Viñales signe une victoire qui est "très bon signe" pour Yamaha

Pour gagner le Grand Prix du Qatar, Maverick Viñales a pu compter sur une Yamaha capable de répondre avec autorité aux puissantes Ducati et dont il a géré à la perfection la performance sur la durée.

Certes, les Ducati ont joui d'un avantage indéniable et même impressionnant au départ du Grand Prix du Qatar, mais la Yamaha de Maverick Viñales avait des atouts dans la poche et le pilote espagnol l'a démontré avec une telle aisance que sa performance ce dimanche aurait de quoi dégoûter ses rivaux.

De la sage sixième place qu'il occupait à la fin du premier tour à sa prise de pouvoir au 15e tour, Viñales a méthodiquement déroulé son plan en exploitant à leur paroxysme les points forts de sa machine. Cela lui vaut une victoire incontestable, mais cela a aussi de quoi le galvaniser pour la suite car certains éléments sont à ses yeux des signes particulièrement encourageants quant au potentiel de cette M1 version 2021. Voilà l'analyse qu'il a livrée à chaud à l'arrivée de la course.

Lire aussi :

Félicitations, Maverick ! Ça a été l'une de tes plus belles courses, et pas seulement parce que tu as gagné, mais tu as aussi dû vraiment t'employer au début...

Ah oui, un peu ! Je ne sais pas pourquoi le départ est toujours difficile. Ça parait compliqué d'être en première ligne. J'ai vu aussi que Fabio [Quartararo] a eu un gros wheelie, nos deux motos se sont cabrées, et j'ai juste vu des motos nous dépasser, surtout en quatrième. C'est quelque chose que l'on doit améliorer, c'est notre priorité désormais, parce que la course semble pouvoir être bien plus facile si on part devant.

Mais, ensuite, je me suis concentré et j'ai commencé à faire des dépassements. J'avais de bonnes sensations sur la moto. J'ai senti un potentiel incroyable sur la moto, et j'ai juste essayé de dépasser. Certains dépassements ont été très serrés, notamment avec Fabio. Au final, je veux juste féliciter l'équipe : on a bien préparé la course, on connaît notre potentiel, et on l'a juste exprimé au bon moment. On se sent bien, on est en bonne voie, il est certain qu'il reste beaucoup de choses que l'on doit améliorer pour la prochaine course, parce que nos adversaires seront beaucoup plus forts, mais aujourd'hui on peut être satisfaits et demain on va reprendre le travail.

Au départ, tu as dû te montrer agressif, mais tu as aussi semblé attendre à un moment donné pendant la course. Est-ce parce que tu étais confiant ?

J'étais assez à l'aise derrière Fabio. Je voyais que les Ducati ne s'échappaient pas, alors Fabio comblait l'écart. J'essayais d'économiser autant que possible mes pneus, en particulier le pneu arrière, et avec l'aspiration de Fabio on se rapprochait. Je n'ai donc pas pris trop de risques. Quand j'ai vu que j'allais avoir la possibilité de pousser et de passer Fabio, Johann [Zarco] et Pecco [Bagnaia], j'ai poussé pendant six ou sept tours. Je pense avoir assez bien réussi à faire des tours rapides, même avec les dépassements j'étais très rapide.

Après cela, j'ai juste géré les pneus. On a très bien travaillé pendant tout le week-end, surtout en EL4 avec les pneus usés, donc je comprends assez bien comment obtenir du grip quand le pneu est usé. C'est une chose à laquelle je ne m'attendais pas parce qu'après le Moto2 le niveau d'adhérence a toujours été très bas, mais aujourd'hui j'avais un bon grip. C'est très bon signe pour nous, car ça signifie qu'on a progressé dans les conditions dans lesquelles on avait beaucoup de mal l'année dernière. Pour la prochaine course, j'ai donc des idées pour progresser, parce qu'à certains moments je glissais beaucoup à l'arrière, surtout en entrée de virage, alors il faut qu'on s'améliore dans ce domaine.

Le vainqueur Maverick Vinales, Yamaha Factory Racing

Tu n'as pas semblé perdre tellement de vitesse de pointe par rapport aux Ducati : as-tu fait quelque chose pour cela ?

Je pense que ça vient de la façon dont on sort du dernier virage, j'arrivais à sortir avec une très bonne traction. Ensuite, je n'avais pas de wheelie en passant de la troisième à la quatrième vitesse, j'arrivais à très bien me placer à l'aspiration. Puis, en cinquième et sixième, ils se détachaient un petit peu, mais c'était bien mieux que ce à quoi je m'attendais. Cela nous montre aussi une direction qu'il faut que l'on suive et un domaine dans lequel progresser, parce que cette année on ne peut pas améliorer le moteur mais on peut améliorer les autres domaines pour essayer de masquer cette différence en vitesse de pointe. Et puis aujourd'hui, on avait le vent de face dans la ligne droite principale, et je pense que cela nous a aussi beaucoup aidés.

Lire aussi :

Tu n'as pas connu la dégradation du pneu arrière que tu as pu avoir par le passé : quelle a été l'amélioration sur ce point ?

J'avais de très bonnes sensations avec le pneu avant. Durant la première partie de la course, j'ai donc beaucoup roulé sur l'avant et je n'ai pas beaucoup usé le pneu arrière sur les gaz. OK, je l'ai fait quand j'ai eu besoin de dépasser et de combler mon retard, mais ensuite j'ai piloté tout en douceur, beaucoup plus que je ne l'ai fait tout le week-end. Et je pense que ça m'a donné l'opportunité d'attaquer et d'élever mon rythme à dix tours de l'arrivée. Mais je n'ai malgré tout pas pu gérer cela comme je le voulais. Il faut donc que l'on travaille sur l'électronique pour mieux faire cela, avec plus de douceur, et voir si on peut gagner quelque chose pour la prochaine course.

Ceci dit, dans l'ensemble, je suis très content, parce que je retrouve mes sensations sur l'avant, qui me manquaient depuis de nombreuses courses. Je me suis senti fantastiquement bien sur la moto et c'est toujours un bon signe pour nous. Concernant le départ, on sait qu'il faut qu'on apporte un 'device' pour partir plus vite, mais ensuite j'ai pu revenir et ça me rend très heureux, très satisfait du travail abattu.

partages
commentaires
Quartararo ralenti par "un vrai désastre" sur son pneu arrière

Article précédent

Quartararo ralenti par "un vrai désastre" sur son pneu arrière

Article suivant

Bagnaia ravi de sauver un podium après sa baisse de rythme

Bagnaia ravi de sauver un podium après sa baisse de rythme
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Événement GP du Qatar
Catégorie Course
Lieu Losail International Circuit
Pilotes Maverick Viñales
Équipes Yamaha Factory Racing
Auteur Léna Buffa
Pourquoi l'incident entre Miller et Mir mérite une nouvelle enquête Prime

Pourquoi l'incident entre Miller et Mir mérite une nouvelle enquête

Malgré la décision de Suzuki de ne pas faire appel de l'absence de sanction pour Jack Miller après son incident avec Joan Mir, il est nécessaire d'agir pour ne plus voir ce genre de manœuvre, qui aurait facilement pu tourner à la tragédie à Losail.

MotoGP
9 avr. 2021
Johann Zarco, la victoire avant l'heure Prime

Johann Zarco, la victoire avant l'heure

En à peine 18 mois, Johann Zarco est passé d'un extrême à l'autre en MotoGP, de pilote accablé et sans guidon à leader rayonnant du Championnat du monde 2021. Mais les Grands Prix de Losail ont surtout vu le retour au premier plan d'un homme retrouvé.

MotoGP
5 avr. 2021
Les changements derrière le retour en force de Maverick Viñales Prime

Les changements derrière le retour en force de Maverick Viñales

Sa victoire autoritaire lors de la manche d'ouverture du championnat intervient alors que Maverick Viñales vit une période de changement personnel et professionnel. Est-ce le tremplin vers une lutte pour le titre plus concrète qu'elle ne l'a été par le passé ?

MotoGP
30 mars 2021
Pramac et cette victoire si souvent touchée du doigt avec Ducati Prime

Pramac et cette victoire si souvent touchée du doigt avec Ducati

Pramac Racing entre cette année dans sa 20e saison en MotoGP, la 17e en partenariat avec Ducati. Frôlée à plusieurs reprises, sa première victoire avec le constructeur italien constitue toujours l'objectif de l'équipe, qui accueille en 2021 deux nouveaux pilotes. Le moment est-il venu ?

MotoGP
24 mars 2021
Entre Morbidelli et Rossi, une amitié plus forte que la rivalité ? Prime

Entre Morbidelli et Rossi, une amitié plus forte que la rivalité ?

Le vice-Champion du monde 2020 a clairement annoncé qu'il ne trahira pas ses valeurs pour atteindre ses objectifs sportifs, aussi élevés soient-ils, cette saison. Sorte de petit frère adoptif de Valentino Rossi, qui l'a pris sous son aile lorsque la vie l'a malmené, Franco Morbidelli veut placer l'amitié au-dessus de toute forme de concurrence entre eux.

MotoGP
21 mars 2021
Maverick Viñales, leader en quête de stabilité et de clarté Prime

Maverick Viñales, leader en quête de stabilité et de clarté

Nouveau leader moral de l'équipe officielle Yamaha de par son expérience et les succès obtenus jusqu'à présent, Maverick Viñales aborde une saison 2021 qui s'annonce peut-être comme la plus importante de sa carrière, avec une réelle chance de s'affirmer enfin.

MotoGP
6 mars 2021
Poncharal : toujours le même feu après l'émotion des premières victoires Prime

Poncharal : toujours le même feu après l'émotion des premières victoires

Les teams indépendants ont prouvé en 2020 leur capacité à se battre pour la victoire et même pour le titre en MotoGP, et Tech3 a été l'un des acteurs forts de cette saison riche en émotions. Hervé Poncharal s'en remet à peine qu'il repart avidement en quête de nouveaux succès.

MotoGP
16 févr. 2021
Andrea Dovizioso et l'expérience incomparable de 19 ans en Grand Prix Prime

Andrea Dovizioso et l'expérience incomparable de 19 ans en Grand Prix

Jamais absent d'un Grand Prix depuis 2002, Andrea Dovizioso referme à présent un chapitre qui représente plus de la moitié de sa vie et qui lui aura apporté des enseignements d'une richesse inégalable.

MotoGP
6 févr. 2021