MotoGP
24 juil.
Événement terminé
14 août
Événement terminé
21 août
Événement terminé
11 sept.
Événement terminé
09 oct.
Prochain événement dans
19 jours
16 oct.
Prochain événement dans
26 jours
C
GP du Teruel
23 oct.
Prochain événement dans
33 jours
C
GP d'Europe
06 nov.
Prochain événement dans
47 jours
13 nov.
Prochain événement dans
54 jours
20 nov.
Prochain événement dans
61 jours

Holeshot device pour toute la course : Miller l'a "depuis longtemps"

partages
commentaires
Holeshot device pour toute la course : Miller l'a "depuis longtemps"
Par :

Jack Miller a révélé avoir utilisé le holeshot device de Ducati depuis le GP de Thaïlande 2019 et que celui-ci s'avère efficace "partout" sauf sur un circuit comme Phillip Island, suggérant entre les lignes qu'il ne sert pas uniquement au départ.

Un interrupteur, des doutes de pilotes rivaux, des déclarations elliptiques de la part du staff Ducati… Il est bien difficile de savoir comment et jusqu'à quel point Ducati a innové dans le domaine de l'action sur la hauteur des suspensions avec ce qui a été baptisé le "holeshot device". Raison pour laquelle un certain nombre de spéculations ont pris de plus en plus d'épaisseur lors des tests MotoGP de pré-saison, au Qatar !

Une assistance actionnable manuellement par le pilote, donc, que l'on pensait jusque-là utilisée uniquement ou essentiellement lors des phases de départ du côté de Ducati − factory comme satellite − pour avaler les premiers mètres de piste de manière plus efficace que la concurrence et rapidement pouvoir se placer dans le bon wagon en course, quelle que soit la position de départ sur la grille.

Mais à Losail, où le paddock s'est retrouvé pour aligner des tours de manière studieuse avec les nouvelles machines, Jack Miller a glissé samedi en interview une petite phrase pas si anodine que cela, révélant pour la première fois d'une manière si claire que ce développement trouvait aussi non seulement un usage en course, mais qu'il avait même déjà été utilisé au cours de la saison 2019 : l'Australien, assure-t-il, en disposait.

Est-ce utile ? "Oui ! Je ne peux pas en dire grand-chose, je l'ai depuis longtemps, c'est tout", a-t-il ainsi lâché, après avoir tant bien que mal tenté de camper devant la presse sur le fait qu'il n'avait "rien" à dire sur ce sujet dont "on ne parle pas" et qui ne porte, selon lui, pas de nom en interne. "C'était là au dernier GP de la saison dernière, et celui d'avant, et celui d'avant : je l'ai depuis longtemps !" a-t-il cependant conclu, non sans un certain brin de provocation, à l'adresse d'une foule de curieux le pressant de questions sur le dispositif au sujet duquel Andrea Dovizioso et Danilo Petrucci demeurent mutiques.

Lire aussi :

"19'000 choses à faire" pour gérer le système

Son de cloche totalement différent, le lendemain : "Je ne sais pas du tout de quoi vous parlez", taquinait-il, interrogé de nouveau sur ce qu'apportait concrètement pour lui la possibilité durable de modifier la hauteur de suspensions. "Tout ce que je vais dire, c'est que je l'ai depuis la Thaïlande l'an dernier. Il est prouvé que ça fonctionne." Mais le holeshot device est loin d'être évident à manipuler pour procurer un avantage de manière constante, assure l'Australien du team Pramac. "Que s'est-il passé en Thaïlande l'an dernier ? Vous vous souvenez de ce qui s'est passé en Thaïlande [Il avait calé sur la grille en se trompant de bouton, ndlr] ? Ce n'est pas simple, pas simple du tout, c'est pour ça que les gens m'ont demandé pourquoi j'ai calé. Je ne vais pas dire pourquoi j'ai calé, mais j'avais environ 19'000 choses à faire et dans l'instant c'était un peu 'bordel, quel bouton c'était déjà ?'"

Des manipulations et comportements qui n'avaient pas échappés à certains pilotes attentifs, dont Álex Rins, qui avait fait publiquement connaître sa quasi-certitude concernant le fait que Ducati disposait bien d'une astuce dépassant simplement l'utilisation au départ, alors que Suzuki développe aussi son système. "On l'a plutôt bien réglé", poursuit Miller, finalement loquace sur le sujet. "Pas mal de gens s'en sont douté, Rins s'en est douté à Sepang et il m'en a parlé. Mais c'est assez facile, le seul endroit où on ne l'utilise pas, c'est à Phillip Island. Cela n'a pas de sens de s'en servir là-bas. L'outil apporte surtout du ressenti positif "à l'accélération. [...] C'est comme un launch control, mais en sortie de virage."

Une Ducati très efficace pour trouver la fenêtre des pneus

Plus globalement, Miller se réjouit d'avoir entre les mains ce qu'il appelle modestement "un missile balistique" ! "Oui, le châssis, le moteur… Je pense que j'ai été [le plus rapide] tous les jours depuis que je suis monté dessus et je ne suis pas le gars le plus léger ! La moto fonctionne vraiment bien, je suis très satisfait de comment elle se comporte avec les pneus. Pouvoir faire des tours avec les pneus, c'est vraiment bon à savoir. Généralement, que ce soit cinq tours à la fois ou trois, tu essaies de pousser aussi fort que tu peux, on dirait que la moto arrive à plutôt bien gérer. J'ai eu le retour d'autres pilotes qui disaient qu'une fois sortis [des stands] puis revenus et repartis, ils avaient du mal à les remettre [les pneus] en condition, alors que je ne peux pas dire que j'ai ce problème."

Côté moteur, Ducati semble apporter satisfaction au pilote australien, qui avait constaté le retour de Honda dans le domaine l'an dernier. Ce qui représentait auparavant un gros avantage pour Ducati avait été fortement amoindri en 2019 par l'efficacité du package du constructeur Champion du monde. "Honda n'est pas aussi proche que l'an dernier", assure-t-il ainsi. "L'an dernier, Cal [Crutchlow] et Marc [Márquez] étaient toujours proches de moi, j'étais déjà la meilleure Ducati en V-max partout et je pense que ça vient de mon casque et mon cuir, AGV et Dainese, qui représentent le meilleur package aérodynamique. Mais cette année, ils sont 8 km/h moins rapides que nous."

"Ducati a vraiment fait un bon pas en avant sur le moteur. Peut-être que Yamaha s'est rapproché de Honda, mais ils ne sont pas [non plus] proches de nous. Les seuls que j'ai vu vraiment s'améliorer sur la puissance, c'est Aprilia. Ils ont fait un grand pas en avant sur leur puissance. Ils ont un énorme aileron sur l'avant de la moto, ce qui enlève pas mal de chevaux, mais ils ont plutôt une bonne vitesse de pointe."

Avec Michael Duforest

Zarco gagne en aisance avec la Ducati et ça se sent

Article précédent

Zarco gagne en aisance avec la Ducati et ça se sent

Article suivant

La deuxième journée du test de Losail en photos

La deuxième journée du test de Losail en photos
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Événement Test de Losail
Catégorie Dimanche
Lieu Losail International Circuit
Pilotes Jack Miller
Équipes Ducati Team , Pramac Racing
Auteur Guillaume Navarro