Miller : "Je me suis demandé si tout cela était bien réel"

Le pilote australien a brillé devant son public pour son retour à la compétition sur le circuit de Phillip Island, décrochant une septième place, non sans avoir occupé la tête en début de course.

À l'instar de Valentino Rossi en Aragón, Jack Miller a tenu à faire son retour à la compétition trois semaines seulement après une fracture du tibia. Une décision sans doute motivée par la nature de la manche qui s'annonçait, et qui n'était autre que son Grand Prix à domicile.

Mais encore fallait-il savoir quelle approche allait être privilégiée par l'Aussie devant ses fans : profiter du week-end de course pour emmagasiner un maximum de tours pour accélérer la récupération, sans nécessairement prendre trop de risques, ou bien aborder l'épreuve comme toutes les autres, avec ce surplus de stimulation qu'offre toujours la participation à une course sur ses terres.

C'est finalement cette dernière option qui a été choisie par Miller, qui a évolué aux avant-postes du vendredi au dimanche, se fendant déjà d'une magnifique cinquième place sur la grille, soit sa meilleure qualification cette saison, après avoir participé à la Q2 pour la première fois depuis le Grand Prix de France.

Un début de course de folie

On n'a connu pire comme retour, et celui-ci n'a pas été sans rappeler celui de Rossi fin septembre en Espagne. Mais loin de se contenter d'une place d'honneur sur la grille, Miller a poussé son avantage en course jusqu'à prendre le commandement dans sa première partie, devant une foule en délire. "Tout allait bien, je me suis juste dit : 'mon dieu, est-ce que tout ceci est bien réel ?'" a reconnu l'Australien. "J'ai pris un départ correct, ensuite Marc [Márquez] est parti large et a ouvert la porte, donc je n'ai eu qu'à m'infiltrer [...]. J'y suis donc allé, et le coup était joué. J'ai réalisé de bons tours en début de course, j'ai créé un petit écart sur les gars, et c'était pas mal."

Une attaque lors des premières boucles qui a aussi conditionné la suite des événements pour le pilote Marc VDS, et qui a engendré une forte usure de ses gommes. "J'ai probablement un peu trop attaqué lors des trois premiers tours, et j'ai sans doute grillé un peu trop de pneus que ce que j'aurais dû", admet-il. "Je ne sais pas vraiment qui était derrière moi à ce moment-là, je pense que c'était Marc, mais je voulais simplement qu'ils passent devant de sorte d'avoir une sorte de lièvre, quelqu'un sur qui je puisse fixer mon rythme et ne pas dégrader mes gommes. J'ai essayé de faire cela une fois derrière Marc, en essayant de comprendre ce qu'il faisait notamment dans les virages 2 et 3, ainsi que dans Lukey Heights, mais c'était trop tard."

Le numéro 43 a finalement bouclé son Grand Prix national à la septième place, soit son troisième meilleur résultat de la saison après ses deux sixième positions obtenues à Assen ainsi qu'à Misano. De quoi faire oublier une jambe encore douloureuse à l'issue du week-end. "Ce fut vraiment un bon week-end, solide tout du long. Avoir fait un top 5 lors de chaque session, puis un top 10 en course, je suis très content de ma performance ce week-end, ainsi que de l'équipe et de la moto."

 
Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries MotoGP
Événement GP d'Australie
Sous-évènement Course
Circuit Phillip Island Grand Prix Circuit
Pilotes Jack Miller
Équipes Marc VDS Racing Team
Type d'article Réactions