MotoGP
26 mars
EL1 dans
26 jours
C
GP de Doha
02 avr.
Prochain événement dans
32 jours
16 avr.
Prochain événement dans
46 jours
C
GP d'Espagne
29 avr.
Prochain événement dans
59 jours
C
GP d'Italie
27 mai
Prochain événement dans
87 jours
03 juin
Prochain événement dans
94 jours
C
GP d'Allemagne
17 juin
Prochain événement dans
108 jours
C
GP des Pays-Bas
24 juin
Prochain événement dans
115 jours
C
GP de Finlande
08 juil.
Prochain événement dans
129 jours
C
GP d'Autriche
12 août
Prochain événement dans
164 jours
C
GP de Grande-Bretagne
26 août
Prochain événement dans
178 jours
C
GP d'Aragon
09 sept.
Prochain événement dans
192 jours
C
GP de Saint-Marin
16 sept.
Prochain événement dans
199 jours
C
GP du Japon
30 sept.
Prochain événement dans
213 jours
C
GP de Thaïlande
07 oct.
Prochain événement dans
220 jours
C
GP d'Australie
21 oct.
Prochain événement dans
234 jours
28 oct.
Prochain événement dans
241 jours
C
GP de Valence
11 nov.
Prochain événement dans
255 jours

Impérial à domicile, Oliveira a su gérer ses émotions

Miguel Oliveira a dû garder son calme pour dominer le Grand Prix du Portugal de bout en bout et quitter le team Tech3 sur un succès. Le héros local a jugé la course "longue" et très différente de sa première victoire en Autriche.

partages
commentaires
Impérial à domicile, Oliveira a su gérer ses émotions

Pole, victoire, meilleur tour. Miguel Oliveira a livré un véritable récital dans sa course à domicile sur le circuit de Portimão, pour décrocher un deuxième succès en MotoGP pour lui comme pour le team Tech3, après celui conquis au GP de Styrie. Celui qui s'apprête à quitter l'équipe française pour le team KTM factory n'a jamais été inquiété en course, creusant un écart de plus de quatre secondes sur Franco Morbidelli et Jack Miller, avant d'assurer dans les derniers tours.

"C'est irréel", a commenté Oliveira dans le Parc Fermé. "On rêve de ce genre de course et pouvoir le faire, c'est incroyable. Je n'ai pas les mots pour décrire [ce que je ressens]. J'ai de la gratitude pour tous les gens qui me soutiennent depuis chez eux, qui n'ont pas pu être là aujourd'hui, pour mon équipe, ce sont mes adieux à Tech3. C'est une belle journée. J'ai pu décrocher une nouvelle victoire pour Tech3 et KTM. C'est un énorme accomplissement pour moi. C'est encore plus particulier, parce que ma famille n'a pas pu suivre ma première victoire sur place, et là c'est possible, ils sont là. C'est une journée incroyable pour moi, très émouvante. C'est fantastique de finir la saison sur une bonne note et avec une belle performance."

Lire aussi :

Oliveira a très vite réalisé qu'il était en mesure de gérer son avance sur ses rivaux : "Je ne voulais pas regarder le panneau des stands dans les trois premiers tours", a expliqué le Portugais en conférence de presse. "Je voulais juste rouler à mon rythme, prendre mes trajectoires, et voir si quelqu'un plongerait à l'intérieur, ou quelque chose comme ça. Mes premiers tours étaient déjà en 1'40"0 et je pensais que c'était une bonne référence pour voir si je pouvais accélérer ou ralentir. Après, j'ai eu 1"5 d'avance et à partir de là, j'ai essayé de creuser [l'écart] tour après tour et de gérer mon avance dans les 10 dernières boucles."

Les émotions ressenties par Oliveira sont très différentes de celles qui ont suivi sa victoire au Red Bull Ring, où il n'avait mené que quelques centaines de mètres, dans la toute dernière ligne droite du Grand Prix. "L'Autriche a été une super victoire avec beaucoup d'adrénaline, avec le dépassement dans le dernier virage, mais cette fois ça a vraiment été une question de gestion du feeling pendant l'ensemble de la course et croyez-moi, ça a été vraiment très, très long mais j'ai été en mesure de garder mon esprit bien cool et de profiter autant que possible en piste", a expliqué le dernier vainqueur de la saison au site officiel du MotoGP.

Lire aussi :

En arrivant à Portimão, Miguel Oliveira minimisait l'avantage de rouler sur une piste qu'il connaissait. Même si le pilote local reconnaît que sa maîtrise de certains secrets de Portimão l'a aidé face à ses rivaux, il rappelle que les deux pilotes qui ont complété le podium, Jack Miller et Franco Morbidelli, avaient chacun une expérience très différente du tracé, ce qui ne les a pas empêchés d'avoir un rythme similaire. Oliveira attribue surtout sa domination à son travail avec Tech3, qu'il quitte sur ce succès.

"On est arrivé avec un petit avantage parce que je connaissais la piste. En EL1 surtout, j'ai pu peut-être apporter de meilleures informations, et c'est tout. Toute la structure derrière nous [chez Tech3] a contribué, des mécaniciens jusqu'aux mecs des pneus. Tout le monde est important et chacun a joué son rôle dans ce succès."

"Je suis d'accord sur le fait que j'avais des connaissances différentes de cette piste, surtout pour rouler avec le vent, mais je ne peux pas vraiment dire dans quelle mesure ça a été un avantage", a ajouté Oliveira. "On a eu beaucoup de temps en piste vendredi, la moto est très différente d'une Superbike standard, et le pilotage est très différent. Je ne peux pas vraiment dire. Franco a roulé ici il y a de nombreuses années et il est sur le podium. Ce n'est pas du tout le cas de Jack, il a juste fait quelques tours en octobre [lors des tests organisés avant le GP de France], et des pilotes très expérimentés ont fini derrière, d'autres qui ne connaissaient pas la piste ont fini devant. Je dirais que c'était un Grand Prix assez normal."

Avec Guillaume Navarro

Championnat - Morbidelli vice-champion, Ducati titré chez les constructeurs

Article précédent

Championnat - Morbidelli vice-champion, Ducati titré chez les constructeurs

Article suivant

Morbidelli, le satellite qui reste en orbite

Morbidelli, le satellite qui reste en orbite
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Événement GP du Portugal
Catégorie Course
Lieu Portimão
Pilotes Miguel Oliveira
Équipes Tech 3
Auteur Vincent Lalanne-Sicaud
Poncharal : toujours le même feu après l'émotion des premières victoires Prime

Poncharal : toujours le même feu après l'émotion des premières victoires

Les teams indépendants ont prouvé en 2020 leur capacité à se battre pour la victoire et même pour le titre en MotoGP, et Tech3 a été l'un des acteurs forts de cette saison riche en émotions. Hervé Poncharal s'en remet à peine qu'il repart avidement en quête de nouveaux succès.

MotoGP
16 févr. 2021
Andrea Dovizioso et l'expérience incomparable de 19 ans en Grand Prix Prime

Andrea Dovizioso et l'expérience incomparable de 19 ans en Grand Prix

Jamais absent d'un Grand Prix depuis 2002, Andrea Dovizioso referme à présent un chapitre qui représente plus de la moitié de sa vie et qui lui aura apporté des enseignements d'une richesse inégalable.

MotoGP
6 févr. 2021
Comment le duel entre Rainey et Schwantz est entré dans la légende Prime

Comment le duel entre Rainey et Schwantz est entré dans la légende

La rivalité entre Alain Prost et Ayrton Senna est souvent considérée comme la plus forte de l'Histoire des sports mécaniques. Mais celle entre Wayne Rainey et Kevin Schwantz pourrait tout aussi bien prétendre à ce statut. Leur duel a atteint ses sommets en 500cc durant la saison 1991, dont les deux pilotes gardent des souvenirs marquants 30 ans plus tard...

MotoGP
31 janv. 2021
Brad Binder, un destin de leader pour KTM en MotoGP Prime

Brad Binder, un destin de leader pour KTM en MotoGP

Sa première saison en MotoGP a vu Brad Binder se hisser extrêmement haut, mais aussi commettre quelques erreurs de débutant. Décidé à ne se trouver aucune excuse, le Sud-Africain affiche par là précisément le trait de caractère qui explique pourquoi KTM voit en lui l'homme de la situation pour prendre les rênes du programme après Pol Espargaró.

MotoGP
14 janv. 2021
Pourquoi Suzuki doit choisir le successeur de Brivio en interne Prime

Pourquoi Suzuki doit choisir le successeur de Brivio en interne

Le départ de Davide Brivio de Suzuki confronte la marque japonaise à un dilemme : recruter un nouveau directeur d'équipe ou confier le poste à une personne capable de maintenir la philosophie actuelle.

MotoGP
11 janv. 2021
Les dix moments décisifs pour le titre MotoGP 2020 Prime

Les dix moments décisifs pour le titre MotoGP 2020

Titré six fois en sept saisons, vainqueur de 43% des courses dont il a pris le départ en MotoGP, Marc Márquez aura été le grand absent de cette saison 2020, ouvrant un boulevard aux prétendants à sa succession dès la première manche. Condensé en quatre mois, le championnat ne s'est toutefois pas arrêté à ce premier coup de théâtre...

MotoGP
27 déc. 2020
L'Autriche 2019, "la dernière grosse émotion" de Dovizioso avec Ducati Prime

L'Autriche 2019, "la dernière grosse émotion" de Dovizioso avec Ducati

Arracher la victoire à Marc Márquez dans une course où il jugeait l'Espagnol favori aura été une émotion incomparable pour Andrea Dovizioso, sans doute son meilleur souvenir avec Ducati.

MotoGP
26 déc. 2020
L'erreur de Márquez qui a véritablement causé sa longue convalescence Prime

L'erreur de Márquez qui a véritablement causé sa longue convalescence

Que Marc Márquez décide ou pas de subir une troisième opération pour soigner son bras droit, sa tentative de reprendre la piste à Jerez – quatre jours après la première intervention – restera l'une des pires décisions de l'histoire du MotoGP. Le pilote espagnol pourrait encore en payer les conséquences en 2021.

MotoGP
27 nov. 2020