Miller : 2 ou 3 ans sont nécessaires pour s'adapter à une nouvelle moto

Le pilote australien cherche à capitaliser sur la continuité au sein du groupe Ducati, tout en comprenant les difficultés qu'à pu rencontrer par exemple Jorge Lorenzo avec Honda.

Miller : 2 ou 3 ans sont nécessaires pour s'adapter à une nouvelle moto

Après avoir piloté durant trois ans une Honda, Jack Miller est passé en 2018 à une Ducati, une machine très différente de celle au guidon de laquelle il avait appréhendé la catégorie reine, l'obligeant à entamer un nouvel apprentissage. Le changement de constructeur s'est révélé bénéfique pour le pilote australien, lui qui a fait ses gammes en MotoGP avec une RV213V satellite réputée comme étant rétive, avant d'intégrer le team Pramac. Sa situation diffère donc de celles de Johann Zarco, formé en MotoGP avec une Yamaha et bien plus en difficulté ensuite avec la KTM, ou de Jorge Lorenzo, qui après avoir glané les succès durant neuf ans avec la M1, a enchaîné en l'espace de deux ans les casse-têtes qu'ont représenté pour lui la Ducati puis la Honda.

"À ce stade de l'Histoire du MotoGP, il est assez difficile de changer de moto comme ça et de passer d'un constructeur à un autre", concède Jack Miller, compréhensif face aux difficultés auxquelles s'est confronté le triple Champion du monde MotoGP. "C'est différent [par rapport à avant]. Je pense qu'il faut deux ou trois ans, et quand on parle de pilotes qui ont une bonne trentaine, deux ou trois cela fait long − à part si l'on est Valentino Rossi."

"C'est très dur. La plus grosse chose à faire c'est comprendre comment les pneus travaillent sur chaque moto, comment fonctionne chaque moto, quels sont ses points forts, et on ne peut pas faire cela rien qu'avec les essais hivernaux. Il faut courir, il faut de l'expérience, et c'est assez dur à obtenir."

Lire aussi :

C'est ce désir de s'inscrire dans la continuité afin de parfaire encore et encore son expérience avec la Ducati qui a poussé Miller à refuser de remplacer Zarco chez KTM lorsque l'opportunité s'est présentée. En ayant à l'esprit ce que sont ses objectifs à long terme, et notamment une promotion au sein de l'équipe officielle Ducati qui lui a échappé pour 2020, le pilote australien a fait le choix de prolonger son engagement au sein du team satellite. Grimper d'un échelon dans le groupe de Borgo Panigale n'est donc peut-être que partie remise.

"Mon principal objectif est d'aller dans l'équipe officielle Ducati. Si je ne peux pas, alors il y aura d'autres guidons, c'est certain", souligne-t-il, conscient que l'échiquier pourrait être fortement chamboulé la saison prochaine compte tenu du nombre de contrats arrivant à échéance. "Je pense que c'est un passage nécessaire. Il y a plusieurs gars présents actuellement qui en sont à leur dernier contrat, c'est plutôt bien de voir du sang neuf. Tout le monde veut voir les anciens, mais c'est aussi vraiment bien de voir de nouveaux gars arriver et se montrer vraiment performants."

Avec un marché des transferts qui promet d'être très chargé cette année, Miller ne sera pas le seul à prétendre à un guidon officiel chez Ducati. Une telle promotion est également dans la ligne de mire de Johann Zarco, qui a fini par trouver refuge chez Avintia, au guidon d'une Desmosedici satellite, après ses mésaventures autrichiennes.

Pour convaincre la direction de Ducati, Miller pourra tenter de miser sur son expérience de la machine, mais aussi sur la bonne tendance récente de ses performances, à plus forte raison si les meilleures places, dont ces machines font partie, sont attribuées très tôt dans la saison comme ce fut le cas il y a deux ans lorsque le MotoGP a connu son dernier bouleversement massif en date. Le pilote Pramac a vu ses performances aller crescendo au guidon de la Ducati, jusqu'à signer trois podiums en l'espace de six courses à la fin de la saison 2019. Avec un total de cinq entrées dans le top 3 sur l'ensemble de la saison, il s'est classé huitième du championnat avec 165 points, de loin son meilleur résultat.

Lire aussi :

Miller a connu un parcours quelque peu atypique en Grand Prix, avec notamment à son palmarès une excellente saison 2014 en Moto3, où ses six victoires l'ont placé à seulement deux petits points du vainqueur du championnat, Álex Márquez, qui ne s'était quant à lui imposé que trois fois. Qu'à cela ne tienne, l'Australien avait dans la foulée sauté la classe Moto2 pour entrer directement dans la catégorie reine, où il a remporté une première victoire surprise dès sa deuxième saison.

Aussi, lorsque Motorsport.com lui a demandé en fin de saison si cette campagne 2019 était la meilleure qu'il ait connue sur la scène mondiale, sa réponse ne s'est pas fait attendre : "Assurément. Encore mieux que 2014. J'ai fait beaucoup moins d'erreurs, j'ai piloté de façon beaucoup plus posée et je pense que cela se voit dans les résultats. J'y ai travaillé, c'est certain, mais aussi dans l'entourage au sein de l'équipe. On se comprend vraiment bien, l'équipe et moi-même", souligne-t-il. "C'est la première fois que je reste dans une équipe pendant deux ans, alors ce sera bien d'être un peu 'à la maison' [en 2020])."

Avec Lewis Duncan

partages
commentaires
Melandri et la Ducati de 2008 : "Parfois j'avais peur de la moto"

Article précédent

Melandri et la Ducati de 2008 : "Parfois j'avais peur de la moto"

Article suivant

Michelin se félicite de son gain sur le tour lancé et sur la distance

Michelin se félicite de son gain sur le tour lancé et sur la distance
Charger les commentaires
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021
Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi Prime

Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi

En sa qualité de patron d'équipe, Valentino Rossi va entrer de façon imminente dans une nouvelle ère dans sa carrière, et celle-ci aura une influence considérable sur un certain nombre de pilotes et d'équipes du championnat. Mais c'est précisément chez Yamaha que se fera sentir l'un des plus gros impacts car la marque joue un rôle central dans cet épisode et pourrait en conséquence perdre ses liens avec le Docteur.

MotoGP
23 juin 2021
Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité ! Prime

Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité !

Prendre le sillage d'un rival pour gagner en performance... ou être celui qui est accroché et donne, de son plein gré ou non, un avantage à un concurrent. Le sujet n'a pas pas fini de faire parler, mais crée en tout cas des dynamiques intéressantes entre les pilotes du plateau MotoGP.

MotoGP
10 juin 2021
Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ? Prime

Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ?

Aveu d'échec mais coup de pouce possiblement bienvenu : l'éligibilité à des concessions en MotoGP peut être vue de plusieurs manières, comme en témoignent les réactions de Marc Márquez et Pol Espargaró à cette évocation...

MotoGP
6 juin 2021
Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre" Prime

Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre"

Toujours aussi passionné, mais aussi ancré dans la réalité, l'ancien pilote Lucio Cecchinello partage avec nous son regard sur les effets de la crise actuelle en MotoGP et la manière dont le championnat devrait selon lui évoluer.

MotoGP
28 mai 2021
Hervé Poncharal, taille patron Prime

Hervé Poncharal, taille patron

Patron du team Tech3 et président de l'IRTA, Hervé Poncharal est une figure incontournable du MotoGP. Aussi impliqué dans le sauvetage du championnat face à la crise sanitaire que touché par l'évolution de la planète, le Français a partagé avec nous son regard sur le monde.

MotoGP
26 mai 2021