Chaleur et casse-tête logistique pour Michelin à l'heure de la reprise

Les deux Grands Prix MotoGP organisés à partir de cette semaine à Jerez mettent d'emblée Michelin au défi, pour une saison 2020 chamboulée synonyme de casse-tête.

Chaleur et casse-tête logistique pour Michelin à l'heure de la reprise

Le coup d'envoi très retardé du championnat n'est pas seulement un défi pour les équipes et les pilotes MotoGP, qui n'ont plus couru depuis le mois de novembre et ont très peu roulé depuis. Il l'est tout autant pour Michelin, manufacturier unique de la catégorie reine.

Pour la cinquième année de son programme actuel en Grand Prix, le fournisseur de pneu avait choisi d'introduire un changement de taille, portant sur une nouvelle carcasse de pneu arrière. "Nous avions connu un bon début d'année, avec les tests et la touche finale apportée au nouveau pneu arrière, mais tout a ensuite été mis en suspens par les terribles événements qui ont suivi", regrette Piero Taramasso, responsable deux-roues pour Michelin Motorsport.

Depuis cette brutale suspension, le travail a dû être mené loin des pistes, basé sur les données des 15 à 20 dernières années, et s'adapter à un agenda profondément remanié. Treize Grands Prix ont pour le moment été confirmés, mais ils vont s'enchaîner en l'espace de 18 semaines et pour certains se disputer à une date très différente de celle qui leur était réservée, changeant de fait les projections basées sur les conditions météo. "La plus notable est la première, à Jerez. Nous nous attendons à des températures beaucoup plus élevées que celles que nous aurions eues en mai", explique Piero Taramasso.

Lire aussi :

Avant de se rendre en Espagne, cette semaine, le responsable italien prévoyait 10°C de différence dans l'air et une température au sol comprise entre 50 et 55°C, obligeant à s'orienter vers des gommes plus dures pour un gain de stabilité à l'arrière et une performance maintenue dans la chaleur. Dans ces conditions, trois options seront proposées à l'avant et à l'arrière pour les gommes slicks (soft, medium et hard), des pneus symétriques à l'avant mais asymétriques à l'arrière avec un flanc droit plus dur afin de supporter les charges des huit virages à droite de la piste.

"Avant la première course de la saison, nous avons fourni une liste avec les détails des choix de pneus pour chaque course. Étant donné qu'il y a eu des changements de dates, nous avons effectué des retouches. Par exemple, Jerez et Le Mans sont à des périodes de l'année différentes. Pour les courses habituelles, comme Barcelone, nous ne ferons pas de pneu spécial", précise Piero Taramasso auprès du site officiel du MotoGP.

"Nous avons analysé les données passées et réalisé des simulations par ordinateur afin de comprendre ce qui nous attendra, et nous y avons fait correspondre les mélanges", poursuit-il. "Nous saurons après le test [de ce mercredi] si le choix était le bon. Nous allons aussi aider les équipes à trouver de très bons réglages, surtout pour l'électronique : si vous avez une bonne électronique, un bon traction control, vous pouvez mieux gérer la performance du pilote, avoir moins de patinage et une meilleure traction."

Un défi logistique d'un Grand Prix à l'autre

Outre le défi que représente le fait de disputer deux courses en Andalousie au plus fort de la chaleur, Michelin doit aussi faire face à un casse-tête qui concernera l'ensemble de cette saison chamboulée. "Nous aurons des doubles courses pendant la saison, et aussi trois courses d'affilée. C'est assez dur d'un point de vue logistique", souligne Piero Taramasso. "Ce nouveau calendrier est un assez gros défi pour nous. Lorsqu'il faut déplacer 1400 pneus chaque week-end, il faut les concevoir, faire les bons choix, et c'est un gros travail."

Michelin a déjà fait savoir que les options choisies seront les mêmes pour les deux Grands Prix organisés cette semaine et la semaine prochaine à Jerez, en revanche pour les courses suivantes l'allocation pourra être adaptée en dernière minute. "Pour chaque week-end, il faut 1400 pneus, puis à nouveau pour le week-end suivant. Nous ne pouvons pas fabriquer des centaines et des centaines de pneus comme ça, alors il faut que l'on gère cela de la façon la plus intelligente. Nous ferons une allocation et demie, disons, et ensuite le dimanche soir, après la course, nous verrons laquelle est la plus utilisée et nous ferons un complément avec ce qui manque, nous le fabriquerons et l'enverrons au circuit."

Les essais réalisés ce mercredi à Jerez vont apporter de premiers éléments de réponse à Michelin et aux équipes MotoGP quant à la pertinence des options choisies et à l'orientation que doivent prendre les réglages des motos. Les températures ont été celles attendues, avec déjà 30°C ce matin et plus de 50°C au sol lorsqu'a débuté la seconde session de la catégorie reine, à 14h.

Lire aussi :

Dans deux jours, il sera enfin temps d'entrer dans le vif de la compétition. Un rendez-vous hautement attendu à Clermont-Ferrand puisqu'il fournira le verdict final quant au nouveau pneu arrière, qui n'a pour l'instant été vu qu'en tests : celui-ci doit apporter plus de grip et de performance, tout en offrant une durée de vie plus grande.

"Le plus important pour nous, ce sont les débuts du nouveau pneu arrière. La construction a été contrôlée lors des tests de pré-saison et elle a été ajoutée à l'allocation de 2020, il s'agira donc de la première fois que nous courrons avec", souligne Piero Taramasso. "Le nouveau pneu slick arrière a été conçu afin de fonctionner pour tous les pilotes et toutes les machines, et après les derniers tests réalisés au Qatar − où nous avons observé des chronos rapides − nous sommes confiants quant au fait que tous les constructeurs auront trouvé les meilleurs réglages pour faire en sorte que leur moto respective fonctionne de façon optimale."

partages
commentaires
Test Jerez - Márquez devance Rins et Rossi à la reprise

Article précédent

Test Jerez - Márquez devance Rins et Rossi à la reprise

Article suivant

Test Jerez – Viñales, Quartararo et Márquez s'affirment avant le GP

Test Jerez – Viñales, Quartararo et Márquez s'affirment avant le GP
Charger les commentaires
Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha Prime

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha

Les différents événements qui ont mené à l'arrivée d'Andrea Dovizioso chez SRT et la suprématie de Fabio Quartararo chez Yamaha font penser que son retour en MotoGP revêt plus d'un choix par défaut que d'un projet à long terme.

MotoGP
8 sept. 2021
Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais Prime

Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais

Il y a 24 ans jour pour jour, Valentino Rossi devenait Champion du monde pour la première fois. Aujourd'hui il s'apprête à quitter le MotoGP, résolu à l'idée que le dixième sacre après lequel il a tant couru ne viendra jamais enrichir son palmarès.

MotoGP
31 août 2021
Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière Prime

Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière

Dans une interview exclusive accordée à Motorsport.com, Marc Márquez se confie sur les défis auxquels il est confronté depuis sa blessure, sa volonté de retrouver le sommet et la domination actuelle de Fabio Quartararo.

MotoGP
24 août 2021
La gestion de la pression, de moins en moins taboue Prime

La gestion de la pression, de moins en moins taboue

Sujet délicat s'il en est, la santé mentale s'assume désormais de plus en plus dans différentes disciplines sportives, et la compétition moto n'y fait pas exception. La gestion de la pression ou de performances en berne peut s'avérer particulièrement difficile à endurer, et cela reste bien souvent tabou.

MotoGP
21 août 2021
Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022 Prime

Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022

Le verrouillage de Raúl Fernández par KTM et le peu de coopération de Yamaha font que le team Petronas SRT n'a pas encore pu annoncer de pilote pour la saison prochaine. Après avoir vu l'Espagnol lui échapper, l'équipe malaisienne porte son dévolu sur Marco Bezzecchi, mais lui aussi est en lien étroit avec un autre groupe.

MotoGP
10 août 2021
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021