Les difficultés de 2018, une bonne école pour Morbidelli

Le pilote Petronas se rapproche des avant-postes et peut espérer de belles choses cette saison s’il continue dans cette voie. Sa force, il la puise notamment dans les nombreux enseignements d'une saison 2018 compliquée.

Les difficultés de 2018, une bonne école pour Morbidelli

Après une année d’apprentissage compliquée sur la Honda en 2018, Franco Morbidelli dispose désormais de l’expérience nécessaire pour passer un cap en MotoGP, en plus d’une Yamaha performante. Porté par une équipe jeune, mais déterminée, et un coéquipier de cinq ans son cadet le poussant à donner le meilleur, il savoure ce début de saison.

Lire aussi :

"J'espérais que ça se passerait comme ça, j'en suis donc très content. Et ça s'est même passé un peu mieux, parce que je m'amuse vraiment beaucoup en pilotant la moto", commentait-il à l'entame de la saison européenne. "Ce que j'aime le plus ce sont les sensations que me donne cette moto quand je l'enfourche, qui sont vraiment belles."

Il est vrai que le pilote italo-brésilien peut savourer ces nouvelles sensations, tant sa première année n’a pas été de tout repos. Malgré son titre de Champion du monde Moto2 en poche, il a dû apprendre à dompter la Honda satellite, réputée rétive, d'un team Marc VDS qui se trouvait en grande difficulté interne. "L'année dernière, ça a été comme aller à l'école, dans une école très difficile, où l'on étudie beaucoup, où l'on a beaucoup de mal. Et tandis que tu fais ton année, tu pestes, tu souffres, mais quand tu as fini, que tu as ton diplôme et que tu regardes en arrière, tu regardes cette année avec affection et tu la vois comme quelque chose de positif. C'est comme ça pour moi avec l'école, et pareil avec l'année dernière", explique-t-il à présent.

Malgré ses difficultés, Morbidelli est parvenu à faire preuve d’une régularité exemplaire en allant au bout de chacune de ses courses, excepté la dernière sous le déluge de Valence, et en entrant dans les points à chaque fois, hormis au Texas et en Autriche. Cette précision et ce peu d’erreurs lui ont valu de terminer meilleur débutant.

"C'est une année durant laquelle on a souffert, on a eu beaucoup de mal, mais au final on a réussi à obtenir ce qu'on voulait, le prix de Rookie de l'année, tout en sachant tous les problèmes qu'on a eus", poursuit-il. "C'est donc une année durant laquelle j'ai beaucoup appris, une année positive et dont je me souviens avec affection. Une année qui m'a beaucoup appris, à mon avis, pour me lancer sur cette année-ci, où il y a une structure, un traitement et une moto d'un niveau plus élevé."

Un début de saison 2019 solide

Suite à l’annonce du retrait de l’équipe Marc VDS de la catégorie en 2019, l’avenir de Morbidelli aurait en effet pu basculer, mais il a pu rebondir grâce au team Petronas, nouvelle structure satellite de Yamaha créée en seulement quelques mois. Si les enjeux semblaient de taille, les résultats de Morbidelli et de Fabio Quartararo prouvent le professionnalisme et l’efficacité de cette jeune équipe. Les deux hommes occupent en effet la dixième et la 13e place du championnat, et comptent de belles performances à leur actif.

Lire aussi :

La plus importante d’entre elles est la pole position décrochée par le Français à Jerez, complétée par la seconde place sur la grille de Morbidelli, qui a signé là sa meilleure qualification en MotoGP. Ce dernier a d’ailleurs également décroché le meilleur résultat de sa carrière et de celle de Petronas en course avec un top 5 à Austin.

"En regardant les autres pilotes Yamaha sur la première partie du championnat, je ne peux que dire que tout le monde va très fort, y compris Fabio, et ce qui fait la différence, c'est la régularité pendant toute la course", constatait-il avant même la tenue de la course de Jerez, observant notamment un Valentino Rossi alors deuxième du championnat sans pourtant avoir remporté de victoire. Et en Andalousie, les coéquipiers Petronas ont beau avoir battu les pilotes officiels lors des qualifications, ils ne sont pas parvenus à le faire en course.

Lire aussi :

Avec une 11e place au Qatar, un top 5 au Texas et une sixième position en Espagne, Franco Morbidelli réalise un début de saison solide. Seule ombre au tableau, son accrochage avec Maverick Viñales dans le dernier tour du Grand Prix d’Argentine, néanmoins considéré par les deux hommes comme un fait de course. "C'est une année qui est très bien partie, et maintenant c'est à nous de faire en sorte que ça continue dans cette direction", souligne-t-il.

Avec Léna Buffa

partages
commentaires
Spa prêt à retrouver le Championnat du monde d'Endurance moto

Article précédent

Spa prêt à retrouver le Championnat du monde d'Endurance moto

Article suivant

Météo - Des averses attendues au Mans

Météo - Des averses attendues au Mans
Charger les commentaires
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021
Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi Prime

Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi

En sa qualité de patron d'équipe, Valentino Rossi va entrer de façon imminente dans une nouvelle ère dans sa carrière, et celle-ci aura une influence considérable sur un certain nombre de pilotes et d'équipes du championnat. Mais c'est précisément chez Yamaha que se fera sentir l'un des plus gros impacts car la marque joue un rôle central dans cet épisode et pourrait en conséquence perdre ses liens avec le Docteur.

MotoGP
23 juin 2021
Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité ! Prime

Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité !

Prendre le sillage d'un rival pour gagner en performance... ou être celui qui est accroché et donne, de son plein gré ou non, un avantage à un concurrent. Le sujet n'a pas pas fini de faire parler, mais crée en tout cas des dynamiques intéressantes entre les pilotes du plateau MotoGP.

MotoGP
10 juin 2021
Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ? Prime

Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ?

Aveu d'échec mais coup de pouce possiblement bienvenu : l'éligibilité à des concessions en MotoGP peut être vue de plusieurs manières, comme en témoignent les réactions de Marc Márquez et Pol Espargaró à cette évocation...

MotoGP
6 juin 2021
Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre" Prime

Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre"

Toujours aussi passionné, mais aussi ancré dans la réalité, l'ancien pilote Lucio Cecchinello partage avec nous son regard sur les effets de la crise actuelle en MotoGP et la manière dont le championnat devrait selon lui évoluer.

MotoGP
28 mai 2021
Hervé Poncharal, taille patron Prime

Hervé Poncharal, taille patron

Patron du team Tech3 et président de l'IRTA, Hervé Poncharal est une figure incontournable du MotoGP. Aussi impliqué dans le sauvetage du championnat face à la crise sanitaire que touché par l'évolution de la planète, le Français a partagé avec nous son regard sur le monde.

MotoGP
26 mai 2021