Interview

Pour le patron d'Aprilia, l'argent ne devrait pas orienter le choix des pilotes

Dans un entretien accordé à Motorsport.com après l'annonce de la prolongation de Fabio Quartararo chez Yamaha, Massimo Rivola, PDG d'Aprilia Racing, souligne l'implication dont doivent faire preuve ceux qui veulent rejoindre le projet du constructeur italien. Un projet qui, à ses yeux, apporte la garantie de se battre pour la victoire.

Massimo Rivola, directeur général d'Aprilia Racing

Depuis son arrivée à Noale, fin 2018, son impact sur la réussite d'Aprilia a été décisif. Pourtant, Massimo Rivola a l'élégance de relativiser son mérite et de le reporter sur l'entreprise tout entière.

Quelles que soient les méthodes employées pour estimer à quel point le département course du groupe Piaggio s'est requinqué, les résultats vont tous dans le même sens. Selon les données de Nielsen, spécialiste de l'étude de marché, la valeur d'Aprilia a été multipliée par dix au cours des cinq dernières années, celles durant lesquelles l'Italien a œuvré en tant que PDG. Quant aux statistiques purement sportives, elles sont encore plus simples à quantifier.

Les trois premières saisons sous la direction de Massimo Rivola ont vu Aprilia se classer à la dernière place du championnat des constructeurs, puis la marque a opéré un bond considérable qui l'a menée à la troisième position en 2022. C'était la première saison d'un nouveau chapitre, celle où Aprilia a repris en main la gestion de son équipe d'usine en se séparant du team Gresini qui la soutenait jusqu'alors. Et c'est surtout la saison de la première victoire, décrochée en Argentine par Aleix Espargaró, ensuite candidat au titre jusqu'à la dernière partie du championnat. En 2023, Aprilia a consolidé sa troisième place, avec une RS-GP devenue la deuxième meilleure moto de la grille derrière la toute puissante Ducati.

"Notre croissance est née de la volonté du groupe Piaggio d'investir dans le MotoGP. Disons que mon arrivée a coïncidé avec cette volonté d'investir. Sans cela, je n'aurais rien pu faire. Et la première chose dans laquelle ils ont investi, ce sont les personnes", explique Massimo Rivola à Motorsport.com.

Maverick Vinales a signé son premier succès avec Aprilia lors de la course sprint de Portimao.

Maverick Viñales a signé son premier succès avec Aprilia lors de la course sprint de Portimão.

Photo de: Gold and Goose / Motorsport Images

Malgré son jeune âge (52 ans), ce diplômé en économie et commerce de l'université de Bologne a tout connu, et en particulier lors de son passage en Formule 1, tant chez Toro Rosso que chez Ferrari. Il est lui-même représentatif du mélange des genres mis en place chez Aprilia.

"Nous cherchons à trouver un bon équilibre entre la culture de la course moto à Noale et l'intégration de talents venant d'autres domaines, comme la F1. Cela offre un mélange entre des personnes ayant une expérience et des connaissances très élevées, comme Romano Albesiano [directeur technique, ndlr], avec des jeunes qui sortent tout juste de l'université", explique le dirigeant.

"Lorsque vous parvenez à croître chaque année, la motivation augmente car vous vous rendez compte que vous allez dans la bonne direction. Si notre moto ne cesse de s'améliorer, c'est parce que nous sommes plus forts au niveau de l'usine. Et puis, bien sûr, le facteur pilote joue un rôle important."

Rivola doit faire face à un marché des transferts très actif avant le prochain cycle contractuel, qui va de façon naturelle s'installer pour les saisons 2025 et 2026. Ce n'est un secret pour personne que l'un des pilotes qui s'est intéressé à Aprilia est Fabio Quartararo. Le Français a toutefois confirmé vendredi dernier son renouvellement avec Yamaha. Son nouveau contrat fera de lui le pilote le mieux payé du plateau MotoGP, avec un salaire d'environ 12 millions d'euros par an.

Si un pilote veut gagner, je ne sais pas si le facteur déterminant dans cette décision doit être l'argent.

Conscient qu'Aprilia ne peut rivaliser financièrement avec les deux géants japonais du championnat que sont Yamaha et Honda, Massimo Rivola dessine un scénario dans lequel les deux parties montreraient une volonté commune.

"La limite que nous avons d'un point de vue économique en termes de salaires des pilotes est très liée à la performance de la moto. Si un pilote veut gagner, je ne sais pas si le facteur déterminant dans cette décision doit être l'argent", s'interroge le responsable italien. "Avant cela, je crois qu'il est plus important qu'il se demande ce qu'il veut faire : est-ce que je veux gagner de l'argent ou est-ce que je veux un projet qui me permette de gagner ?"

"Et je crois que le projet Aprilia permet de se battre pour gagner. Et je dirais même plus : si l'on gagne, l'argent n'est pas un problème. Mais l'implication doit être mutuelle", poursuit Massimo Rivola, qui donne une réponse politique lorsqu'on lui demande de juger la manœuvre de Yamaha avec le champion 2021 : "Je n'ai pas l'habitude de commenter les nouvelles qui concernent les autres équipes. Dans ce cas, je dirais simplement qu'il me semble que Yamaha va dans la bonne direction."

En ce qui concerne le line-up qu'il finalisera pour la saison prochaine, Massimo Rivola estime qu'Aleix Espargaró et Maverick Viñales méritent un traitement de faveur, étant donné le pari qu'ils ont pris lorsqu'ils ont choisi de rejoindre l'équipe. En ce sens, et compte tenu du niveau de compétitivité de la RS-GP, Aprilia ne montre aucun empressement.

"Nous serons probablement les derniers à valider nos deux pilotes pour 2025. Avant toute chose, parce que nous voulons respecter Aleix et Maverick, et leur donner le temps d'exprimer clairement leur désir de continuer. Bien sûr, j'écoute tout le monde, car il est très intéressant de savoir comment on est perçu", conclut le PDG d'Aprilia Racing.

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Andrea Dovizioso hospitalisé après un accident de motocross
Article suivant Honda retrouve une de ses pistes fétiches, mais sans attentes

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France