Viñales frustré du temps perdu derrière Nakagami

Maverick Viñales se réjouit d'avoir renoué avec un podium qui lui échappait depuis trois mois à Assen. Celui qui quittera Yamaha en fin de saison reste frustré d'avoir passé la moitié de la course coincé derrière Takaaki Nakagami.

Viñales frustré du temps perdu derrière Nakagami

Le départ annoncé de Maverick Viñales de Yamaha à la fin de l'année aura presque fait oublier sa belle prestation au Grand Prix des Pays-Bas, le pilote espagnol ayant décroché son premier podium depuis son succès à Losail en ouverture du championnat. Surtout interrogé sur sa situation dans son équipe et sur son avenir, Viñales a néanmoins pu afficher sa satisfaction de renouer avec les premières places.

"Pour moi, c'est un bon dimanche", a résumé le deuxième de la course au micro du site officiel de la catégorie. "Je n'avais pas été sur le podium depuis longtemps. Sincèrement je suis très heureux, surtout parce que la deuxième partie de la course a été rapide et que j'ai pu faire des tours rapides. Mais je m'attendais à un peu mieux au début."

Lire aussi :

Parti depuis la pole, Viñales a été enfermé par Quartararo, futur vainqueur de la course, au départ, et il n'était que quatrième dans les premiers tours. La manœuvre de son coéquipier a conditionné son début de course mais il ne lui en veut pas : "Au départ, il est passé devant donc j'ai dû relâcher les gaz", a précisé le #12 en conférence de presse. "Ça m'a placé à la quatrième position mais c'est la course. Ça peut arriver à un pilote un jour, à un autre un autre jour, c'est la course. Je n'ai pas pu doubler Taka. C'était le vrai problème de la course. Si j'avais pu le doubler en un ou deux tours, ça aurait été une course très différente."

Viñales a en effet passé les 12 premiers tours de la course derrière Takaaki Nakagami, plus à l'aise que lui en milieu de courbe et en particulier dans les virages à faible vitesse, ce qui lui permettait de prendre une petite avance à la réaccélération. "J'ai tout tenté, mais je n'ai jamais eu l'opportunité. J'ai immédiatement su qu'en passant dix tours derrière Nakagami, la course était perdue. Le pneu souffrait et je n'ai pas pu le doubler. C'est toujours difficile [de doubler] avec notre moto. On doit continuer à travailler. [Johann] Zarco m'attaquait, je gérais l'écart avec Nakagami pour ne pas surchauffer le pneu. C'était très compliqué mais ça s'est bien fini."

"Notre moto a du mal dans les dépassements", a insisté Viñales. "Je me suis retrouvé derrière Nakagami. C'était impossible. Je ne savais pas quoi faire, l'intérieur, l'extérieur, je n'ai pas réussi à le doubler jusqu'à ce qu'il perde la traction. Dès ce moment-là, j'ai pu le doubler et j'ai pu rouler à un bon rythme. J'ai détruit le pneu derrière lui parce qu'il surchauffait, mais quand j'étais coincé, j'ai très vite compris que ça serait difficile."

Viñales a gagné une position supplémentaire en profitant la pénalité infligée à Pecco Bagnaia : "J'ai été chanceux que Pecco ait le long lap, très chanceux. Je ne savais pas où le doubler", a reconnu celui qui a encore dix courses à disputer avec la Yamaha, sauf nouveau changement dans le calendrier. Une fois deuxième, Viñales était à quatre secondes de Quartararo et il a grignoté l'écart le séparant du Français, qui n'avait plus qu'à assurer, mais ils étaient encore séparés par 2"757 sous le drapeau à damier : "On était rapides en fin de course, c'est le plus important. On a un podium donc je suis content."

Lire aussi :

Ce podium salvateur après plusieurs courses difficiles a été conquis sur exactement la même machine avec laquelle Viñales avait pris la 19e place, son plus mauvais résultat en MotoGP hors abandon, sept jours plus tôt au Sachsenring. Souvent en manque de grip avec la Yamaha, il n'était pas confronté à ce problème sur le nouvel asphalte posé à Assen. Rarement à telle fête ces derniers mois, le #12 ne cache pas un certain regret surtout conditionné par le temps perdu derrière Nakagami.

"C'est sûr que la déception ne vient pas du fait de ne pas avoir gagné. Je suis déçu de ne pas avoir montré tout mon potentiel. C'est pour ça que je suis déçu et que j'étais très déçu au Sachsenring. Je ne peux pas attaquer au maximum. Il y a eu de nombreuses erreurs techniques par moments et je n'ai pas pu donner le maximum. Je sais que je peux être rapide à Assen, donc je n'ai pas touché la moto. J'ai juste continué à rouler en faisant de mon mieux avec ce que j'avais. J'avais peur de faire le moindre changement. On aurait peut-être pu être plus rapides mais je ne voulais pas prendre de risques. La deuxième place est bonne, je suis content."

partages
commentaires
Pecco Bagnaia : "Peut-être ma course la plus difficile en MotoGP"

Article précédent

Pecco Bagnaia : "Peut-être ma course la plus difficile en MotoGP"

Article suivant

Miguel Oliveira confirme qu'il sera bien chez KTM en 2022

Miguel Oliveira confirme qu'il sera bien chez KTM en 2022
Charger les commentaires
Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha Prime

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha

Les différents événements qui ont mené à l'arrivée d'Andrea Dovizioso chez SRT et la suprématie de Fabio Quartararo chez Yamaha font penser que son retour en MotoGP revêt plus d'un choix par défaut que d'un projet à long terme.

MotoGP
8 sept. 2021
Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais Prime

Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais

Il y a 24 ans jour pour jour, Valentino Rossi devenait Champion du monde pour la première fois. Aujourd'hui il s'apprête à quitter le MotoGP, résolu à l'idée que le dixième sacre après lequel il a tant couru ne viendra jamais enrichir son palmarès.

MotoGP
31 août 2021
Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière Prime

Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière

Dans une interview exclusive accordée à Motorsport.com, Marc Márquez se confie sur les défis auxquels il est confronté depuis sa blessure, sa volonté de retrouver le sommet et la domination actuelle de Fabio Quartararo.

MotoGP
24 août 2021
La gestion de la pression, de moins en moins taboue Prime

La gestion de la pression, de moins en moins taboue

Sujet délicat s'il en est, la santé mentale s'assume désormais de plus en plus dans différentes disciplines sportives, et la compétition moto n'y fait pas exception. La gestion de la pression ou de performances en berne peut s'avérer particulièrement difficile à endurer, et cela reste bien souvent tabou.

MotoGP
21 août 2021
Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022 Prime

Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022

Le verrouillage de Raúl Fernández par KTM et le peu de coopération de Yamaha font que le team Petronas SRT n'a pas encore pu annoncer de pilote pour la saison prochaine. Après avoir vu l'Espagnol lui échapper, l'équipe malaisienne porte son dévolu sur Marco Bezzecchi, mais lui aussi est en lien étroit avec un autre groupe.

MotoGP
10 août 2021
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021