Mir ne regrette pas d'avoir sacrifié le Moto2 pour le MotoGP

L'offre de Suzuki pour rejoindre le MotoGP était, selon le pilote espagnol, un train qu'il ne pouvait pas laisser passer, aussi ne regrette-t-il pas de ne pas avoir pris le temps de gagner en Moto2.

Mir ne regrette pas d'avoir sacrifié le Moto2 pour le MotoGP

Avec quatre saisons à son actif, Joan Mir est l'un des pilotes MotoGP comptant le moins d'expérience dans le Championnat du monde, toutes catégories confondues. Jusqu'à présent, son parcours a été contrasté, mais marqué par une accession rapide au succès. Dès sa première saison en Moto3, en 2016, il signait en effet une première victoire et se classait au cinquième rang du championnat en dépit de nombreuses chutes. L'année suivante, le titre était déjà à lui, avec dix victoires au passage.

Immédiatement, Mir a alors accédé au Moto2, où il a continué à jouer les premiers rôles mais sans toutefois réussir à s'imposer. Un passage éclair dans la catégorie intermédiaire qui l'a mené à intégrer le MotoGP dès 2019. Dès lors, il lui a fallu accepter de ne plus faire partie des favoris et prendre le temps de s'adapter à son nouvel environnement de course et à la Suzuki, avant de pouvoir envisager de gagner à nouveau.

Voici donc deux ans et demi que Joan Mir n'est plus monté sur la plus haute marche du podium. Et cela lui manque ! "Beaucoup, vraiment beaucoup. Mais c'était aussi ma décision", souligne-t-il dans une interview pour Motorsport.com. "Si j'étais resté en Moto2 une année de plus, il m'aurait été plus facile de gagner. Mais j'aime les défis compliqués. C'est comme le fait de signer avec Suzuki : cela aurait été plus facile à court terme avec d'autres équipes qui m'ont fait des offres. Mais ce projet me plaît et sacrifier les résultats des premières saisons fait que tout sera plus beau plus tard, quand les victoires arriveront."

Lire aussi :

S'il s'est empressé de rejoindre le MotoGP lorsque l'occasion s'est présentée, Joan Mir sait qu'un choix contraire aurait pu le placer cette année dans une situation délicate compte tenu des bouleversements dus au coronavirus et à la rareté des opportunités qui s'offrent à présent aux pilotes Moto2 pour être promus. Il ne regrette donc en aucun cas de ne pas avoir pris le temps de conquérir le titre dans la catégorie intermédiaire, convaincu que son choix paiera tôt ou tard.

"On pèse toujours le pour et le contre dans les décisions. Il est clair que j'aimerais avoir un titre Moto2, et je pense que cela aurait été possible étant donné la progression rapide qui a été la mienne en 2018, où j'étais déjà parmi les plus rapides après la troisième ou la quatrième course. Mais, sincèrement, je pense que c'était la décision qu'il fallait prendre à l'époque. J'aurais aimé que la situation me permette de rester en Moto2 un an de plus, c'est vrai. Mais je ne regrette pas du tout la décision que nous avons prise, c'était un train que je ne pouvais pas laisser passer."

Lors de la saison qui l'a couronné Champion du monde en Moto3, le jeune pilote majorquin s'est transformé en rouleau compresseur, raflant dix victoires sur les 18 courses qu'a comptées le championnat. "C'est la seule fois où j'ai pu être dans la même catégorie deux années de suite", rappelle-t-il. Cet instinct de "killer", il assure l'avoir conservé aujourd'hui, même si le succès se fait attendre depuis le Grand Prix de Malaisie 2017. "J'ai encore plus faim ! C'est quelque chose que l'on ne perd pas", assure-t-il. "Dans ma carrière sportive, j'ai progressé comme l'éclair et je dois maintenant consolider cela. Personnellement, je pense que je me suis consolidé, mais je dois travailler pour devenir un top pilote en MotoGP."

Cet objectif, il a l'intention de l'atteindre très vite, "cette année", justement en profitant de l'expérience qu'il va pouvoir investir dans sa deuxième saison en MotoGP. "Je ne parle pas de me battre pour le titre, mais de casser les pieds à plus d'un pilote ! Être présent à chaque course", annonce-t-il. "Je pense que l'on a pu voir lors des tests qu'on est déjà là et qu'on a juste besoin de courses pour le montrer. Je suis très fier de moi-même et de l'équipe, parce que je pense qu'on fait bien les choses et que l'on va là où l'on veut aller."

Propos recueillis par German Garcia Casanova

partages
commentaires
Quartararo ne s'attendait pas au maintien du GP de France
Article précédent

Quartararo ne s'attendait pas au maintien du GP de France

Article suivant

Avintia compte garder Zarco en 2021

Avintia compte garder Zarco en 2021
Charger les commentaires
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021
Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda Prime

Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda

Il fut un temps où Honda était la destination toute tracée des jeunes talents de la moto mais deux de ses rivaux, KTM et, dans une moindre mesure, Ducati, ont pris le contrôle de ce marché. Cette évolution aura-t-elle des conséquences sur l'avenir du MotoGP ?

MotoGP
16 oct. 2021
Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage Prime

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a profondément fait évoluer son pilotage pour retrouver la victoire après sa blessure. Celui qui a dominé la dernière décennie du MotoGP devra peut-être le faire à nouveau s'il veut redevenir un prétendant au titre, la marge de progrès dans sa condition physique se réduisant.

MotoGP
7 oct. 2021
Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ? Prime

Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ?

Le retour du MotoGP en Amérique pour la première fois depuis 2019 ne se passe pas aussi bien que prévu, les pilotes s'inquiétant de la sécurité à l'issue des essais du vendredi.

MotoGP
2 oct. 2021
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021