Márquez : "Viñales prêt à se battre pour le titre et à le gagner"

partages
commentaires
Márquez :
Par : Léna Buffa
2 févr. 2017 à 09:08

Le champion du monde en titre voit dans la nouvelle recrue de Yamaha un rival "coriace" pour la saison à venir. Et garde un œil prudent sur l'inébranlable Valentino Rossi…

Marc Marquez, Repsol Honda Team
Marc Marquez, Repsol Honda Team
Marc Marquez, Repsol Honda Team
Marc Marquez, Repsol Honda Team
Maverick Viñales, Yamaha Factory Racing, Marc Marquez, Repsol Honda Team
Marc Marquez, Repsol Honda Team
Marc Marquez, Repsol Honda Team
Marc Marquez, Repsol Honda Team
Marc Marquez, Repsol Honda Team
Marc Marquez, Repsol Honda Team
Marc Marquez, Repsol Honda Team
Marc Marquez, Repsol Honda Team
Marc Marquez, Repsol Honda Team
Marc Marquez, Repsol Honda Team

Alors que le paddock MotoGP a fait sa rentrée cette semaine à l'occasion des tests de Sepang, Marc Márquez a laissé à d'autres le soin d'attirer à eux les projecteurs. Les leaders de ces trois premières journées d'essais collectifs s'appellent Casey Stoner (à la retraite), Andrea Iannone (qui découvre la Suzuki) et Maverick Viñales (passé chez Yamaha). Ce dernier a tout particulièrement frappé les esprits, par son aisance autant que par le chrono avec lequel il a mis tout le monde d'accord lors de la dernière journée.

Avec la maturité acquise par Viñales en deux ans de MotoGP et son passage sur la YZR-M1, avec laquelle il ne cesse d'afficher son potentiel depuis novembre, les pronostics opposant le champion sortant et son jeune compatriote vont bon train. Et Márquez, lui-même, sait qu'il va désormais devoir composer avec cet adversaire supplémentaire s'il veut prétendre à un quatrième titre en cinq ans.

"Je pense qu'il est prêt à se battre pour le titre. Et à le gagner. Tout comme Valentino [Rossi], ou Pedrosa ", pressent-il dans un entretien accordé à La Gazzetta dello Sport. "Lorenzo a du mal, mais ce sont ses premiers jours [avec Ducati]. En tout cas, je pense que les deux Yamaha seront les plus coriaces pour le championnat."

"Quand les courses commencent, tout est différent", prévient le pilote Honda. "Je ne sais pas qui sera le plus dangereux. Valentino a plus d'expérience, il en veut, tous les dimanches il est là - même si, en matière de vitesse pure, sur un tour, Maverick me paraît plus fort."

Des "choses bizarres" avec la Honda

Passé ce premier test de l'année, le champion du monde en titre ne se prononce pas sur le potentiel de sa machine. "Il est trop tôt, c'est le premier test et c'est la piste sur laquelle on a le plus de mal. Je ne suis pas encore à l'aise, même si on a un peu progressé. On n'a pas réussi à faire tout le travail que l'on voulait", explique-t-il.

Le nouveau moteur proposé par les ingénieurs du HRC n'a pas encore convaincu le pilote, qui demande non pas que sa puissance soit réduite, mais qu'elle soit mieux gérée. "Il s'agit de travailler sur le couple, la distribution de puissance en sortie de virage, l'anti-patinage, l'accélération", détaille-t-il.

"Au Japon, ils vont devoir beaucoup travailler sur l'électronique, parce qu'il se passe encore des choses bizarres quand on est au guidon", pointe l'Espagnol. "J'espère que quelque chose sera fait pour les tests de Phillip Island, mais je crois que nous ne serons pas à un bon niveau là-bas non plus. Par contre, il faudra que l'on quitte l'Australie en ayant résolu les principaux problèmes."

"2016 est déjà loin", assure le détenteur de la couronne, conscient que les compteurs sont remis à zéro. "Si vous m'aviez posé la question en décembre, je vous aurais dit que je me sentais champion du monde, mais aujourd'hui, si je regarde le classement, je sais que je dois juste travailler."

Le facteur chance a joué en 2016

Très en difficulté l'an dernier à pareille époque, Marc Márquez a tout de même réussi à s'imposer au championnat, notamment grâce à une attitude plus mesurée, qui l'a vu gérer certaines situations dans lesquelles il aurait naturellement eu tendance à attaquer plus fort, quitte à perdre gros.

Quelle sera son approche cette année ? "Cela dépend de l'arme dont tu disposes. Si tu as une arme qui te permet d'attaquer, si tu te sens bien, alors tu peux te battre en permanence pour la victoire. Mais, si après le dernier test, je sens que j'ai encore des doutes sur la moto, si jamais je suis contraint de gérer, alors je ferai comme l'année dernière."

"Mais 2016 aussi a été une année difficile, je suis beaucoup tombé, j'ai eu de la chance lors des courses mouillées… Il est vrai que la chance se provoque, mais je reconnais que j'en ai eu, je n'étais pas toujours le plus fort", conclut Marc Márquez.

Casquette Marc Marquez
Casquette Marc Márquez, en vente sur Motorstore.com
Article suivant
Lorenzo a choisi Pirro comme analyste de piste

Article précédent

Lorenzo a choisi Pirro comme analyste de piste

Article suivant

Zarco "comprend mieux" sa moto grâce aux pneus pluie

Zarco "comprend mieux" sa moto grâce aux pneus pluie
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Pilotes Marc Márquez Boutique
Équipes Repsol Honda Team
Auteur Léna Buffa
Type d'article Actualités