Pour Miller, les rumeurs Lorenzo/Pramac, "c'est du business"

Jack Miller s'est montré satisfait d'avoir pu signer de nouveau avec Pramac, en arrivant ce jeudi à Silverstone, pour le Grand Prix de Grande-Bretagne...

Pour Miller, les rumeurs Lorenzo/Pramac, "c'est du business"

Il était bien malgré lui au centre de la saga de l'été du MotoGP version 2019 ! Jack Miller arrive à Silverstone en Grande-Bretagne fort d'un nouveau contrat pour la saison prochaine chez Pramac, malgré les insistantes rumeurs ayant placé Jorge Lorenzo au guidon de sa machine...

De quoi permettre au pilote australien d'aborder la 12e manche du calendrier serein, détendu et avec une confiance retrouvée. Miller a également tenu à remercier les personnes clés qui ont rendu cette extension de contrat possible.

Lire aussi :

"Je suis content. Premièrement, je veux dire que je ne peux pas suffisamment remercier Paolo [Campinoti, PDG de Pramac] pour tout ce qu'il a fait, surtout quand il fallait pousser pour moi. Il a vraiment défendu mes intérêts tout du long, donc c'est vraiment celui que je dois le plus remercier, lui et Francesco [Guidotti, directeur de l'écurie]. Ils ont fait du très bon boulot et ont vraiment défendu mes intérêts pendant toute la situation. J'ai vraiment hâte de continuer ce partenariat, et je pense que l'équipe aussi. Nous pouvons apporter les résultats que l'équipe chasse."

Le numéro 43 a également expliqué qu'il comprenait la situation rapportée par les médias. La gestion d'une écurie et d'un constructeur en MotoGP est également régie par des impératifs de business, ce qui fait que Miller a vite su faire la part des choses sans prendre cela de manière personnelle.

"C'est du business et ils essaient de gagner des courses, ce que je comprends totalement. Je devais juste leur prouver que je pouvais le faire. Je suis plutôt le genre de gars qui met les choses sous le tapis et qui laisse ça. Je pense que dans ce paddock, si tu es blessé par quelque chose comme ça, tu ne restes pas longtemps. Pour moi, c'était du business."

"Tu ne peux pas vraiment t'attarder sur ce genre de choses. [Lorenzo] est un double Champion du monde MotoGP, (sic) et il a déjà gagné sur la moto par le passé, donc il a l'histoire avec. Il a quel âge ? 32 ans ? Il n'a sûrement fait qu'une moitié de saison l'an dernier et cette année et a loupé plein de courses. Il faut regarder la réalité de la situation et là où il est dans sa carrière. Moi, je sens que je ne fais que commencer. Mais il n'y a pas de nécessité à s'attarder là-dessus, je ne suis pas blessé par quoi que ce soit. On va dire que ça ne m'empêche pas de dormir ! C'est le business, le paddock est rempli de décisions comme ça tous les jours, donc ça ne m'embête pas du tout."

KTM, une offre à considérer

Le vainqueur du Grand Prix des Pays-Bas 2016 a également dû faire face à son propre choix lorsque KTM est venu frapper à sa porte. La marque autrichienne cherche un remplaçant à Johann Zarco, dont le contrat s'arrêtera un an plus tôt que prévu. L'Australien a considéré l'offre de Mattighofen mais a décidé, pour une fois peut-être, de ne pas prendre de grand risque pour sa carrière !

"J'ai dû y penser, bien sûr. KTM est un grand constructeur, j'ai eu pas mal de succès avec eux par le passé et j'ai de bonnes relations avec Monsieur Pierer, avec Pit Beirer et ces gars-là. J'ai de bonnes sensations avec eux, donc c'était dur de refuser leur offre d'un côté mais pour moi, prendre un risque à ce moment de ma carrière, où les choses se mettent en place, avec des podiums et des perfs là où j'aimerais être... On dirait que dans ma carrière j'ai toujours fait ça. Les choses commencent à aller bien et je me lance de nouveau dans un grand défi. J'aimerais passer quelque temps tranquille."

"C'était une offre, c'est sûr. Mais mon objectif a toujours été de continuer avec Ducati. Dès que Petrucci a signé avec l'équipe factory, mon objectif était de continuer avec Pramac mais quand je suis arrivé sur le dernier GP, ça n'était pas le cas. Des choses ont changé, nous avons pu trouver un accord et tout est formidable maintenant."

partages
commentaires
Rossi : "Pas sûr" que l'architecture moteur Yamaha soit inférieure

Article précédent

Rossi : "Pas sûr" que l'architecture moteur Yamaha soit inférieure

Article suivant

Ducati : Bautista a signé chez Honda, Redding favori pour 2020

Ducati : Bautista a signé chez Honda, Redding favori pour 2020
Charger les commentaires
Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha Prime

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha

Les différents événements qui ont mené à l'arrivée d'Andrea Dovizioso chez SRT et la suprématie de Fabio Quartararo chez Yamaha font penser que son retour en MotoGP revêt plus d'un choix par défaut que d'un projet à long terme.

MotoGP
8 sept. 2021
Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais Prime

Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais

Il y a 24 ans jour pour jour, Valentino Rossi devenait Champion du monde pour la première fois. Aujourd'hui il s'apprête à quitter le MotoGP, résolu à l'idée que le dixième sacre après lequel il a tant couru ne viendra jamais enrichir son palmarès.

MotoGP
31 août 2021
Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière Prime

Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière

Dans une interview exclusive accordée à Motorsport.com, Marc Márquez se confie sur les défis auxquels il est confronté depuis sa blessure, sa volonté de retrouver le sommet et la domination actuelle de Fabio Quartararo.

MotoGP
24 août 2021
La gestion de la pression, de moins en moins taboue Prime

La gestion de la pression, de moins en moins taboue

Sujet délicat s'il en est, la santé mentale s'assume désormais de plus en plus dans différentes disciplines sportives, et la compétition moto n'y fait pas exception. La gestion de la pression ou de performances en berne peut s'avérer particulièrement difficile à endurer, et cela reste bien souvent tabou.

MotoGP
21 août 2021
Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022 Prime

Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022

Le verrouillage de Raúl Fernández par KTM et le peu de coopération de Yamaha font que le team Petronas SRT n'a pas encore pu annoncer de pilote pour la saison prochaine. Après avoir vu l'Espagnol lui échapper, l'équipe malaisienne porte son dévolu sur Marco Bezzecchi, mais lui aussi est en lien étroit avec un autre groupe.

MotoGP
10 août 2021
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021