Martín déjà candidat à l'équipe officielle Ducati pour 2025

Déçu que Ducati lui ait préféré Enea Bastianini pour compléter son équipe d'usine cette année, Jorge Martín affirme à nouveau sa volonté d'être promu dès la prochaine opportunité, en 2025. Actuellement deuxième du championnat, le pilote espagnol n'a pas l'intention d'attendre plus longtemps.

Jorge Martin, Pramac Racing

La place lui a échappé lorsqu'il s'est trouvé en confrontation avec Enea Bastianini l'an dernier pour rejoindre l'équipe officielle Ducati pour les saisons 2023 et 2024, mais Jorge Martín n'a pas l'intention de manquer le coche une seconde fois. Lui qu'on a dit intéressé par Yamaha pendant l'hiver, il a fait taire les rumeurs au printemps en affirmant son souhait de rester à son poste, chez Pramac, pour la saison prochaine. Mais au-delà, il compte bien atteindre son but et devenir pilote d'usine.

"Mon rêve est clairement de rejoindre l'équipe d'usine", affirme le pilote Pramac dans une interview accordée au site officiel du MotoGP. "Je ne sais pas quand ce sera. Seul Ducati peut prendre une décision et changer quelque chose. Mon objectif est d'avoir un guidon officiel en 2025. Je pense que je le mérite."

Un an et demi avant l'échéance, Martín commence à mettre la pression au constructeur italien, avec entre les lignes la menace de son possible départ vers la concurrence s'il n'est pas promu. "Je crois que j'ai le potentiel pour gagner sur une autre moto aussi", observe-t-il, "mais ma première opportunité est Ducati et, s'ils n'apprécient pas vraiment mon travail ou mon talent, alors ce sera la seule option que je pourrais avoir."

LIRE AUSSI - Apaisé et efficace, Jorge Martín est de retour aux affaires

Enea Bastianini, qui a intégré l'équipe d'usine cette année, rencontre pour le moment beaucoup de difficultés. À sa blessure lors du premier Grand Prix de la saison s'est ajoutée sa lente adaptation au dernier modèle de la Ducati, le tout avec des responsabilités de pilote officiel auxquelles il doit encore se faire. Jorge Martín a suivi la courbe inverse, en retrouvant cette saison toute sa confiance et le chemin de la victoire.

Ce qu'il a donc déjà en ligne de mire, c'est la réflexion que mènera la direction de Ducati pour décider de l'identité du coéquipier de Pecco Bagnaia en 2025. Champion l'an dernier et dominateur à ce stade de la saison en cours, le pilote italien a désormais acquis la stature d'un véritable leader au point que rien ne semble devoir ébranler sa place dans l'équipe d'usine, même au-delà de son contrat en cours dont l'échéance est fixée à fin 2024.

Mais la lutte pour la place à prendre à ses côtés ne saurait se limiter à un duel Bastianini-Martín. Il faudra aussi compter, au minimum, Marco Bezzecchi dans l'équation. Si ce dernier est attendu à nouveau chez VR46 la saison prochaine, Ducati compte bien lui confier une moto officielle en 2025, ce qui pourrait dont se faire chez Pramac ou tout bonnement dans l'équipe d'usine.

Martín, lui, rêve de reformer avec Bagnaia le duo de leurs jeunes années. C'est en effet à ses côtés qu'il a débuté en Grand Prix, tous deux portant les couleurs du team Aspar en Moto3 en 2015 et 2016.

"Pour moi, Pecco est un pilote incroyable", admire l'Espagnol. "On a passé beaucoup de temps ensemble par le passé. Pendant deux ans, on a dormi ensemble chaque nuit. On s'entend donc bien mais quand on se bat pour un championnat, c'est difficile. Je ne sais pas comment Marco et Pecco arrivent à se battre, puis à redevenir normaux le lendemain [à la VR46 Riders Academy]. En ce qui me concerne, ce serait un petit peu plus compliqué !" sourit l'Espagnol, grand compétiteur.

Pecco Bagnaia et Jorge Martin en 2016, coéquipiers chez Aspar en Moto3.

Pecco Bagnaia et Jorge Martín en 2016, coéquipiers chez Aspar en Moto3.

"La saison dernière, j'ai eu le sentiment d'être un peu conditionné par sa position", poursuit Jorge Martín. "Ils me disaient toujours que je devais faire très attention à lui, essayer de le dépasser proprement. J'y pensais tout le temps un peu quand j'étais en piste avec lui, mais aujourd'hui je suis moi aussi un candidat", pointe-t-il, actuellement deuxième du championnat à 62 points de Bagnaia. "Il faut qu'on coure en piste et qu'ils nous donnent le même matériel, et j'espère qu'ils vont nous laisser nous battre jusqu’au bout."

De retour à la victoire lors du GP d'Allemagne, deux ans après son dernier succès un dimanche, il y voit un moment charnière, celui qui lui a montré qu'il pouvait s'imposer à la régulière face à un Bagnaia faisant pourtant office de référence. "Ça a été un moment très important dans la saison parce qu'il a compris que je faisais partie des plus forts et que je pouvais non seulement le battre quand je suis plus rapide que lui, mais aussi quand on est tous les deux rapides. Je crois que, maintenant, il pense à moi pour le championnat", observe-t-il.

Le pilote espagnol sait toutefois qu'il est en position d'infériorité face au champion en titre, à la fois plus performant et solide sur l'ensemble de la première moitié de saison. "Pecco se trouve dans une très bonne position actuellement. Je pense que sa situation lui permet de gérer", indique Martín en y mettant des guillemets, "pour finir deuxième ou troisième. Il peut un peu décider si prendre des risques ou pas, tandis que pour ma part, je dois prendre un peu plus de risques pour récupérer ces points."

"Je pense pouvoir y arriver, je pense que je vais y arriver", insiste-t-il. "Je crois que Brad [Binder] aussi peut réussir à combler son retard, il ne fait pas d'erreurs. Marco aussi est super rapide, mais il a peut-être fait trop d'erreurs jusqu'ici quand il avait l'opportunité de décrocher de bons résultats. Pecco et moi, on est un peu plus réguliers, sur toutes les pistes. Je pense donc que ça se joue plus entre Pecco et moi."

LIRE AUSSI - La "maîtrise" et la "maturité" de Pecco Bagnaia épatent Ducati

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article

Voir aussi :

Article précédent Davide Brivio n'exclut pas un retour en MotoGP
Article suivant VR46 confirme que Marco Bezzecchi restera en 2024

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France