Miller aurait bien voulu plus de tours pour rattraper Rossi !

Pour la deuxième fois de la saison, le pilote Pramac a terminé un Grand Prix en quatrième position, au Mans, après avoir suivi Rossi de bout en bout.

Miller aurait bien voulu plus de tours pour rattraper Rossi !
Jack Miller, Pramac Racing
Jack Miller, Pramac Racing
Jack Miller, Pramac Racing
Jack Miller, Pramac Racing
Jack Miller, Pramac Racing
Jack Miller, Pramac Racing
Jack Miller, Pramac Racing
Jack Miller, Pramac Racing
Jack Miller, Pramac Racing
Jack Miller, Pramac Racing
Jack Miller, Pramac Racing
Jack Miller, Pramac Racing
Jack Miller, Pramac Racing
Charger le lecteur audio

Compétitif durant toute l'épreuve, Jack Miller n'a échoué qu'à neuf petits dixièmes du podium du GP de France, et après un Grand Prix exigeant sur une piste très chaude, il n'avait qu'une envie... qu'elle fasse plus que les 27 tours prévus !

"C'est la première fois de ma carrière que j'espérais qu'une course soit plus longue ! J'étais concentré sur Rossi, je travaillais vraiment dur pour réduire l'écart avec lui. J'ai vu le nombre de tours restants, huit, et je voulais vraiment le rattraper. Ensuite, je me suis dit : 'Mince, je reviens, encore trois ou quatre tours et je l'aurai'... puis j'ai regardé le panneau et c'était le dernier tour. Je suis revenu à neuf dixièmes, mais ça n'était pas suffisant", peste-t-il.

Après avoir maintenu au départ la septième place qu'il occupait sur la grille, l'Australien s'est immédiatement installé dans la roue de Rossi, qui est dès lors resté sa référence jusqu'à l'arrivée. Il n'a été séparé de l'Italien qu'à la mi-course lorsque tous deux ont rattrapé Jorge Lorenzo. Et le vainqueur du Grand Prix des Pays-Bas 2016 (lorsqu'il pilotait pour Marc VDS) a alors eu la satisfaction de dépasser en piste le pilote d'usine Ducati, au guidon de sa machine satellite. De bon augure quand on sait que Lorenzo et Miller sont en compétition pour le guidon officiel Ducati 2019, avec également Danilo Petrucci, deuxième de ce Grand Prix...

"Il avait une trajectoire vraiment étrange dans le virage 7 [Garage Vert], et tout ce que j'ai fait, c'était rester collé au vibreur et j'ai réussi à le passer. Il hésitait vraiment à mettre de l'angle, il est parti vraiment fort, donc je ne sais pas s'il a perdu son pneu avant ou quoi, car je pense qu'il avait le même choix que moi", analyse Jack Miller.

Une Ducati moins physique que la Honda

Une fois qu'il s'est défait de Por Fuera, le pilote Pramac s'est installé à la quatrième place qui allait être la sienne au classement final. Bien que Rossi se soit détaché tour après tour en se montrant plus rapide que son poursuivant, la tendance s'est inversée dans les dernières encablures et l'écart s'est réduit, de sorte que Miller ne comptait plus que 0"964 de retard à l'arrivée sur Rossi (un écart très similaire à celui qui les séparait à Jerez), et 6"314 sur le vainqueur.

Le tour de moins que comptait la course MotoGP cette année a donc fait un malheureux, si l'on en croit la détermination de Miller à poursuivre son effort lorsque le drapeau à damier est venu mettre fin à sa poursuite du Docteur. Une pointe de frustration qui témoigne surtout de sa bonne acclimatation à la Ducati, qu'il trouve moins physique que la Honda satellite qu'il pilotait durant ses trois premières saisons en MotoGP.

"Le fait de penser à vouloir faire plus de tours, c'est déjà incroyable, d'habitude je réclame la fin de course ! La moto est super", se réjouit-il. "J'ai trouvé un rythme dans la course, surtout après le premier secteur, et pendant toute la course la moto était juste sur des rails à cet endroit-là. Je n'ai jamais eu un souci, je ne me suis pas fait dessus [sic]. Avec la Honda, quand on passait la deuxième partie de la chicane, il y avait toujours des soucis. Là, c'était très solide, la moto était très calme, je ne devais pas me battre, juste gérer le wheeling. Voilà, c'était très calme, je dirais."

Miller, qui n'a pas encore quitté le top 10 depuis le début de la saison, grimpe à la sixième place du championnat. Il compte déjà 49 points, soit 20 de plus que l'année dernière à pareille époque alors qu'il était lancé dans ce qui est à ce jour sa meilleure saison en catégorie reine.

partages
commentaires
Joan Mir dispose d'un pré-contrat avec Honda
Article précédent

Joan Mir dispose d'un pré-contrat avec Honda

Article suivant

Márquez va bientôt tester une Red Bull F1

Márquez va bientôt tester une Red Bull F1
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

MotoGP
16 janv. 2022
Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021