Réactions
MotoGP GP d'Indonésie

Jorge Martín nouveau leader : "La pression est sur Pecco"

Nouveau leader du championnat MotoGP après une énième victoire au sprint, Jorge Martín apparaît toujours aussi solide, capable de dépasser sa déception des qualifications pour aller une nouvelle fois chercher le maximum de points.

Jorge Martin, Pramac Racing

De ses 66 points de retard après la course sprint de Barcelone, il ne reste plus rien. En huit courses depuis cette date, Jorge Martín a quasiment tout raflé : les quatre sprints, ainsi que deux courses longues, les deux autres lui ayant rapporté une deuxième et une troisième places. Face à un Pecco Bagnaia d'abord frappé par son gros accident de Catalogne, puis devenu inconstant dans ses performances, l'Espagnol est apparu inébranlable.

Son succès lors de la course sprint indonésienne, ce samedi, a donc propulsé Martín en tête du championnat, une première pour lui dans la catégorie MotoGP. "C'est génial, c'est comme un rêve !" assure-t-il, tout en souhaitant ne pas se laisser perturber. "C'est la raison pour laquelle on est ici, mais ma mentalité va rester la même. Il faut que j'attaque, que je profite du moment présent. Tout ce qui est vient est bon. Je pense que la pression est sur Pecco, parce qu'il a besoin de gagner, alors je vais garder la même mentalité."

"Ça a été une course difficile", explique le pilote espagnol, qui n'en a pourtant rien laisser paraître. Qualifié sixième, il a minutieusement construit sa course, bouclant le premier tour à la quatrième place, puis entrant dans le trio de tête au tour suivant. Dans la cinquième boucle, il dépossédait Luca Marini de la deuxième position et sa dernière victime allait s'appeler Maverick Viñales, aux abois avec un pneu usé.

S'il s'est compliqué la vie en obtenant sa plus mauvaise position sur la grille en cinq manches, Martín a expliqué avoir perdu ses chances de pole position à cause de la chute subie au début de la séance. "Je suis tombé avec le bon pneu avant, or c'était complètement impossible avec le hard ensuite", a-t-il indiqué, précisant qu'il se sentait capable de rouler en tout petits 1'30, voire en 1'29 comme l'a fait Marini.

Plutôt frustré après ces qualifications, le pilote Pramac a pourtant brillé par sa solidité en course. "Ça n'était clairement pas la meilleure position. En entrant dans le premier virage, j'étais sur la partie sale et je n'ai donc pas pu faire de dépassements, j'ai juste gardé ma place. Mais ensuite, j'ai dépassé des pilotes petit à petit. Je me sentais super bien. Avant la course, je me disais que je n'arriverais même pas à dépasser Brad [Binder], mais finalement je les ai tous passés !" Et pourtant, il s'est contenu : "J'ai géré un peu mon pneu arrière, c'était dur de le faire durer jusqu'au bout, car l'option soft est super tendre."

"Partir sixième, ça n'était peut-être pas la meilleure position, mais j'ai réussi à dépasser beaucoup de pilotes sur une piste sur laquelle c'est normalement difficile. J'espère pouvoir rééditer ça demain", se félicite le vainqueur du jour, qui obtient sa sixième médaille d'or au sprint cette saison.

Déjà tourné vers la course de dimanche

Avec 27 tours à parcourir sur un bitume à 60°C dimanche, il pense avoir un coup d'avance grâce au travail qu'il a pu réaliser. "Je suis content, parce que j'ai été le seul à travailler avec le pneu arrière medium ce matin et je pense que c'est positif car je le connais un peu plus. Il fonctionne plutôt bien. C'est sûr que ça n'est pas facile au freinage, mais il résiste bien mieux que le soft."

"Aujourd'hui, on a vu que le pneu de Maverick était complètement détruit après sept ou huit tours", observe-t-il. "Le medium est beaucoup plus constant, et j'ai réussi à tourner en 1'31, donc c'est très similaire par rapport ce qu'on faisait à la fin de la course. Je pense que le soft et le medium se croisent autour de sept ou huit tours et j'espère pouvoir en profiter."

"Super fier" de sa progression et de sa prise de pouvoir au championnat, Jorge Martín reste on ne peut plus mesuré, conscient de ce qu'il lui reste à accomplir avant d'atteindre le niveau de champion auquel il aspire. "Je pense que j'ai manqué beaucoup de gros points en début de saison, j'ai fait des erreurs, mais ça fait partie du processus d'apprentissage et cette année s'inscrit toujours là-dedans. J'espère avoir une autre opportunité l'année prochaine et pouvoir m'améliorer sur ces erreurs", prévient-il. Mais à voir sa capacité à performer d'une course à l'autre dès maintenant, on se dit que son apprentissage semble déjà bel et bien terminé.

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Zarco n'a pas voulu faire une Bastianini : "Ce n'est pas mon style !"
Article suivant Quartararo sans réponse face à Ducati : "On ne peut vraiment rien faire"

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France