MotoGP
18 oct.
-
20 oct.
Événement terminé
25 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
15 nov.
-
17 nov.
Événement terminé

Márquez : sept ans de MotoGP vus par son ingénieur

partages
commentaires
Márquez : sept ans de MotoGP vus par son ingénieur
Par :
Co-auteur: Léna Buffa
4 déc. 2019 à 17:32

Sept ans en MotoGP et six titres à la clé. L'ingénieur de piste de Marc Márquez passe la carrière du champion espagnol au crible, de son arrivée dans la catégorie reine en 2013 jusqu'à son sixième titre dans la catégorie en 2019, à travers les épisodes clés de son parcours.

La progression de Marc Márquez ne s'est pas faite avec une courbe linéaire et sans accrocs. Elle a plutôt été entrecoupée de scènes qui resteront à jamais gravées dans les mémoires. On se souvient notamment de sa remontée depuis la dernière place lors du Grand Prix du Portugal 2010, en 125cc, après une chute pendant les essais. De la très grave blessure à l'œil dont il a été victime en 2011, alors en Moto2, et qui a affecté sa vue et a failli lui coûter la suite de sa carrière. Plus récemment, en MotoGP, ses affrontements avec Valentino Rossi ou ses multiples chutes, dont celle survenue en 2013 au bout de la ligne droite du Mugello, à 300 km/h, ont fait les gros titres.

Malgré les écueils et les accidents, le #93 s'est constitué à 26 ans un palmarès qui, quoi qu'il arrive, restera dans les annales, déjà détenteur de 82 victoires, 90 pole positions et huit titres mondiaux, sans compter les innombrables records qu'il a déjà battus. Les fans et les observateurs sont nombreux à avoir compris qu'ils assistaient à la carrière d'un pilote hors normes, un champion qui a déjà acquis une dimension colossale et s'est déjà imposé comme la référence incontestable de la dernière décennie.

Lire aussi :

Le plus à même de relater ce qu'a été le parcours du pilote espagnol ces dernières années n'est autre que son ingénieur, Santi Hernández. Celui-ci n'est pas seulement chargé de prendre les meilleures décisions techniques à tout moment, il est aussi dans de nombreux cas le confident du champion. C'est ensemble qu'ils ont célébré les nombreux succès et partagé la déception des défaites, tous ces moments qui ont fait de Marc Márquez le pilote qu'il est devenu.

"Marc emmagasine de nouvelles connaissances chaque année, et sa courbe d'apprentissage est énorme. Les deux premières années, tout était facile pour lui parce qu'il était jeune, il n'avait pas de pression et la moto était bien meilleure que les autres, il a donc pu faire la différence", explique Santi Hernández auprès de Motorsport.com. Il fait ici référence au titre fêté par son pilote en 2013, dès l'année de ses débuts en MotoGP, puis à celui de 2014 acquis après notamment dix victoires consécutives en début de saison.

Pour sa troisième saison, en revanche, Márquez a obtenu la troisième place du championnat, à 88 points du vainqueur, Jorge Lorenzo, et avec six scores vierges à son actif. "Par la grande porte ou à l'infirmerie : cela représente très bien cette époque. Mais en 2015, il s'est rendu compte que pour gagner les titres, il devait abandonner cette mentalité. Il a dû comprendre que pour atteindre l'objectif le plus important, il y a des moments où il faut se contenter de la troisième, voire de la cinquième place."

Et pour l'ingénieur, ce changement de mentalité a eu des bénéfices immédiats : "L'année suivante, nous avons gagné avec une moto bien inférieure aux autres. Marc le savait, nous avions beaucoup de difficultés dans de nombreux domaines, mais il n'a jamais jeté l'éponge. Au contraire, cela a été sa motivation. Il ne s'est jamais cherché d'excuses parce qu'il sait que ça ne lui apportera rien. Il prend la piste et il le fait à 200%. Là où la moto n'y arrive pas, c'est lui qui le fait."

Si celui de 2016 a été l'un des titres les plus disputés du pilote espagnol, ceux de 2017 et de 2018, toujours conquis face à Andrea Dovizioso, ont été remportés grâce à une saison gérée à la perfection. Quant à celui de 2019, il a récompensé ce qui a probablement été sa meilleure saison en MotoGP, compte tenu de la régularité et de la supériorité dont il a fait preuve. "Et il continue à apprendre. Par exemple, il a pu gagner en s'échappant dès le premier tour, ce qui jusqu'à présent était difficile pour nous. Je ne sais vraiment pas où est sa limite."

Article suivant
Viñales 3e du championnat, un "cadeau" après des montagnes russes

Article précédent

Viñales 3e du championnat, un "cadeau" après des montagnes russes

Article suivant

Rossi a moulé son baquet dans la Mercedes

Rossi a moulé son baquet dans la Mercedes
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Pilotes Marc Márquez Boutique
Équipes Repsol Honda Team
Auteur Oriol Puigdemont