Miller confirme sa bonne série avec un premier podium à Silverstone

Privé du podium l'an dernier à Silverstone, Jack Miller a cette fois réussi à arracher la troisième place après s'être battu aux avant-postes durant toute la course. De bon augure pour la suite de la saison ?

Miller confirme sa bonne série avec un premier podium à Silverstone
Charger le lecteur audio

Jack Miller a décroché à Silverstone son quatrième podium de la saison. Quatre trophées en douze manches, c'est une première pour le pilote australien en MotoGP, et le signe selon lui qu'il pourrait finir le championnat en force. Il compte, certes, quelques points de moins que l'an dernier à pareille époque, en raison notamment de ses deux victoires au printemps 2021, mais le niveau qu'il a affiché jusqu'à présent, et particulièrement depuis le début de l'été, lui donne bon espoir.

"Généralement, je suis meilleur dans la seconde moitié de l'année, c'est normalement [à cette période-ci] que je suis en difficulté, donc être sur le podium ici, l'avoir été au Sachsenring et m'être battu pour le podium à Assen… Depuis qu'on a fait cet ajustement au test de Barcelone, les choses ont été positives pour nous et on a été très forts", constate Jack Miller.

Depuis le test réalisé au lendemain du Grand Prix de Catalogne, l'Australien est en effet le deuxième pilote à avoir marqué le plus de points, derrière son coéquipier Pecco Bagnaia qui a empoché les 50 unités de deux victoires. Miller est monté trois fois sur la troisième marche du podium, ce à quoi il a ajouté une sixième place aux Pays-Bas, malgré un potentiel plus élevé encore.

"J'ai hâte d'aller sur beaucoup des pistes qui arrivent dans la deuxième partie de la saison", prévient-il déjà, impatient de retrouver Phillip Island mais surtout de poursuivre sur cette lancée alors qu'il vient de hisser au sixième rang du classement général.

Sans cesse attaqué à l'avant de la course

À Silverstone, sa troisième place a été le fruit d'une longue lutte aux avant-postes, alors que la course a vu plusieurs candidats à la victoire tenter leur chance et échouer. "Je me suis battu avec tout le monde ! Tout le monde a eu l'air de venir devant. Au début, c'était Johann [Zarco], Fabio [Quartararo] et moi, et puis Fabio s'est écarté pour son long-lap. Peu de temps après, Johann est tombé donc je me suis retrouvé tout seul devant. Álex [Rins] a ensuite décidé d'y aller, donc j'ai mis la tête dans le guidon pour essayer de le suivre. Quand ça n'était pas une chose, c'était une autre, j'étais constamment en train d'essayer de me maintenir avec les gars devant !"

Francesco Bagnaia, Ducati Team, et Jack Miller, Ducati Team

Jack Miller dans la roue de Bagnaia, avant le retour de Maverick Viñales

C'est lorsqu'Álex Rins est passé en tête que l'écart a été le plus grand durant cette course, ne dépassant toutefois pas plus de huit dixièmes. Pecco Bagnaia a dépassé son coéquipier à cet instant-là, pour partir en chasse du pilote Suzuki et lui dérober les commandes à son tour, avant de prouver qu'il avait les ressources pour dominer cette dernière partie de l'épreuve.

"Quand Álex était devant, il poussait assez fort donc je me suis dit que j'allais garder un peu de marge et ne pas me laisser trop emporter par le fait de le prendre en chasse, juste laisser la course se faire et voir ce qui allait se passer", raconte Miller. "Pecco est arrivé et j'ai pu piloter à ma manière. On a commencé à reprendre Álex et à un moment donné j'étais assez proche de pouvoir le passer, mais à environ six tours de la fin, le côté droit de mon pneu avant [tendre] a commencé à se dérober, je me suis fait quelques chaleurs. Dans les virages rapides et fluides [à droite], en particulier, il fallait que je m'appuie plus sur l'arrière pour faire tourner la moto. Sur la gauche, ça allait."

Miller avait opté pour le pneu avant tendre, estimant qu'il s'agissait pour lui de l'option la plus sûre au vu du travail abattu pendant le week-end. C'est sans regrets qu'il a conclu la course, ravi d'avoir tenu le coup jusqu'au bout, bien qu'étant conscient que le pneu medium lui aurait potentiellement apporté plus de soutien en fin de course. C'est celui qu'avait choisi Bagnaia, mais aussi Maverick Viñales, qui lui a finalement chipé la deuxième place. "Il a été super défensif sur ses trajectoires donc je n'ai eu aucun moyen de passer et de placer ma moto vu les sensations que j'avais à ce moment-là", peste l'Australien après avoir tenté de reprendre le pilote Aprilia jusqu'au bout.

"Je suis en tout cas très heureux d'être de retour sur le podium, c'est fantastique de commencer comme ça la deuxième moitié de la saison", retient-il, lui qui n'avait jamais connu le podium à Silverstone et en avait été privé de peu l'an dernier. "C'était génial, j'ai aimé courir et piloter à nouveau la moto après la pause estivale. J'étais un peu rouillé au début mais je suis entré dedans petit à petit et c'est génial de finir avec un podium. Et le faire ici, devant les fans britanniques, c'est encore plus cool ! J'ai poussé à la fin, mais c'était probablement le mieux que l'on pouvait faire aujourd'hui. Je suis très content !"

Lire aussi :
partages
commentaires

Voir aussi :

Bastianini vainqueur d'un duel très surveillé face à Martín
Article précédent

Bastianini vainqueur d'un duel très surveillé face à Martín

Article suivant

Nobuatsu Aoki met fin à sa carrière à 50 ans

Nobuatsu Aoki met fin à sa carrière à 50 ans