Morbidelli tente de s'inspirer du style de Quartararo

Le pilote italien a sous les yeux un modèle de réussite au guidon de la Yamaha et il s'est employé cet hiver à tenter de modifier son style de pilotage pour se rapprocher de Quartararo.

Morbidelli tente de s'inspirer du style de Quartararo

Sacré en Moto2 en 2017, puis auteur de débuts prometteurs dans la catégorie reine dans un contexte pourtant mouvementé, entre les soucis judiciaires du team Marc VDS et des blessures, Franco Morbidelli n'a pas encore produit de coup d'éclat parmi l'élite. La grande discrétion du jeune pilote n'y est pas pour rien, mais l'arrivée de Fabio Quartararo à ses côtés chez Petronas la saison dernière non plus, car le Français a créé la surprise en attirant sur lui tous les projecteurs.

Bien qu'un peu plus qu'expérimenté dans la catégorie, Morbidelli a dû en partie désapprendre ce qu'il avait emmagasiné avec la Honda pour s'adapter à une Yamaha qui, elle, a immédiatement convenu à son nouvel acolyte. Leurs différences de style ne sont pas étrangères à cette rapide adaptation de Quartararo, selon le pilote italien, qui tente désormais de se faire violence pour changer certaines de ses habitudes.

"Un point fort de Fabio, ce sont les trajectoires, et en général sa manière de piloter", explique-t-il à GPOne. "Il retarde beaucoup l'entrée dans le virage, il y entre très vite et il arrive à bien faire couler la moto. Je suis plus doux, je freine plus fort et j'essaye d'accélérer au mieux, alors que lui il freine fort mais il fait la différence dans le fait qu'il fait entrer la moto fort dans tous les virages. J'ai essayé de m'inspirer de lui cet hiver et ça n'est pas facile de le faire tout de suite, même si dans certaines portions j'y arrive bien."

Lire aussi :

"Consolider chaque étape" et non les brûler

Dixième du championnat en 2019, avec pour meilleur résultat la cinquième place, obtenue quatre fois, Franco Morbidelli ne souhaite pas laisser de place à une quelconque angoisse paralysante quant au temps qu'il lui faut pour grimper dans la hiérarchie, alors que son coéquipier a multiplié les podiums en lui succédant au rang de Rookie de l'année. "Je suis un pilote qui prends les choses les unes après les autres, qui a besoin de temps pour complètement s'exprimer sur la moto, et cet hiver je me suis senti prêt à donner vraiment tout en MotoGP", explique-t-il, lui qui a mené un vrai travail de fond pendant l'intersaison.

"L'année dernière, j'ai essayé de comprendre où j'avais fait erreur et comment progresser, en travaillant au mieux pendant l'hiver afin d'être prêt. Les résultats des tests ont été encourageants, j'étais très content et motivé", assure-t-il. Désormais, il fait partie des plus déçus que la saison n'ait pas encore pu commencer, lui qui semblait sur une bonne lancée lors des essais de février. "Lors des deux tests, je me suis senti très à l'aise sur la moto, en plus d'être rapide, et j'avais envie de courir", admet-il, malgré tout philosophe quant à la situation actuelle.

"Mes attentes pour cette année étaient bonnes, pendant les tests j'avais été rapide", reprend-il auprès de Sky Italia. "J'essaye de comprendre et de consolider chaque étape que je franchis, je n'essaye jamais de faire quelque chose de plus. L'impression était que j'avais réussi à entrer précisément dans cette phase, qu'était arrivé le moment de tout réunir, que j'avais une plus grande conscience par rapport à avant."

Lire aussi :

Si Fabio Quartararo fait partie des favoris pour jouer la gagne cette année et qu'il est même parfois cité parmi les pilotes potentiellement capables de prétendre au titre à moyen terme, Franco Morbidelli sait qu'il n'en est pas encore là. "Me battre pour le titre ? Les autres années il me manquait quelque chose, mais cette année l'impression est qu'il ne me manque rien, même si j'appartiens à un team client et que j'ai une moto satellite, pas officielle. Avec les moyens, on peut sûrement obtenir de très bons résultats. Pour se battre, il faut avoir derrière soi un constructeur qui travaille uniquement pour soi, alors que moi pour le moment je dois prendre le matériel que les pilotes officiels valident."

partages
commentaires
Le MotoGP va organiser un Grand Prix virtuel
Article précédent

Le MotoGP va organiser un Grand Prix virtuel

Article suivant

Rins et Suzuki ont commencé à parler d'avenir il y a plus d'un an

Rins et Suzuki ont commencé à parler d'avenir il y a plus d'un an
Charger les commentaires
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021
Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda Prime

Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda

Il fut un temps où Honda était la destination toute tracée des jeunes talents de la moto mais deux de ses rivaux, KTM et, dans une moindre mesure, Ducati, ont pris le contrôle de ce marché. Cette évolution aura-t-elle des conséquences sur l'avenir du MotoGP ?

MotoGP
16 oct. 2021
Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage Prime

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a profondément fait évoluer son pilotage pour retrouver la victoire après sa blessure. Celui qui a dominé la dernière décennie du MotoGP devra peut-être le faire à nouveau s'il veut redevenir un prétendant au titre, la marge de progrès dans sa condition physique se réduisant.

MotoGP
7 oct. 2021
Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ? Prime

Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ?

Le retour du MotoGP en Amérique pour la première fois depuis 2019 ne se passe pas aussi bien que prévu, les pilotes s'inquiétant de la sécurité à l'issue des essais du vendredi.

MotoGP
2 oct. 2021
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021