Márquez, vainqueur en Aragón, se "battait contre sa moto"

Même en partant de la cinquième place, Marc Márquez a remporté le Grand Prix d'Aragón 2017, mais en n'ayant pas les sensations du Márquez des grands jours.

L'Espagnol, qui a chuté lors des qualifications ce samedi, n'était pas au mieux au niveau des sensations qu'il a ressenties sur sa moto, ce qui ne l'a pas empêché de remonter et de s'imposer ce dimanche. Le meilleur temps réalisé au warm-up pouvait être un bon indicateur d'une victoire du numéro 93, mais en course, les mauvaises sensations étaient de retour.

"Oui, bien sûr, je suis très heureux de cette victoire. Je suis encore plus heureux car depuis hier, je ne me sentais pas bien avec la moto, et le feeling est revenu dans la matinée, mais en course, dès le premier tour, je ne me sentais pas si bien, et je me battais contre la moto tout le long. J’ai failli chuter plusieurs fois ; mais courir sur un de mes circuits favoris et à la maison m’a donné la motivation pour pousser avec la moto qui secouait dans tous les sens."

Le Champion du monde en titre a failli tout perdre au neuvième tour, lorsqu'il a attaqué Valentino Rossi. Déstabilisé au freinage, il a passé le leader Jorge Lorenzo avant de tirer tout droit au virage 12. Une conséquence de ses mauvaises sensations, qui l'ont mis dans un mode d'attaque maximale.

 

"Au début, je ne me sentais pas bien, mais j’essayais de comprendre ce qui se passait. Mais le feeling n’est jamais revenu, alors j’ai dit : 'OK, je pousse'. J’ai failli chuter en essayant de dépasser Valentino, et ai tout perdu, puis ai dû revenir. Tu pousses plus sur le pneu en faisant ça. En rattrapant Lorenzo, je savais qu’il fallait pousser car Dani revenait de plus en plus vite. D’un côté, je savais que le feeling était mauvais et que je voulais finir la course, mais de l’autre j’étais à la maison, et je devais essayer de gagner."

En fin de course, Marc Márquez a dû faire face au retour de son équipier Dani Pedrosa, qui échoue finalement pour huit dixièmes de seconde. Un retour que le pilote de 24 ans sentait, continuellement prévenu par son panneau, à chaque passage dans la ligne droite des stands.

"Dani poussait ! Je voyais le panneau et il poussait, il a essayé de gagner, même au dernier tour, j’ai vu 0"8", explique Márquez qui repart d'Aragón en ayant effectué une très bonne opération au championnat, qu'il mène désormais avec 16 points d'avance sur Andrea Dovizioso : "Pour le championnat, c’est un bon week-end. On arrive à égalité avec Dovi. Je savais que c’était un circuit sur lequel il pouvait souffrir car il avait beaucoup peiné l’an dernier. Mais je ne m’attendais pas à avoir tant de mal au niveau du feeling. Mais le plus important est d’avoir fini au sommet."

Au final, le porteur du 93 se félicite de son mental, qui l'a, selon lui, porté vers un cinquième succès cette saison, plus que tout autre pilote en 2017.

"Toutes les courses sont différentes et difficiles. Mais peut-être que sur celle-ci, j’ai obtenu la victoire avec mon esprit plus que mon style. Je souffrais beaucoup mais d’un autre côté de ma tête, ça disait : 'c’est un de tes circuits favoris, pourquoi n’es-tu pas compétitif  ?'"

Avec Guillaume Navarro

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries MotoGP
Événement GP d'Aragón
Sous-évènement Course
Circuit Motorland Aragon
Pilotes Marc Márquez
Équipes Repsol Honda Team
Type d'article Réactions