MotoGP
26 mars
EL1 dans
20 jours
C
GP de Doha
02 avr.
Prochain événement dans
27 jours
16 avr.
Prochain événement dans
41 jours
C
GP d'Espagne
29 avr.
Prochain événement dans
54 jours
C
GP d'Italie
27 mai
Prochain événement dans
82 jours
03 juin
Prochain événement dans
89 jours
C
GP d'Allemagne
17 juin
Prochain événement dans
103 jours
C
GP des Pays-Bas
24 juin
Prochain événement dans
110 jours
C
GP de Finlande
08 juil.
Prochain événement dans
124 jours
C
GP d'Autriche
12 août
Prochain événement dans
159 jours
C
GP de Grande-Bretagne
26 août
Prochain événement dans
173 jours
C
GP d'Aragon
09 sept.
Prochain événement dans
187 jours
C
GP de Saint-Marin
16 sept.
Prochain événement dans
194 jours
C
GP du Japon
30 sept.
Prochain événement dans
208 jours
C
GP de Thaïlande
07 oct.
Prochain événement dans
215 jours
C
GP d'Australie
21 oct.
Prochain événement dans
229 jours
28 oct.
Prochain événement dans
236 jours
C
GP de Valence
11 nov.
Prochain événement dans
250 jours

Michelin a été surpris par certains choix de pneus à Barcelone

Températures particulièrement basses et manque d'adhérence ont quelque peu pris les pilotes MotoGP par surprise lors du Grand Prix de Catalogne, au point que certaines décisions ont pu étonner.

Michelin a été surpris par certains choix de pneus à Barcelone

Certaines manches du calendrier MotoGP ont dû être décalées de plusieurs mois au moment où de profonds changements ont été mis en place afin de redéfinir ce qu'allait être la saison 2020 dans le contexte de crise sanitaire actuel. Ce fut le cas notamment du Grand Prix de Catalogne, qui a basculé de sa date traditionnelle du mois de juin à la fin septembre. Or l'épreuve a été marquée cette année par des conditions météo très fraîches et un manque de grip déploré par l'ensemble des pilotes.

Certains d'entre eux sont apparus en difficulté en course, pointant alors du doigt des gommes quelque peu inadaptées à ces températures inhabituelles sur la piste de Barcelone. Le responsable du programme Michelin dit toutefois ne pas être étonné des soucis rencontrés par ceux qui n'ont pas suivi l'option apparue comme étant la plus évidente aux yeux des techniciens de Clermont-Ferrand.

"Le problème est que les températures ont été plus basses que celles auxquelles nous nous serions attendus. Le jeudi, elle a soudainement chuté et le dimanche le bitume affichait à peine 20°C en course", explique Piero Taramasso à Motorsport.com. "Quand l'air est frais, les pneus tendent à se refroidir même en roulant, et dans ces conditions la solution qui pouvait le mieux fonctionner était de prendre un pneu soft à l'avant comme à l'arrière. Dix-sept pilotes se sont orientés vers cette solution alors que les cinq autres ont choisi le medium à l'avant. Cette option n'était toutefois pas particulièrement adaptée à ces conditions, je ne suis donc pas surpris que les pilotes qui l'ont choisie aient été ceux qui ont rencontré le plus de difficultés et qui se sont plaint."

Lire aussi :

Dans une course disputée avec seulement 20°C au sol, le pneu avant medium a en effet été choisi par Aleix Espargaró sur l'Aprilia, Álex Márquez sur la Honda, ainsi que trois pilotes du groupe KTM. Sans les nommer, Piero Taramasso remarque une certaine incongruité. "Ce qui est curieux, c'est que c'est précisément ceux qui l'ont utilisé qui s'étaient opposés à la possibilité de changer le pneu medium", révèle-t-il. "En Autriche, au vu de l'allocation que nous avions prévue avant le début du championnat, nous avions proposé de changer le pneu avant medium et d'apporter à la place une gomme asymétrique, qui nous semblait plus adaptée aux conditions que nous supposions trouver à Barcelone. La majeure partie des pilotes était d'accord, mais ils s'y sont opposés, or pour changer ce pneu l'unanimité était nécessaire."

"Mais les conditions n'étaient pas vraiment celles auxquelles nous nous attendions, car habituellement fin septembre à Barcelone elles ne sont pas très différentes par rapport au mois de juin", reprend l'ingénieur italien. Ce refus de modifier l'allocation a toutefois pu peser lourd dans la manière dont le week-end a finalement été vécu, compte tenu du raisonnement qu'est celui du manufacturier lorsqu'est décidée l'allocation pour chaque Grand Prix. "Le pneu medium est généralement celui qui est idéal pour les conditions que nous anticipons, puis le dur nous 'couvre' au cas où il fasse plus chaud et de même avec le tendre en cas de froid. Ce n'est donc pas un hasard que tout le monde ait choisi le soft", constate Piero Taramasso.

L'autre élément qui a pesé dans le choix des pneus pour ce Grand Prix, c'est le manque d'adhérence. Et sur ce point, même le manufacturier s'étonne des grandes difficultés rencontrées tout au long du week-end. "Nous avons vu tout de suite que le grip offert par la piste était beaucoup plus faible que l'année dernière. Nous ne savons pas précisément pourquoi, même si le niveau d'humidité était très élevé et que cela peut avoir joué. Mais il y avait vraiment très peu de grip, et c'est étrange car l'asphalte a été refait en 2018. En deux ans, il a donc perdu énormément de grip. Il y a de nombreuses théories, à commencer par le fait que c'est la piste sur laquelle la Formule 1 roule le plus, mais la vérité c'est que nous ne connaissons pas la raison de cette situation."

Les pneus les plus tendres au Mans

Après la fraîcheur de Barcelone, le MotoGP va devoir cette semaine composer avec celle, parfois extrême, qui est attendue cette semaine au Mans, particulièrement pour les séances matinales. Michelin propose donc pour le Grand Prix de France des gommes plus tendres qu'en Catalogne, les plus soft de la gamme du manufacturier, aussi bien à l'avant qu'à l'arrière.

"À l'avant, nous apportons les mêmes solutions qu'en 2019 car elles s'étaient bien comportées. D'ailleurs, l'année dernière déjà, il faisait 16°C au sol et 14°C dans l'air pendant la course. Les conditions pourraient donc être similaires. La majeure partie des pilotes avaient opté pour le soft à l'avant, nous avons donc décidé de poursuivre dans cette voie. En ce qui concerne l'arrière, le soft et le medium sont les mêmes [qu'en 2019], mais nous avons décidé d'essayer le hard un peu plus tendre, justement pour nous adapter au fait que nous sommes à une période de l'année différente."

Voilà pour les pneus slicks... mais chacun sait aussi qu'il faudra s'attendre à devoir sortir les gommes rainurées des caisses, proposées avec les mélanges standards.

Propos recueillis par Matteo Nugnes

partages
commentaires

Voir aussi :

Pedrosa prédit un championnat plus stable en fin de saison

Article précédent

Pedrosa prédit un championnat plus stable en fin de saison

Article suivant

Inhabituel, effrayant, étrange : Portimão impressionne les pilotes

Inhabituel, effrayant, étrange : Portimão impressionne les pilotes
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Événement GP de Catalogne
Lieu Circuit de Barcelona-Catalunya
Auteur Léna Buffa
Poncharal : toujours le même feu après l'émotion des premières victoires Prime

Poncharal : toujours le même feu après l'émotion des premières victoires

Les teams indépendants ont prouvé en 2020 leur capacité à se battre pour la victoire et même pour le titre en MotoGP, et Tech3 a été l'un des acteurs forts de cette saison riche en émotions. Hervé Poncharal s'en remet à peine qu'il repart avidement en quête de nouveaux succès.

MotoGP
16 févr. 2021
Andrea Dovizioso et l'expérience incomparable de 19 ans en Grand Prix Prime

Andrea Dovizioso et l'expérience incomparable de 19 ans en Grand Prix

Jamais absent d'un Grand Prix depuis 2002, Andrea Dovizioso referme à présent un chapitre qui représente plus de la moitié de sa vie et qui lui aura apporté des enseignements d'une richesse inégalable.

MotoGP
6 févr. 2021
Comment le duel entre Rainey et Schwantz est entré dans la légende Prime

Comment le duel entre Rainey et Schwantz est entré dans la légende

La rivalité entre Alain Prost et Ayrton Senna est souvent considérée comme la plus forte de l'Histoire des sports mécaniques. Mais celle entre Wayne Rainey et Kevin Schwantz pourrait tout aussi bien prétendre à ce statut. Leur duel a atteint ses sommets en 500cc durant la saison 1991, dont les deux pilotes gardent des souvenirs marquants 30 ans plus tard...

MotoGP
31 janv. 2021
Brad Binder, un destin de leader pour KTM en MotoGP Prime

Brad Binder, un destin de leader pour KTM en MotoGP

Sa première saison en MotoGP a vu Brad Binder se hisser extrêmement haut, mais aussi commettre quelques erreurs de débutant. Décidé à ne se trouver aucune excuse, le Sud-Africain affiche par là précisément le trait de caractère qui explique pourquoi KTM voit en lui l'homme de la situation pour prendre les rênes du programme après Pol Espargaró.

MotoGP
14 janv. 2021
Pourquoi Suzuki doit choisir le successeur de Brivio en interne Prime

Pourquoi Suzuki doit choisir le successeur de Brivio en interne

Le départ de Davide Brivio de Suzuki confronte la marque japonaise à un dilemme : recruter un nouveau directeur d'équipe ou confier le poste à une personne capable de maintenir la philosophie actuelle.

MotoGP
11 janv. 2021
Les dix moments décisifs pour le titre MotoGP 2020 Prime

Les dix moments décisifs pour le titre MotoGP 2020

Titré six fois en sept saisons, vainqueur de 43% des courses dont il a pris le départ en MotoGP, Marc Márquez aura été le grand absent de cette saison 2020, ouvrant un boulevard aux prétendants à sa succession dès la première manche. Condensé en quatre mois, le championnat ne s'est toutefois pas arrêté à ce premier coup de théâtre...

MotoGP
27 déc. 2020
L'Autriche 2019, "la dernière grosse émotion" de Dovizioso avec Ducati Prime

L'Autriche 2019, "la dernière grosse émotion" de Dovizioso avec Ducati

Arracher la victoire à Marc Márquez dans une course où il jugeait l'Espagnol favori aura été une émotion incomparable pour Andrea Dovizioso, sans doute son meilleur souvenir avec Ducati.

MotoGP
26 déc. 2020
L'erreur de Márquez qui a véritablement causé sa longue convalescence Prime

L'erreur de Márquez qui a véritablement causé sa longue convalescence

Que Marc Márquez décide ou pas de subir une troisième opération pour soigner son bras droit, sa tentative de reprendre la piste à Jerez – quatre jours après la première intervention – restera l'une des pires décisions de l'histoire du MotoGP. Le pilote espagnol pourrait encore en payer les conséquences en 2021.

MotoGP
27 nov. 2020