impossible de rouler seul, or là en roulant seul j'ai fait un bon temps. Puis avec mon deuxième pneu, ça a été dingue avec les drapeaux jaunes", explique-t-il. "Ça n'est pas de chance… Ceci dit, quand on a la vitesse on est toujours chanceux, tandis que quand on ne l'a pas on est toujours malchanceux ! Aujourd'hui, la vérité c'est qu'on n'a toujours pas la vitesse des premiers."

L'inconnue de 23 tours à enchaîner

Depuis la cinquième ligne de la grille de départ, le champion espagnol ne se fixe pas d'objectif pour cette première course depuis mai. Ce qui l'intéresse avant tout, c'est d'évaluer comment il va parvenir à supporter l'effort à fournir durant ces 23 tours.

"Ce sera une journée intéressante parce que je n'ai pas fait de long run depuis le Mugello, le maximum que j'ai fait ce sont cinq tours d'affilée ! [sept en réalité, ndlr] Alors je ne peux pas penser à gérer les pneus ; c'est à comment je vais me gérer moi-même que je vais penser", sourit-il. "Je pars 13e de toute façon, donc je ne suis pas en position de me dire qu'il faut que je prenne un bon départ et que j'essaye de récupérer des places. Je vais essayer de trouver un bon rythme, de comprendre comment fonctionnent les pneus et où je me situe."

S'il ne s'inquiète pas de ses résultats, c'est aussi que Marc Márquez est revenu à la compétition avec un objectif en tête, celui de préparer au mieux la Honda de 2023. Il a même transformé ses essais libres du week-end en véritables tests pour le compte du constructeur, ce qui explique aussi en partie qu'il n'ait pu atteindre la Q2.

"[Vendredi] on a tout analysé et on a trouvé quelle était la meilleure moto, c'est notre base. Mais [samedi] matin, cette base n'était pas dans le stand, parce qu'il était important pour Honda d'essayer des choses sur ce circuit, particulièrement celui-ci car j'y sens la moto et je sais ce dont j'ai besoin pour être rapide. [Pendant les EL3] on a essayé un concept pour Honda, qui n'a pas fonctionné comme on s'y attendait mais qu'il était important de tester pour comprendre la façon de faire pour l'avenir, pour 2023."

Un "concept" qui était alors associé au bras oscillant classique de la RC213V, en carbone. "Je ne peux pas mentir : si j'ai fait les qualifs avec celui qui est en aluminium, c'est parce que je me sens mieux. Mais en EL3 il n'était monté sur aucune des deux motos parce qu'on travaillait sur autre chose."

Conscient que les EL3 sont "déterminants pour la course" afin de bien se positionner sur la grille, Márquez a donc accepté ce sacrifice : "Les EL3 étaient pour Honda et les EL4 étaient pour moi." La course, elle, sera à nouveau un exercice plus personnel, et quoi qu'il en dise son esprit de compétiteur n'est pas bien loin. "En termes de rythme, il y a deux courses", juge-t-il. "Celle des trois de devant qui vont s'échapper dès le début, Bastianini, Pecco et Fabio, et ensuite il y a un petit groupe de pilotes où certains sont plus rapides en pneus neufs, d'autres en pneus usés. Si on parvient à prendre un bon départ et à avoir un rythme acceptable, on pourra essayer d'être avec eux pour que ce soit plus amusant."

Avec Charlotte Guerdoux

Lire aussi :

partages
commentaires

Voir aussi :

Bastianini souhaite gagner, même face à Bagnaia
Article précédent

Bastianini souhaite gagner, même face à Bagnaia

Article suivant

Warm-up - Nakagami leader devant Bastianini et Zarco

Warm-up - Nakagami leader devant Bastianini et Zarco