Mir ne regrette pas d'avoir sacrifié le Moto2 pour le MotoGP

L'offre de Suzuki pour rejoindre le MotoGP était, selon le pilote espagnol, un train qu'il ne pouvait pas laisser passer, aussi ne regrette-t-il pas de ne pas avoir pris le temps de gagner en Moto2.

Mir ne regrette pas d'avoir sacrifié le Moto2 pour le MotoGP

Avec quatre saisons à son actif, Joan Mir est l'un des pilotes MotoGP comptant le moins d'expérience dans le Championnat du monde, toutes catégories confondues. Jusqu'à présent, son parcours a été contrasté, mais marqué par une accession rapide au succès. Dès sa première saison en Moto3, en 2016, il signait en effet une première victoire et se classait au cinquième rang du championnat en dépit de nombreuses chutes. L'année suivante, le titre était déjà à lui, avec dix victoires au passage.

Immédiatement, Mir a alors accédé au Moto2, où il a continué à jouer les premiers rôles mais sans toutefois réussir à s'imposer. Un passage éclair dans la catégorie intermédiaire qui l'a mené à intégrer le MotoGP dès 2019. Dès lors, il lui a fallu accepter de ne plus faire partie des favoris et prendre le temps de s'adapter à son nouvel environnement de course et à la Suzuki, avant de pouvoir envisager de gagner à nouveau.

Voici donc deux ans et demi que Joan Mir n'est plus monté sur la plus haute marche du podium. Et cela lui manque ! "Beaucoup, vraiment beaucoup. Mais c'était aussi ma décision", souligne-t-il dans une interview pour Motorsport.com. "Si j'étais resté en Moto2 une année de plus, il m'aurait été plus facile de gagner. Mais j'aime les défis compliqués. C'est comme le fait de signer avec Suzuki : cela aurait été plus facile à court terme avec d'autres équipes qui m'ont fait des offres. Mais ce projet me plaît et sacrifier les résultats des premières saisons fait que tout sera plus beau plus tard, quand les victoires arriveront."

Lire aussi :

S'il s'est empressé de rejoindre le MotoGP lorsque l'occasion s'est présentée, Joan Mir sait qu'un choix contraire aurait pu le placer cette année dans une situation délicate compte tenu des bouleversements dus au coronavirus et à la rareté des opportunités qui s'offrent à présent aux pilotes Moto2 pour être promus. Il ne regrette donc en aucun cas de ne pas avoir pris le temps de conquérir le titre dans la catégorie intermédiaire, convaincu que son choix paiera tôt ou tard.

"On pèse toujours le pour et le contre dans les décisions. Il est clair que j'aimerais avoir un titre Moto2, et je pense que cela aurait été possible étant donné la progression rapide qui a été la mienne en 2018, où j'étais déjà parmi les plus rapides après la troisième ou la quatrième course. Mais, sincèrement, je pense que c'était la décision qu'il fallait prendre à l'époque. J'aurais aimé que la situation me permette de rester en Moto2 un an de plus, c'est vrai. Mais je ne regrette pas du tout la décision que nous avons prise, c'était un train que je ne pouvais pas laisser passer."

Lors de la saison qui l'a couronné Champion du monde en Moto3, le jeune pilote majorquin s'est transformé en rouleau compresseur, raflant dix victoires sur les 18 courses qu'a comptées le championnat. "C'est la seule fois où j'ai pu être dans la même catégorie deux années de suite", rappelle-t-il. Cet instinct de "killer", il assure l'avoir conservé aujourd'hui, même si le succès se fait attendre depuis le Grand Prix de Malaisie 2017. "J'ai encore plus faim ! C'est quelque chose que l'on ne perd pas", assure-t-il. "Dans ma carrière sportive, j'ai progressé comme l'éclair et je dois maintenant consolider cela. Personnellement, je pense que je me suis consolidé, mais je dois travailler pour devenir un top pilote en MotoGP."

Cet objectif, il a l'intention de l'atteindre très vite, "cette année", justement en profitant de l'expérience qu'il va pouvoir investir dans sa deuxième saison en MotoGP. "Je ne parle pas de me battre pour le titre, mais de casser les pieds à plus d'un pilote ! Être présent à chaque course", annonce-t-il. "Je pense que l'on a pu voir lors des tests qu'on est déjà là et qu'on a juste besoin de courses pour le montrer. Je suis très fier de moi-même et de l'équipe, parce que je pense qu'on fait bien les choses et que l'on va là où l'on veut aller."

Propos recueillis par German Garcia Casanova

partages
commentaires
Quartararo ne s'attendait pas au maintien du GP de France

Article précédent

Quartararo ne s'attendait pas au maintien du GP de France

Article suivant

Avintia compte garder Zarco en 2021

Avintia compte garder Zarco en 2021
Charger les commentaires
Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité ! Prime

Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité !

Prendre le sillage d'un rival pour gagner en performance... ou être celui qui est accroché et donne, de son plein gré ou non, un avantage à un concurrent. Le sujet n'a pas pas fini de faire parler, mais crée en tout cas des dynamiques intéressantes entre les pilotes du plateau MotoGP.

MotoGP
10 juin 2021
Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ? Prime

Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ?

Aveu d'échec mais coup de pouce possiblement bienvenu : l'éligibilité à des concessions en MotoGP peut être vue de plusieurs manières, comme en témoignent les réactions de Marc Márquez et Pol Espargaró à cette évocation...

MotoGP
6 juin 2021
Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre" Prime

Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre"

Toujours aussi passionné, mais aussi ancré dans la réalité, l'ancien pilote Lucio Cecchinello partage avec nous son regard sur les effets de la crise actuelle en MotoGP et la manière dont le championnat devrait selon lui évoluer.

MotoGP
28 mai 2021
Hervé Poncharal, taille patron Prime

Hervé Poncharal, taille patron

Patron du team Tech3 et président de l'IRTA, Hervé Poncharal est une figure incontournable du MotoGP. Aussi impliqué dans le sauvetage du championnat face à la crise sanitaire que touché par l'évolution de la planète, le Français a partagé avec nous son regard sur le monde.

MotoGP
26 mai 2021
Que doit faire Marc Márquez pour revenir à son meilleur niveau ? Prime

Que doit faire Marc Márquez pour revenir à son meilleur niveau ?

Après avoir signé une septième place au Portugal pour son retour fracassant en MotoGP, Marc Márquez entame désormais un long et dur travail pour retrouver le pilotage lui ayant donné six titres en catégorie reine.

MotoGP
23 avr. 2021
Pourquoi l'incident entre Miller et Mir mérite une nouvelle enquête Prime

Pourquoi l'incident entre Miller et Mir mérite une nouvelle enquête

Malgré la décision de Suzuki de ne pas faire appel de l'absence de sanction pour Jack Miller après son incident avec Joan Mir, il est nécessaire d'agir pour ne plus voir ce genre de manœuvre, qui aurait facilement pu tourner à la tragédie à Losail.

MotoGP
9 avr. 2021
Johann Zarco, la victoire avant l'heure Prime

Johann Zarco, la victoire avant l'heure

En à peine 18 mois, Johann Zarco est passé d'un extrême à l'autre en MotoGP, de pilote accablé et sans guidon à leader rayonnant du Championnat du monde 2021. Mais les Grands Prix de Losail ont surtout vu le retour au premier plan d'un homme retrouvé.

MotoGP
5 avr. 2021
Les changements derrière le retour en force de Maverick Viñales Prime

Les changements derrière le retour en force de Maverick Viñales

Sa victoire autoritaire lors de la manche d'ouverture du championnat intervient alors que Maverick Viñales vit une période de changement personnel et professionnel. Est-ce le tremplin vers une lutte pour le titre plus concrète qu'elle ne l'a été par le passé ?

MotoGP
30 mars 2021