Viñales : "J'aurais eu besoin d'un tour de plus !"

Maverick Viñales le prend avec un grand sourire : plus performant qu'il ne l'a jamais été avec l'Aprilia, il a décroché la deuxième place du Grand Prix de Grande-Bretagne et a même tenté en fin de course une attaque pour passer en tête, en vain.

Viñales : "J'aurais eu besoin d'un tour de plus !"
Charger le lecteur audio

C'est un Maverick Viñales transformé qui pilote à présent l'Aprilia, de plus en plus à l'aise au guidon d'une machine qu'il a découverte il y a moins d'un an. Aujourd'hui véritablement compétitif, le voici qui enchaîne deux arrivées sur le podium, sa deuxième place dimanche à Silverstone venant confirmer la première récompense obtenue à Assen juste avant la pause.

Plus souriant que jamais, Viñales n'a pas exprimé une once de déception à sa descente du podium alors qu'il a pourtant semblé très proche de la victoire. Grâce à une seconde partie de course particulièrement incisive, il est en effet revenu dans la roue du leader Pecco Bagnaia jusqu'à porter une attaque dans l'avant-dernier tour. Le pilote Ducati a bien vite repris sa place et la menace représentée par la RS-GP s'est progressivement éloignée dans le dernier tour quand Viñales a commis quelques erreurs de trajectoire et basculé son attention sur Jack Miller, qu'il voulait empêcher de le piéger à la dernière minute.

"J'ai tenté à deux tours de l'arrivée car je me sentais très fort dans la dernière partie de la course, mais Pecco a réussi à replacer sa moto devant moi et il a fermé la porte. Ensuite, je n'avais plus la possibilité [de l'attaquer], j'ai élargi dans le virage 1 car j'ai perdu l'arrière. Et puis, je regardais derrière moi, j'avais peur que Jack me passe parce qu'il freine fort", a-t-il relaté.

"Globalement, on peut être satisfaits. Ça n'est pas facile, c'est le MotoGP, et on obtient un très bon résultat, deux podiums de suite", a voulu retenir Viñales, finalement battu de quatre dixièmes. Mais que serait-il advenu s'il avait mieux réussi son début de course ? La question se pose, sachant que le pilote espagnol s'est fait avaler à l'extinction des feux, pris en sandwich entre Miller et Quartararo alors qu'il partait de la première ligne. Relégué à la sixième place, il lui a fallu s'employer pour remonter.

"On n'a pas utilisé le holeshot device à l'arrière, c'est pour ça que j'ai pris un départ 'normal' !" a-t-il expliqué, également gêné par Fabio Quartararo mais sans rien y voir de contestable. "Quand Fabio a coupé ma trajectoire, j'ai dû couper l'accélération, mais c'est normal dans une course. Ça se serait mieux passé si j'étais mieux parti. Ça n'a en tout cas pas changé ma course."

"Ensuite, je me suis beaucoup battu pendant toute la course. Contre Martín, contre Rins… Chaque fois que je voulais passer devant, quelqu'un me dépassait et je n'ai pas pu arriver devant rapidement, je suis arrivé un peu trop tard", a-t-il estimé. "J'ai attendu d'être à dix tours de l'arrivée avant d'attaquer et ça a payé. Je crois que j'aurais juste eu besoin d'un tour de plus ! Mais j'ai vraiment essayé. Pecco a été très intelligent."

"Peut-être trop poussé sur les pneus"

Toutes les bagarres menées durant cette course se sont fait sentir dans la dernière partie, même si Viñales a cherché à masquer ses difficultés en redoublant son attaque. "J'ai commencé à perdre l'arrière à quatre tours de l'arrivée. Parce que j'avais poussé ! À dix tours de la fin, j'ai commencé à tourner en 1'59, j'ai beaucoup poussé sur les pneus, peut-être trop, mais c'est comme ça qu'il fallait faire. Ça a presque fonctionné, alors il faut qu'on continue à essayer."

"Il ne me restait pas beaucoup de gomme", a-t-il constaté, lui qui avait fait le choix d'une monte medium-hard. "On peut progresser, surtout dans les derniers tours. Même si j'ai été assez fort et que j'ai fait de bons chronos, il reste encore une marge d'amélioration. Je suis content qu'on ait été proches de la victoire en ayant encore une marge de progression. Je suis très content de ce résultat. Les pneus ont formidablement bien fonctionné, j'aurais juste eu besoin de pousser plus fort mais je pense que je n'aurais pas pu économiser les pneus jusqu'au bout."

"Je pense que si j'avais été premier ou deuxième dans les premiers tours, la course aurait été très différente, car j'aurais pu imprimer le rythme que j'aurais voulu dès le début et j'aurais pu rouler plus vite. Malgré tout, dans les derniers tours j'ai attaqué et c'est très chouette. Ça revient parfois quand je me sens très fort. C'est important de se sentir fort à la fin de la course parce que ça vous encourage à mieux faire les premiers tours."

"On termine à la deuxième place et on doit en être très contents, il y a deux courses on finissait P10 ou P12, alors il faut juste qu'on continue comme ça et qu'on y croit, avec la confiance que j'ai actuellement sur la moto", a ajouté le pilote espagnol, aux anges de se sentir si performant. "La bonne chose c'est que j'arrive à dépasser en course, et puis j'ai pris beaucoup de plaisir, je me suis beaucoup amusé pendant la course. […] C'est bien, quand on peut prendre du plaisir pendant une course, ça veut dire qu'on donne quelque chose de plus. C'était fantastique !"

"Aujourd'hui, on peut être satisfaits car on a montré un bon potentiel. Je me sens chaque fois mieux sur la moto et j'ai le sentiment qu'on progresse. C'est ce qu'il faut faire. Avec Aprilia, on travaille d'une manière fantastique. Ça fait trois courses de suite qu'on a le potentiel d'être sur le podium et c'est ça qu'il faut. Il faut se battre pour les courses et aujourd'hui on l'a fait."

Lire aussi :
Le deuxième Maverick Vinales, Aprilia Racing Team sur le podium

Maverick Viñales sur le podium du Grand Prix de Grande-Bretagne

partages
commentaires
Bagnaia s'est lui-même surpris en gagnant à Silverstone
Article précédent

Bagnaia s'est lui-même surpris en gagnant à Silverstone

Article suivant

Les conseils de Rossi et Stoner qui ont aidé Bagnaia

Les conseils de Rossi et Stoner qui ont aidé Bagnaia