Miller : Il semble que je vais rester chez Pramac

Le pilote australien semble s'être fait une raison pour l'an prochain : Danilo Petrucci se montrant de plus en plus compétitif au sein de l'équipe officielle, l'horizon semble bouché et il va devoir patienter a minima une année de plus chez Pramac.

Miller : Il semble que je vais rester chez Pramac

Rien n'est encore officiel, mais les choses semblent tout de même se préciser pour l'avenir de Jack Miller. En lice pour un guidon au sein de l'équipe officielle face à Danilo Petrucci, la hausse de performance de ce dernier depuis trois courses devrait contraindre l'Australien à rester au moins une année de plus chez Pramac.

Après un début de saison tonitruant, symbolisé par un podium à Austin, la tendance s'est en effet inversée entre les deux hommes, son rival italien signant son premier top 3 chez les Rouges en France avant d'obtenir sa première victoire deux semaines plus tard à domicile, au Mugello.

"Je pense qu'il y a quelques réunions qui se déroulent aujourd'hui, et il semble que je vais rester ici [chez Pramac]", a annoncé le numéro 43 lors de son point presse ce jeudi, tout en assurant être satisfait de pouvoir de nouveau compter sur une machine de dernière génération l'an prochain. "Je dis cela avec un sourire sur mon visage, je suis content, je suis vraiment content d'être en mesure de rester ici une année de plus avec la moto officielle. Donc c'est bien, et je pense que cela va être une formidable nouvelle pour Pramac également. Il semble que nous allons pouvoir avoir deux motos d'usine ici, donc c'est une nouvelle incroyable pour l'équipe, et pour nous les pilotes aussi. C'est donc beaucoup plus de pression, mais il nous reste encore à sceller des détails du contrat."

Lire aussi :

Les deux pilotes Pramac devraient donc bénéficier d'une GP20 l'an prochain, et figurer sur un pied d'égalité. Reste à savoir si un pilote numéro 1 sera déclaré au sein de l'équipe satellite. Ducati insiste en effet ne pas vouloir appliquer une telle politique, mais selon Miller il existe malgré tout un statut de numéro 1 de fait, selon qui reçoit en premier les évolutions.  "Oui, ils disent cela mais c'est bien ce qu'ils font", a-t-il rétorqué. "Il faut voir qui reçoit les pièces en premier, qui a la priorité. Et je veux dire, si nous sommes tous les deux sur une moto officielle, il va falloir voir qui est le plus rapide, et c'est la seule façon de faire cela."

Jack Miller, Pramac Racing

Des essais peu représentatifs

Dans la foulée d'un GP de Catalogne bouclé en cinquième position, Miller a participé comme le reste du plateau à la journée d'essais post-course. Mais si ses chronos lors de ce test ont été rapides, l'intéressé affirme qu'il faut les prendre avec des pincettes (il n'a fini qu'à la neuvième place du classement dans les faits), compte tenu des conditions de piste optimales à Montmeló le lundi, après un week-end marqué par un manque criant d'adhérence.

"Je me sens bien, nous avons eu un bon test le lundi à Barcelone, mais ça reste un lundi", prévient-il. 'Il y avait plein de gomme au sol, et la piste était dans des conditions optimales. Donc vous prenez cela comme ça vient, mais il ne faut pas y prêter trop d'importance. Comme je l'ai dit, la piste était très bien donc peu importe ce que vous faites réellement sur la moto, celle-ci semble fonctionner du fait qu'il y a tant de gomme au sol. Je veux dire par là que lors de mes derniers tours, je n'avais jamais vu des marques noires aussi importantes dans les virages 3 et 4 de tout le week-end. Nous avons testé plusieurs petites choses, nous avons obtenu certains trucs de ces tests là-bas, alors que d'autres n'étaient simplement pas encore tout à fait prêtes."

Lire aussi :

Qu'attendre d'Assen dans ces conditions ? Pour l'Australien, vainqueur aux Pays-Bas en 2016 mais seulement dixième l'an passé, il faudra prendre une direction claire au niveau des réglages, et ne pas reproduire un week-end brouillon comme cela avait été le cas en 2018. "Je pense que l'an dernier nous avons été assez proches ici, nous avions fait quelques erreurs au niveau des réglages : nous avions été rapides lors des EL1, mais nous n'avions pas pu aller plus vite de tout le week-end", rappelle-t-il. "Nous avions donc pris la mauvaise direction au niveau des réglages, donc cette année nous avons une première idée de ce que nous avons besoin de faire. Nous avions tourné en rond, en quelques sortes, et je pense que cette année ça ne peut que mieux se passer. Je dis cela alors que nous avions fini dans le top 10 l'an passé. Ce n'était pas mal, mais nous en avions plus en réserve."

partages
commentaires
Zarco rassuré de voir Pedrosa confirmer ses commentaires
Article précédent

Zarco rassuré de voir Pedrosa confirmer ses commentaires

Article suivant

Dovizioso mènera des essais comparatifs de châssis à Assen

Dovizioso mènera des essais comparatifs de châssis à Assen
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

MotoGP
16 janv. 2022
Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021