Márquez : La victoire ? "Encore plus difficile" cette année

La menace est plus pressante que jamais pour le pilote Honda, qui se heurte cette année à un rival de taille sur sa piste fétiche d'Austin.

Marc Márquez se présente cette semaine sur son Grand Prix de prédilection, celui qui lui a toujours valu le doublé pole position – victoire depuis qu'il figure au calendrier. Mais l'Espagnol sait qu'il aura fort à faire cette année pour maintenir cette tendance, face à un Maverick Viñales au meilleur de sa forme.

Et la performance de la Yamaha a en effet impressionné le Champion du monde en titre ce vendredi lors des premières séances d'essais libres. Car sur une piste qui s'est révélée bien plus bosselée qu'elle ne l'était l'an dernier, la M1 semble pouvoir compter sur une stabilité à toute épreuve, dont Márquez s'est rendu compte dès les EL1.

"J'ai suivi [Johann] Zarco et j'ai tout compris, ils ont plus ou moins la même moto", indiquait-il à la pause de la mi-journée. "Ils ont de très gros points forts et on doit travailler dur pour essayer d'attaquer à un autre endroit, parce qu'on est très loin sur ce point."

"Le circuit a beaucoup changé par rapport à l'année dernière, parce que c'est très bosselé. Je crois que ça se voit même à la télévision", soulignait le pilote Honda. "La Yamaha semble très bonne pour absorber les bosses, c'était déjà le cas en Argentine. Leur moto est vraiment stable, les autres bougent tout le temps. On doit travailler là-dessus pour essayer de comprendre pourquoi."

"Et en ce qui concerne l'accélération, il semble qu'ils progressent chaque année de plus en plus", ajoute-t-il.

Une Yamaha diablement stable sur les bosses

Les points forts de la Yamaha se sont traduits vendredi matin par le meilleur temps d'un Maverick Viñales déjà très à l'aise. Cet après-midi, c'est Marc Márquez qui a récupéré les commandes de la hiérarchie, néanmoins il y est parvenu en chaussant un pneu neuf et tendre en fin de séance, et ne se fait pas d'illusion sur la valeur de cette performance face au troisième temps de son rival.

Le pilote Repsol Honda s'intéresse plus à la qualité de sa performance, lui qui a opté ce matin pour deux runs plutôt longs – au lieu de trois plus courts –, travaillant avec deux motos réglées différemment afin de comprendre quelle direction prendre. Il a poursuivi son travail cet après-midi en testant d'autres réglages, ainsi que les pneus durs qu'il n'avait pas eu l'occasion d'évaluer pendant les EL1.

"Au final, la position n'est pas très importante le vendredi, parce que j'ai monté un pneu tendre, ce que n'a pas fait Maverick par exemple. Mais je suis très content, parce que je suis régulier et je travaille bien avec le team. On peut encore progresser à certains endroits, on a eu des problèmes de confiance avec l'avant et aussi pour absorber les bosses."

"On a des problèmes de confiance avec l'avant et des problèmes avec le pneu avant, par contre on est les plus rapides en entrée de virage. Le problème c'est qu'on perd toujours du temps dans les mêmes zones."

Pilote le plus rapide dans les secteurs 2 et 3, Márquez a un certain retard à combler sur l'autre moitié de la piste, et en particulier dans le T4 où il concède plus de trois dixièmes au meilleur temps détenu par Johann Zarco. "Là ça ne vient pas de la moto. On peut améliorer le set-up mais moi aussi je peux progresser à cet endroit. Dans le long virage à droite je n'ai pas trouvé la meilleure trajectoire aujourd'hui", indique-t-il.

Un rival de taille pour dimanche

Au final, malgré une menace plus accentuée que ces dernières années sur cette piste, Marc Márquez reste d'avis que ce Grand Prix n'a pas encore révélé toute l'amplitude des performances à attendre et le travail doit continuer.

"Il [Viñales] est très régulier, mais il faudra voir quand le pneu va perdre en performance, il faut voir quelle sera la durée de vie du pneu, c'est très difficile à comprendre pour le moment. J'ai le sentiment qu'on est plus proche qu'au Qatar, plus ou moins comme en Argentine peut-être, mais en Argentine le niveau était bon."

"Bien sûr, on travaille pour pouvoir se battre pour la victoire mais je sais que cette année ce sera encore plus difficile. Chaque année, on dirait que les autres sont de plus en plus proches, et non seulement ils sont plus proches cette année mais j'étais aussi plus rapide ici l'année dernière, on doit donc comprendre pourquoi", conclut le pilote Repsol Honda.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries MotoGP
Événement GP des Amériques
Sous-évènement Essais Libres - Vendredi
Circuit Circuit of the Americas
Pilotes Marc Márquez
Équipes Repsol Honda Team
Type d'article Réactions