MotoGP
C
GP du Qatar
05 mars
-
08 mars
EL1 dans
18 jours
C
GP de Thaïlande
19 mars
-
22 mars
Prochain événement dans
31 jours
C
GP des Amériques
02 avr.
-
05 avr.
Prochain événement dans
45 jours
C
GP d'Argentine
16 avr.
-
19 avr.
Prochain événement dans
59 jours
C
GP d'Espagne
30 avr.
-
03 mai
Prochain événement dans
73 jours
C
GP de France
14 mai
-
17 mai
Prochain événement dans
87 jours
C
GP d'Italie
28 mai
-
31 mai
Prochain événement dans
101 jours
C
GP de Catalogne
04 juin
-
07 juin
Prochain événement dans
108 jours
C
GP d'Allemagne
18 juin
-
21 juin
Prochain événement dans
122 jours
C
GP des Pays-Bas
25 juin
-
28 juin
Prochain événement dans
129 jours
C
GP de Finlande
09 juil.
-
12 juil.
Prochain événement dans
143 jours
C
GP de République Tchèque
06 août
-
09 août
Prochain événement dans
171 jours
C
GP d'Autriche
13 août
-
16 août
Prochain événement dans
178 jours
C
GP de Grande-Bretagne
27 août
-
30 août
Prochain événement dans
192 jours
C
GP de Saint-Marin
10 sept.
-
13 sept.
Prochain événement dans
206 jours
C
GP d'Aragón
01 oct.
-
04 oct.
Prochain événement dans
227 jours
C
GP du Japon
15 oct.
-
18 oct.
Prochain événement dans
241 jours
C
GP d'Australie
23 oct.
-
25 oct.
Prochain événement dans
249 jours
C
GP de Malaisie
29 oct.
-
01 nov.
Prochain événement dans
255 jours
C
GP de Valence
12 nov.
-
15 nov.
Prochain événement dans
269 jours

Miller a la place de Petrucci "en tête"

partages
commentaires
Miller a la place de Petrucci "en tête"
Par :
9 mai 2019 à 11:43

Le pilote australien souhaite arriver dans une équipe d’usine, et vise bien évidemment la place de Danilo Petrucci dans le team Ducati officiel. Pour autant, il n’oublie pas tous les jeunes pilotes qui pourraient viser sa propre place chez Pramac.

En seulement quatre courses, Jack Miller a connu autant de hauts que de bas. D’un côté, un problème de selle au Qatar l’a forcé à abandonner tandis qu’une erreur à Jerez l’a fait chuter ; de l’autre, il s’est classé quatrième en Argentine et a décroché un podium à Austin, son premier depuis sa victoire à Assen, en 2016. Force est de constater que l’Australien est extrêmement motivé, mais qu’il va également devoir être très régulier pour passer à l’étape supérieure.

Lire aussi :

Celle-ci est simple : obtenir un guidon d’usine. Le pilote Pramac ne s’en cache d’ailleurs pas, et en a fait son principal objectif de carrière. Au vu du déroulé des évènements, une arrivée dans l’équipe officielle Ducati serait le plus logique, d’autant plus que Danilo Petrucci ne dispose que d’un contrat d’un an, et n’a pas encore brillé, avec trois sixièmes places et un top 5.

"Vous savez, on m'a posé la question au sujet de Petrucci, si cela était dans ma tête. Bien sûr que j'ai cela en tête", a déclaré Miller, qui n’en reste pas moins sur ses gardes. "Il y a une file d'attente aussi longue que le paddock de jeunes pilotes talentueux qui essaient tous d'arriver là où je suis en ce moment, et être ici avec un contrat d'un an n'est pas idéal, donc bien sûr qu’il faut que je fournisse des résultats. Donc il y a une forte motivation qui part de là, que je dois bien faire ou sinon l'un de ces jeunes gars va prendre ma place. C'est une motivation pour moi, et il n'y a pas d'excuses, car comme nous l'avons vu au Qatar la moto peut gagner, elle est extrêmement forte. Le championnat est très dur. Donc nous devons attaquer fort."

Parmi ces jeunes pilotes, il y a bien évidemment son coéquipier, le rookie Francesco Bagnaia, qui réalise un bon début de saison, malgré des erreurs liées à son manque d'expérience, en témoigne sa chute au freinage à Jerez. Celui-ci ne semble donc pas encore représenter un danger pour Miller, d’autant plus qu’il ne dispose pas, à l’inverse des trois autres pilotes Ducati, de la GP19. Mais pour l’Australien, avoir une moto plus ancienne "peut agir dans le sens inverse" et se révéler être une grande source de motivation.

"Quand vous êtes sur une moto d'usine, vous savez que vous avez une machine compétitive, vous savez qu'on ne va pas vous passer dans les lignes droites, ou vous savez qu'il va y avoir quelque chose de nouveau à essayer", a-t-il expliqué. "Vous pouvez prendre cela dans les deux sens, surtout lors des deux dernières années, je me suis servi de cela comme d'une source de motivation : le fait d'être sur une vieille moto, d'essayer et de battre le plus possible les plus récentes." Il reconnaît néanmoins qu’être désormais sur une machine d’usine est malgré tout motivant : "En tant que compétiteur, vous êtes tenté de dire non, mais bien sûr c'est toujours dans un coin de votre tête."

Lire aussi :

À machines égales, et en excluant les abandons, Jack Miller a terminé à deux reprises devant Danilo Petrucci, et a même décroché le podium que celui-ci attend avec impatience. Mais la saison est longue, et Petrucci a reconnu ne pas vouloir prendre trop de risques pour le moment afin de construire son année. Difficile, donc, pour l’instant, de dire qui décrochera le deuxième guidon officiel en 2020.

Avec Willy Zinck  

Article suivant
Márquez "motivé" par la réactivité de Honda

Article précédent

Márquez "motivé" par la réactivité de Honda

Article suivant

Ducati retirera son sponsor Mission Winnow au Mans

Ducati retirera son sponsor Mission Winnow au Mans
Charger les commentaires