Morbidelli conservera l'ancienne Yamaha en 2021

Pas de Yamaha factory pour Franco Morbidelli la saison prochaine : le pilote italien, auteur d'une deuxième pole position aujourd'hui après s'être déjà imposé deux fois en deux mois, devra conserver en 2021 la plus ancienne des M1 du plateau.

Morbidelli conservera l'ancienne Yamaha en 2021
Charger le lecteur audio

S'il a pu dernièrement nourrir l'espoir que la situation évolue, Franco Morbidelli a eu la confirmation ce week-end qu'il conservera la saison prochaine une version de la Yamaha plus ancienne que celle des autres pilotes, celle dont il dispose déjà actuellement. Seul pilote à être privé de la machine de la spécification 2020, il devra s'en tenir à ce matériel une année de plus, dans un contexte où le MotoGP a par ailleurs gelé le développement des machines, empêchant de gros changements sur les trois machines factory.

La nouvelle a été confirmée ce samedi par Johan Stigefelt, directeur de l'équipe Petronas. "Il aura la même moto que celle qu'il a maintenant", a annoncé le responsable au site officiel du MotoGP. Le week-end dernier, Morbidelli avait indiqué que la spécification qui lui serait confiée en 2021 allait être discutée de façon imminente par Razlan Razali et Johann Stigefelt, mais ce dernier précise que le doute n'a pas vraiment été permis : "Bien sûr, au début c'était assez dur à accepter pour Franky, mais c'était assez clair dès le début quand nous avons renouvelé son contrat."

Le pilote italien, lui, s'est contenté d'un commentaire lapidaire sur la question ce soir, affirmant être "heureux de la décision prise par l'équipe et par Yamaha". Fidèle à l'approche qui a été la sienne ces dernières semaines, en dépit des deux victoires qu'il a inscrites à son palmarès, Morbidelli ne veut pas perdre son énergie dans des luttes vaines en coulisses et assure se contenter de ce qu'on lui donne et tenter dès lors de l'exploiter au maximum.

Lire aussi :

C'est également le point de vue de son patron d'équipe, pour qui disposer de cette machine plus ancienne n'est d'ailleurs pas nécessairement à percevoir comme une mauvaise nouvelle pour l'Italien, au vu des performances supérieures qu'il arrive actuellement à produire face aux trois autres pilotes, qui semblent de plus en plus perdus.

"Il faut qu'il se concentre sur ce qu'il a, ce sera le package de 2021. Il le sait, Ramón [Forcada] aussi, et le team travaille dur pour le faire progresser et qu'il fasse encore mieux en 2021", souligne Johan Stigefelt. "C'est clairement une bonne moto, un bon package. Il a fait deux victoires et un podium. Il roule bien cette année et ne cesse de s'améliorer et de gagner en confiance."

"Il sait que les trois autres Yamaha ont une spécification différente mais ça n'est pas toujours moins bien d'être sur une autre moto. On voit qu'il a désormais quelque chose d'autre sur sa machine [un nouvel amortisseur, ndlr] et que ça fonctionne très bien. Et je crois que les autres aimeraient maintenant pouvoir essayer quelque chose qu'il a, car on voit qu'il pilote de manière très fluide et qu'ils ont vraiment trouvé quelque chose de bien avec ce package."

Lire aussi :

"C'est vraiment bien pour nous d'avoir en fait deux motos différentes dans le stand en ce moment", ajoute le patron de l'équipe, attestant ce que pressentait récemment Franco Morbidelli lui-même, lorsqu'il a remporté sa deuxième victoire.

Premier Yamaha ? C'est encore possible

S'il est peut-être, au fond de lui, pincé de cette différence de traitement avec ses collègues, Morbidelli sait aussi qu'il a un atout de taille pour la compenser : son chef mécanicien, Ramón Forcada, ancien bras droit de Jorge Lorenzo dont il a hérité après que Maverick Viñales n'a plus voulu travailler à ses côtés.

"Ramón est très bon, c'est un crac dans ce sport. Il a une très grande expérience et beaucoup de connaissances. Il connait très bien cette moto, et par rapport au fait qu'elle reste inchangée d'une année sur l'autre, je pense que c'est un avantage concernant les modifications que l'on apporte à la moto, car on peut se montrer très précis dans ce que l'on fait. C'est rare qu'il manque une modification, et c'est génial. J'ai de la chance de travailler avec lui. C'est un gros avantage", salue-t-il.

Avant de se tourner vers 2021 et de tenter à nouveau d'extraire le maximum de sa machine, l'Italien affiche en tout cas en cette fin de saison une courbe de performance qui aurait de quoi générer quelques jalousies chez les autres pilotes du groupe, et il entend poursuivre sur sa lancée après avoir décroché aujourd'hui sa deuxième pole position, n'oubliant pas qu'il reste mathématiquement en lutte pour le titre et à huit points seulement de Fabio Quartararo.

"J'essaye d'obtenir le maximum de ce championnat. Si je termine premier, ce sera vraiment bien. Si je termine deuxième, troisième ou quatrième ce sera très bien aussi", sourit-il. "Il est clair qu'il faut qu'on continue à viser le titre. Même si les chances sont très réduites, elles existent encore, alors on se place dans la meilleure position pour se battre pour cela, et puis on verra à la fin du championnat quelle position on a réussi à obtenir. Je vise toujours le maximum, car je suis dans une période où je suis en bonne forme et où je me sens super bien avec la moto, alors je peux le faire. De là à l'obtenir, c'est une autre histoire. On verra donc quel niveau on pourra avoir demain, puis à Portimão."

partages
commentaires
Quatrième sur la grille, Zarco voit le podium à sa portée
Article précédent

Quatrième sur la grille, Zarco voit le podium à sa portée

Article suivant

Mir ressent une "grosse pression" et pourrait rester prudent en course

Mir ressent une "grosse pression" et pourrait rester prudent en course
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

MotoGP
16 janv. 2022
Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021