Miller : le départ de Suzuki, "un impact de merde" pour le MotoGP

Jack Miller pense aux pilotes et membres d'équipe de Suzuki qui devront trouver une autre destination si le programme officiel du constructeur japonais vient effectivement à être achevé fin 2022 et décrit les conséquences d'un tel départ comme un "impact de merde" pour le MotoGP.

Jack Miller, Ducati Team

Touché comme l'ensemble du paddock MotoGP par l'intention dévoilée par Motorsport.com de Suzuki de quitter la discipline au terme de cette saison 2022, sujet que le constructeur japonais a été contraint de reconnaitre officiellement ce jeudi lors des préparatifs du Grand Prix de France, Jack Miller (Ducati) pense avant tout aux conséquences humaines importantes qu'aurait un départ d'un tel constructeur.

"Je suis plus choqué qu'autre chose", a déclaré l'Australien, amené à évoquer le sujet lors de son point avec la presse dans le box Ducati, alors que le paddock manceau commence à gagner en effervescence. "C'est malheureux ou étrange… Un constructeur comme celui-là, qui était Champion du monde il y a deux ans, et qui vient d'amener la meilleure version de sa moto... Vous savez, Suzuki et moi sommes arrivés dans le championnat en même temps. Alors les voir partir maintenant, c'est triste parce que vous savez, pour les pilotes... C'est dommage pour eux."

Selon nos informations, Joan Mir serait fortement positionné pour récupérer le guidon Repsol Honda de Pol Espargaró pour faire équipe avec Marc Márquez en 2023. L'avenir de son équipier Álex Rins demeure plus incertain, tout comme celui de l'ensemble du staff lié au programme course de Suzuki.

Lire aussi :

"C'est merdique, mais ils sont tous les deux de très bons pilotes et ils trouveront tous les deux un travail ; mais il y a 45 ou 50 autres membres du personnel qui doivent maintenant essayer de trouver un emploi pour essayer de nourrir leur famille. Donc c'est une affaire épineuse."

Miller sait aussi que la force de la discipline à l'heure actuelle repose sur la solidité d'un plateau varié et compétitif, engagé sur le long terme. Suzuki disposait d'une entente avec le promoteur de la discipline jusqu'en 2026 mais semble voué à révoquer ce contrat pour mettre fin à son programme MotoGP.

Evoquant le championnat dans son ensemble, Miller, dont le contrat Ducati factory prend fin au terme de cette saison, estime que les grands constructeurs de la discipline doivent tenir leur rang pour permettre à l'ensemble de l'édifice de pouvoir se maintenir au sommet.

"Nous comptons sur la présence des constructeurs, des trois grands [Japonais] avec Honda, Yamaha et Suzuki. Et avoir un constructeur comme Suzuki [qui part], c'est encore une fois irréel. Les voir partir est triste parce que j'aime la variété. J'aime voir toutes les motos différentes. C'est un impact de merde."

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Un week-end très chaud et virant à l'orage attendu au Mans
Article suivant Álex Rins a "fondu en larmes" en apprenant le retrait de Suzuki

Meilleurs commentaires

Il n'y a pas de commentaire pour le moment. Souhaitez-vous en écrire un ?

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France