Márquez a pensé stratégie et piloté "contre nature"

Le pilote Honda savait que le Grand Prix d’Italie serait compliqué pour lui et a donc fait le choix de ne prendre aucun risque afin de marquer des points importants pour le championnat, tout en tentant d’adapter son style de pilotage au tracé particulier du Mugello.

Márquez a pensé stratégie et piloté "contre nature"

La course toscane a témoigné du changement opéré par Marc Márquez. Ce dernier, malade et pas au mieux de sa forme, n’a pas cherché à gagner à tout prix et s’est contenté de jouer placé pour le championnat, en améliorant son approche du circuit du Mugello. Plus stratégique, l’Espagnol a marqué les 20 points de la seconde place et continue de creuser doucement son avance sur Andrea Dovizioso.

Lire aussi :

Jouer la défensive

"J'ai pris un bon départ, et j'ai essayé d'attaquer, comme je l'ai fait lors des dernières courses, mais j'ai directement vu que ça n'allait pas être la bonne journée. Quand vous n'avez pas les bonnes sensations, c'est le moment d'être patient, d'analyser et d'essayer de comprendre comment faire une course pour le championnat. C'est ce que j'ai fait, j'ai juste essayé de suivre les deux Ducati, d'être concentré, d'économiser les gommes et [de voir] à la fin", a-t-il expliqué.

"C'était la pire course pour moi au niveau de la condition physique. Je me sens un peu mieux aujourd'hui [dimanche], mais je suis toujours fatigué. C'est comme quand vous avez de la fièvre à la maison, ça dure deux, trois jours et vous n'avez pas de forces. C'était ma sensation, mais à part ça nous avons bien géré. Le fait que je ne me sentais pas très bien avec la moto tout le week-end n'a pas aidé non plus. Il reste des petites choses à améliorer et à travailler, mais à part ça nous avons atteint notre but, c'est le plus important."

Le but revendiqué du quintuple Champion du monde de MotoGP est d’ajouter un sixième sacre à son palmarès, et la prise de risques a été réduite afin d’y parvenir. Il fut un temps pas si lointain où en de pareilles conditions, il aurait attaqué les Ducati pour tenter de s’imposer, mais c’était mettre en péril les précieux points d’un podium, voire simplement donner une opportunité à son plus grand adversaire. "Je ne pensais pas à attaquer [Danilo Petrucci], car si je le faisais et que nous sortions large, Dovi aurait gagné la course", a-t-il déclaré.

"Ce n'était pas une bonne stratégie. Je me suis dit qu'aujourd'hui ça n'était peut-être pas possible et j'étais plutôt sur la défensive. J'ai utilisé des lignes défensives, et j'ai pensé qu'on verrait à l'aspiration dans la dernière ligne droite, mais j'étais un peu trop loin car Danilo était meilleur dans la dernière chicane. Ce n'était pas la bonne journée, mais ces 20 points sont comme une victoire. Quand j'ai vu que Danilo était premier et moi deuxième, je me suis dit que c'était l'objectif, il fallait finir devant Dovi et marquer plus de points au championnat et c'est fait, quatre points de plus, et petit à petit nous augmentons l'écart."

Changement de style

Sur une piste qui ne lui a pas souvent réussi et qu'il considère comme n'étant pas la meilleure pour sa RC213V, Márquez a donc fait le choix de gérer cette course où il savait d’avance qu’il allait souffrir, et ne considère pas avoir pris part à un véritable duel pour la victoire : "Les gens diront que j’ai encore perdu un corps-à-corps avec la Ducati, mais sur les pistes où nous sommes bien nous ne laissons aucune option à un corps-à-corps, et sur celles où nous sommes moins bien, nous attaquons jusqu’au bout."

Il est donc parvenu à terminer deuxième et à conserver sa première place au classement général, grâce également à des progrès réalisés chez Honda qui s’est selon lui adapté au niveau des réglages, mais aussi à des changements qu'il a lui-même effectués dans son pilotage, qui ne convient pas particulièrement bien aux spécificités du tracé italien. "Je suis un pilote qui entre très vite dans les virages, et peut-être que sur cette piste, si vous rentrez trop vite dans le premier virage, vous payez cela dans le deuxième", a-t-il commenté. "La façon d’être le plus rapide reste mon style de pilotage naturel, mais c’est vrai que l’an passé, par exemple, j’ai rencontré beaucoup plus de difficultés."

Lire aussi :

Pour y remédier, le numéro 93 a donc roulé "d’une façon différente" qui a payé à l’arrivée : "J’ai été capable de piloter de façon contre nature, et d’être là, donc c’est le plus important." Malgré ces changements et sa deuxième position à l’arrivée, le Mugello reste un circuit compliqué pour lui et Honda : "Avec Bridgestone je n’étais pas si mal, mais depuis que nous pilotons avec Michelin, et c’est ma faute, ou notre faute, nous n’avons pas trouvé un moyen de profiter pleinement du pneu avant. Nous devons comprendre pourquoi. Nous avons été en difficulté avec le pneu medium tout le week-end. Mais ce sont des choses qui arrivent parfois, et nous avons beaucoup travaillé, changé les réglages de la moto. Toute l’équipe a fait du bon travail, donc je suis content du résultat final."

Avec Michaël Duforest

partages
commentaires
Contrat de Petrucci : Ducati veut maintenir son calendrier

Article précédent

Contrat de Petrucci : Ducati veut maintenir son calendrier

Article suivant

Comment Lorenzo tente de "ducatiser" le freinage de la Honda

Comment Lorenzo tente de "ducatiser" le freinage de la Honda
Charger les commentaires
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021
Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi Prime

Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi

En sa qualité de patron d'équipe, Valentino Rossi va entrer de façon imminente dans une nouvelle ère dans sa carrière, et celle-ci aura une influence considérable sur un certain nombre de pilotes et d'équipes du championnat. Mais c'est précisément chez Yamaha que se fera sentir l'un des plus gros impacts car la marque joue un rôle central dans cet épisode et pourrait en conséquence perdre ses liens avec le Docteur.

MotoGP
23 juin 2021
Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité ! Prime

Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité !

Prendre le sillage d'un rival pour gagner en performance... ou être celui qui est accroché et donne, de son plein gré ou non, un avantage à un concurrent. Le sujet n'a pas pas fini de faire parler, mais crée en tout cas des dynamiques intéressantes entre les pilotes du plateau MotoGP.

MotoGP
10 juin 2021
Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ? Prime

Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ?

Aveu d'échec mais coup de pouce possiblement bienvenu : l'éligibilité à des concessions en MotoGP peut être vue de plusieurs manières, comme en témoignent les réactions de Marc Márquez et Pol Espargaró à cette évocation...

MotoGP
6 juin 2021
Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre" Prime

Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre"

Toujours aussi passionné, mais aussi ancré dans la réalité, l'ancien pilote Lucio Cecchinello partage avec nous son regard sur les effets de la crise actuelle en MotoGP et la manière dont le championnat devrait selon lui évoluer.

MotoGP
28 mai 2021
Hervé Poncharal, taille patron Prime

Hervé Poncharal, taille patron

Patron du team Tech3 et président de l'IRTA, Hervé Poncharal est une figure incontournable du MotoGP. Aussi impliqué dans le sauvetage du championnat face à la crise sanitaire que touché par l'évolution de la planète, le Français a partagé avec nous son regard sur le monde.

MotoGP
26 mai 2021