Dans chaque situation, Morbidelli se demande ce que ferait Rossi

Bien avant d'être associés au sein de la même équipe en 2021, Franco Morbidelli et Valentino Rossi ont développé un lien unique, l'aîné protégeant le plus jeune, tout en s'imposant comme une référence et une source d'inspiration inégalable pour lui.

Dans chaque situation, Morbidelli se demande ce que ferait Rossi
Charger le lecteur audio

Premier Champion du monde issu de la VR46 Riders Academy, Franco Morbidelli a aussi été le premier des élèves à accéder à la catégorie reine et est aujourd'hui le premier à jouer le titre MotoGP, avec des chances alimentées par son succès lors du dernier Grand Prix en date, le 11e des 14 de la saison. Morbidelli est également un membre un peu à part de ce groupe de pilotes formés aux côtés de Valentino Rossi, lui qui a fait partie de la première sélection, pour la saison 2014, et a noué au fil des années un lien particulièrement fort avec son maître.

Un lien si fort qu'il en devient mimétique dans certaines circonstances, ce qu'assume parfaitement le pilote originaire de Rome, installé dans la région du #46 sur décision paternelle afin d'être au plus près des opportunités pour réussir dans la moto. Admirateur incontestable du nonuple Champion du monde, Morbidelli ne parvient pas à citer une recommandation spécifique que lui aurait transmise son mentor et dit s'inspirer plutôt de son approche globale du métier.

"C'est difficile de pointer un conseil, car quand on grandit avec un si grand pilote, une telle légende, un pilote si expérimenté, et que l'on vit avec lui, on pioche des choses sans qu'il ne dise rien. On pioche des choses quant à sa manière d'être, d'agir et d'affronter les situations", explique-t-il. "On a passé du temps ensemble, or quand on passe tellement de temps ensemble, généralement les gens commencent à mixer leur personnalité. Je ne veux pas dire que j'ai sa personnalité, mais j'ai clairement des choses qui viennent de son comportement et de son caractère, car j'ai passé énormément de temps avec lui et je l'admire énormément."

Lire aussi :

"J'aimerais vraiment affronter certaines situations dans ma vie et mon sport comme lui l'a fait et le fait encore. Je me demande toujours : 'Comment Vale ferait-il dans cette situation ?' Car il est toujours solide dans ce qu'il fait, il fait toujours ce qu'il faut au bon moment."

Une union plus forte que tout

Lorsque Rossi a fondé son Academy, en 2013, Morbidelli venait de perdre son père, un événement dont il ne parle que rarement mais qui a indéniablement forgé son caractère. "Cela a été le fait le plus fort et le plus choquant de ma vie", évoque-t-il dans les colonnes du Corriere della Sera. "J'ai réagi en allant de l'avant, je me suis retroussé les manches et je me suis dit : 'Allez, travaille, marche'."

Aujourd'hui, Morbidelli définit Rossi comme "un oncle" plus qu'un deuxième père, identifiant chez leur préparateur physique Carlo Casabianca celui qui "a peut-être joué une fonction paternelle" après le drame de 2013. Le jeune pilote sait en tout cas qu'il trouvera aux côtés de Rossi un soutien infaillible. "[Il est] la personne que j'admire le plus et à laquelle je dois énormément. Après la mort de mon père, il m'a pris à part dans une pièce et il m'a dit : 'Si tu as besoin, je suis là'. Il m'a appris, aidé, inspiré."

Lire aussi :

La saison prochaine, leur histoire commune franchira une nouvelle étape lorsque tous deux partageront le même stand, chez Petronas. Pour Morbidelli, il n'y aucun risque que cette cohabitation puisse rompre leur amitié lorsqu'ils deviendront l'un pour l'autre le premier adversaire à battre.

"Vale et moi, on connaît déjà le sujet", rappelle-t-il, évoquant les innombrables entraînements communs au Ranch. "On se bat, il me rend dingue quand il me passe et lui ressent la même chose. Ce qu'il y a de bien c'est que l'on est tellement amis que l'on ne se cache rien. La rivalité rapproche. Nous sommes deux personnalités qui vont bien ensemble. Notre union est bien plus forte que tout antagonisme."

partages
commentaires
Joan Mir entre prudence et sérénité, conscient de ses chances de titre
Article précédent

Joan Mir entre prudence et sérénité, conscient de ses chances de titre

Article suivant

Valentino Rossi toujours positif au COVID-19

Valentino Rossi toujours positif au COVID-19
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

MotoGP
16 janv. 2022
Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021