Mexique : Espargaró content que l'avis des pilotes ait été entendu

Les craintes émises par les pilotes quant à une course sur l'Autódromo Hermanos Rodriguez ont conduit au report du projet, afin de s'assurer que la sécurité sera garantie.

Mexique : Espargaró content que l'avis des pilotes ait été entendu
Détails de l'Autodromo Hermanos Rodriguez
Aleix Espargaro, Aprilia Racing Team Gresini
Circuit detail of the Autodromo Hermanos Rodriguez, including kerb detail
Détails de l'Autodromo Hermanos Rodriguez
Aleix Espargaro, Aprilia Racing Team Gresini
Détails de l'Autodromo Hermanos Rodriguez
Des sculptures sur l'Autodromo Hermanos Rodriguez
Détails de l'Autodromo Hermanos Rodriguez
Détails de l'Autodromo Hermanos Rodriguez

Le MotoGP a une nouvelle fois prouvé dimanche à quel point l'opinion des pilotes était respectée sur les questions de sécurité, lorsque ceux-ci ont pris l'initiative de se réunir pour entériner, après 4h30 d'attente, l'annulation du Grand Prix de Grande-Bretagne. Une fronde sage, mais ferme, qui n'est pas sans rappeler les cas de boycotts et de grèves qui ont maintes fois émaillé l'Histoire du championnat, à une époque où il fallait encore se battre pour des acquis primordiaux.

Avant que le week-end de Silverstone ne tourne au naufrage, une autre décision était annoncée, allant dans le sens du souhait des pilotes : celle de ne pas inclure de Grand Prix du Mexique au calendrier 2019. Lorsque le projet avait été présenté en Commission de sécurité, à Brno, la nouvelle avait surpris les coureurs et Valentino Rossi ne s'était pas gêné pour exprimer ouvertement sa désapprobation. Si ses collègues s'étaient montrés plus mesurés dans leurs réactions publiques, ils avaient globalement demandé des garanties en matière de sécurité pour que l'Autódromo Hermanos Rodríguez puisse réellement accueillir les MotoGP dans des conditions adaptées à leurs spécificités.

Lire aussi :

Trois semaines plus tard, le projet était reporté et les pilotes assurés que le calendrier 2019 serait composé des mêmes courses que celui de cette année. Une bonne chose, selon Aleix Espargaró, toujours très actif sur ces problématiques. "Je suis fier de la décision qu'ils ont prise. Je suis content parce qu'ils nous ont écoutés", se félicite le pilote espagnol.

"Quand on est allés à la Commission de sécurité il y a deux courses, le deal était : 'On va au Mexique', et nous on était là : 'Quoi !?'. Ensuite, on a exposé notre point de vue, on a dit qu'il valait mieux faire un test, voir sur place et non pas avec un PDF, qu'il valait mieux que quelqu'un fasse un test avec une MotoGP. Ils ont donc dit qu'ils avaient besoin de quelques jours pour y penser et qu'ils reviendraient vers nous avec des nouvelles", relate-t-il.

"Ils y ont réfléchi et je suis content qu'ils aient pris cette décision. J'aimerais beaucoup aller au Mexique pour une couse, mais c'est mieux si l'année prochaine on peut faire un test, voir comment est la piste. Je suis certain qu'ils vont faire une belle piste, sûre, et qu'on pourra y courir en 2020", assure le pilote Aprilia, convaincu que des travaux devront être réalisés pour que le circuit, par ailleurs hôte du Grand Prix du Mexique de F1, soit adapté aux normes du MotoGP.

"Il faut qu'ils modifient beaucoup la piste. On verra si le design suffit. Ce qui me rend très curieux, c'est la zone du stadium… C'est une très belle portion, mais il faut voir s'il y a assez de place. Les MotoGP sont de plus en plus rapides et on ne veut pas avoir de murs à proximité. Les murs sont proches aussi dans la ligne droite. Je n'aimais en rien la ligne droite d'Indianapolis et je crois que celle-ci est très similaire, alors il vaut mieux aller faire un test."

partages
commentaires
Márquez : Jarvis m'a dit qu'on ne nous verrait pas chez Yamaha
Article précédent

Márquez : Jarvis m'a dit qu'on ne nous verrait pas chez Yamaha

Article suivant

Les pilotes MotoGP ont rendez-vous… avec le Pape !

Les pilotes MotoGP ont rendez-vous… avec le Pape !
Charger les commentaires
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021
Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda Prime

Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda

Il fut un temps où Honda était la destination toute tracée des jeunes talents de la moto mais deux de ses rivaux, KTM et, dans une moindre mesure, Ducati, ont pris le contrôle de ce marché. Cette évolution aura-t-elle des conséquences sur l'avenir du MotoGP ?

MotoGP
16 oct. 2021
Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage Prime

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a profondément fait évoluer son pilotage pour retrouver la victoire après sa blessure. Celui qui a dominé la dernière décennie du MotoGP devra peut-être le faire à nouveau s'il veut redevenir un prétendant au titre, la marge de progrès dans sa condition physique se réduisant.

MotoGP
7 oct. 2021
Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ? Prime

Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ?

Le retour du MotoGP en Amérique pour la première fois depuis 2019 ne se passe pas aussi bien que prévu, les pilotes s'inquiétant de la sécurité à l'issue des essais du vendredi.

MotoGP
2 oct. 2021
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021