Márquez : Le titre, loin d'être aussi facile qu'il n'y parait

Un travail constant, qui passe souvent inaperçu, et une capacité d'adaptation hors-normes : Márquez n'a rien laissé au hasard cette année pour conserver son titre, qui n'était pourtant pas acquis d'avance.

Marc Márquez a remporté le week-end dernier un titre de Champion du monde qui lui tendait les bras depuis des mois, dénouement sans surprise d'une saison qu'il a particulièrement dominée. Et pourtant, sur le papier, le scénario n'était pas si favorable lorsque le paddock s'est retrouvé au Qatar pour le coup d'envoi des hostilités. Contraint de se faire opérer à l'épaule pendant l'intersaison, le pilote espagnol avait en effet dû s'éloigner de toute piste durant deux mois et mener une course contre la montre pour se présenter sur le premier Grand Prix de la saison aussi proche que possible de sa condition parfaite.

"L'hiver a été difficile avec une grosse blessure à l'épaule. Je n'ai pas débuté la saison à 100% en ce qui concerne ma condition physique, mais on a bien géré", estime-t-il. "Je pense que les moments difficiles sont ceux où l'on souffre le plus mais aussi ceux qui nous rendent plus forts. Cet hiver a été l'un des plus durs de ma carrière, car je ne pouvais pas faire ce que j'aime le plus au monde, rouler à moto, et je ne pouvais pas m'entraîner."

Lire aussi :

Alors que son pilote reposait son épaule et tentait de rester aussi affûté que possible, Honda apportait en parallèle les dernières touches à une RC213V qui allait devenir un casse-tête pour les autres coureurs qui en bénéficiaient (Jorge Lorenzo et Cal Crutchlow), mais que Márquez a réussi à dompter avec brio cette année. Si ses résultats de la saison (une série quasi parfaite de victoires et de deuxièmes places) tendent à faire oublier les difficultés qu'il a dû surmonter, le #93 rappelle qu'un succès, même aussi net que celui-ci, n'a rien d'aisé.

"Ça n'a pas été facile. On a travaillé à 100%", assure-t-il. "Pendant l'année, on a essayé d'améliorer la moto. Toute l'équipe travaille très bien et c'est la meilleure façon d'améliorer les performances. Le plus important est de débuter avec une bonne base puis d'essayer de l'améliorer. […] On dirait que c'est facile, car je suis toujours parmi les deux premiers, mais ça ne l'était pas. On ne peut pas imaginer à quel point je joue avec mon coude dans les virages, à quel point je joue avec mon corps, à quel point je travaille sur ma condition physique à la maison."

"Tout le monde sait que la Honda fonctionne très bien mais il faut y croire et beaucoup attaquer pour cela. Le frein moteur était un problème en début de saison, mais plus maintenant", ajoute le pilote. "Sur les quatre ou cinq premières courses, on a eu beaucoup de mal avec ça, car c'était un nouveau moteur. Ce n'est pas le meilleur, mais au moins il est constant, c'est le principal."

Marc Marquez, Repsol Honda Team

"Est-ce la moto qui est faite pour Marc ou Marc qui s'adapte à la moto ? Je crois que Honda conçoit la moto et que le pilote doit avoir la capacité de s'y adapter", souligne Márquez, souvent décrit comme un extraterrestre par un Crutchlow en difficulté et d'autant plus admiratif. "Ce qu'il y a de positif pour notre structure c'est que les trois pilotes qui ont la même moto font les mêmes commentaires, donnent les mêmes lignes directrices pour l'évolution. Après, il y a les techniciens derrière, qui sont des être humains. Parfois, une solution est meilleure et parfois elle ne l'est pas. C'est là qu'il faut s'adapter", pointe l'Espagnol.

Gare à l'excès de confiance

Márquez l'assure, il ne s'est jamais senti supérieur à ses adversaires et a bel et bien eu conscience de la pression qui pesait sur lui, chacun étant à l'affût de la moindre erreur qu'il pourrait commettre. "Quand on arrive à la mi-saison avec une telle avance, on commence à sentir la pression. Tout le monde vous observe. C'est là que j'ai perdu deux courses dans le dernier virage. En tant que sportif, ça agace, mais on ne baisse pas les bras et on retente sa chance la fois suivante. On ne peut jamais se sentir supérieur. En sport, on peut être battu à tout moment. Il faut sentir que l'on n'est pas au-dessus des rivaux, et de cette manière on est toujours prêt."

Lire aussi :

"Chaque année est spéciale", poursuit le sextuple Champion du monde MotoGP. "D'abord parce que ce n'est pas facile de garder la même vision et la même mentalité, et surtout car l'équipe comprend toujours la situation et ne lâche pas quand on a des soucis. C'est le plus important et c'est le plus difficile aussi. Pour cette raison, la pression est là et on la sent, on est humains. Il faut donc la gérer."

"C'est quand on a plus confiance en soi que les erreurs arrivent. On se fait trop confiance et c'est alors qu'est arrivée la course à laquelle on ne s'attendait pas, celle d'Austin. Je suis tombé alors que j'étais en tête avec quatre secondes d'avance, une victoire qui semblait acquise d'avance. Je suis tombé car j'étais trop détendu et c'est pourquoi il faut toujours être à 100% et apprendre de ses erreurs. On l'a fait."

Avec Michaël Duforest et Carlos Guil Iglesias

partages
commentaires
Espargaró sauve 3 points dans la douleur

Article précédent

Espargaró sauve 3 points dans la douleur

Article suivant

Quartararo : le moteur, un 1er cadeau qui en appelle d'autres ?

Quartararo : le moteur, un 1er cadeau qui en appelle d'autres ?
Charger les commentaires
Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda Prime

Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda

Il fut un temps où Honda était la destination toute tracée des jeunes talents de la moto mais deux de ses rivaux, KTM et, dans une moindre mesure, Ducati, ont pris le contrôle de ce marché. Cette évolution aura-t-elle des conséquences sur l'avenir du MotoGP ?

MotoGP
16 oct. 2021
Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage Prime

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a profondément fait évoluer son pilotage pour retrouver la victoire après sa blessure. Celui qui a dominé la dernière décennie du MotoGP devra peut-être le faire à nouveau s'il veut redevenir un prétendant au titre, la marge de progrès dans sa condition physique se réduisant.

MotoGP
7 oct. 2021
Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ? Prime

Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ?

Le retour du MotoGP en Amérique pour la première fois depuis 2019 ne se passe pas aussi bien que prévu, les pilotes s'inquiétant de la sécurité à l'issue des essais du vendredi.

MotoGP
2 oct. 2021
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021
Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha Prime

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha

Les différents événements qui ont mené à l'arrivée d'Andrea Dovizioso chez SRT et la suprématie de Fabio Quartararo chez Yamaha font penser que son retour en MotoGP revêt plus d'un choix par défaut que d'un projet à long terme.

MotoGP
8 sept. 2021
Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais Prime

Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais

Il y a 24 ans jour pour jour, Valentino Rossi devenait Champion du monde pour la première fois. Aujourd'hui il s'apprête à quitter le MotoGP, résolu à l'idée que le dixième sacre après lequel il a tant couru ne viendra jamais enrichir son palmarès.

MotoGP
31 août 2021
Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière Prime

Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière

Dans une interview exclusive accordée à Motorsport.com, Marc Márquez se confie sur les défis auxquels il est confronté depuis sa blessure, sa volonté de retrouver le sommet et la domination actuelle de Fabio Quartararo.

MotoGP
24 août 2021
La gestion de la pression, de moins en moins taboue Prime

La gestion de la pression, de moins en moins taboue

Sujet délicat s'il en est, la santé mentale s'assume désormais de plus en plus dans différentes disciplines sportives, et la compétition moto n'y fait pas exception. La gestion de la pression ou de performances en berne peut s'avérer particulièrement difficile à endurer, et cela reste bien souvent tabou.

MotoGP
21 août 2021