Trois chutes pour Morbidelli et une jambe très fatiguée

Son genou opéré il y a trois mois ne permet pas à Franco Morbidelli d'être en pleine possession de ses moyens pour le moment, pourtant il a mis un point d'honneur à exploiter au maximum le temps de piste de ces derniers jours.

Trois chutes pour Morbidelli et une jambe très fatiguée

Franco Morbidelli a mis son corps à rude épreuve durant le test mené à Misano et qui faisait suite au premier Grand Prix qu'il disputait en trois mois. Opéré du genou fin juin, le pilote italien a révélé avoir repris le guidon sitôt la flexibilité de base de son genou retrouvée, mais son état général reste précaire et il lui a fallu trouver le bon dosage entre les essais à mener et le besoin de ménager son genou.

Après avoir bouclé 113 tours dans le cadre du Grand Prix, il en a ajouté 70 à son compteur durant ces deux journées, pour un total équivalant donc à un Paris-Marseille… Pour ne pas se faciliter la tâche, Morbidelli a subi trois chutes mercredi, mais semble-t-il sans avoir aggravé son état. "J'ai essayé de pousser un peu plus sur la moto là où je ne me sentais pas bien, et ça n'a pas très bien réussi puisque je suis tombé. Mais ça va… J'ai fait un crash test pour ma jambe, et elle n'a pas empiré", relativise-t-il.

Son état général reste toutefois loin d'être parfait et la fatigue s'est clairement fait sentir après une reprise aussi intense. "Franky est tombé trois fois, mais nous pouvons confirmer qu'il va bien. Pour lui, faire deux jours de test si rapidement après une course de 27 tours, c'était exigeant. La course fait que sa jambe est très fatiguée, d'autant plus que le circuit de Misano n'offre aucun repos aux pilotes", explique Massimo Meregalli.

"Il a malgré tout réussi à trouver un équilibre entre le fait de boucler suffisamment de tours pour améliorer ses sensations sur la moto et ne pas trop en faire", ajoute le directeur de l'équipe officielle Yamaha. "Dans l'ensemble, il a bien progressé pendant ce test, mais il est maintenant important pour lui de laisser sa jambe se reposer et guérir avant la prochaine manche sur le COTA."

"Étant donné que je suis resté longtemps à l'arrêt, la masse musculaire de ma jambe a baissé, et comme en plus j'ai fait une opération qui a affaibli les ischio-jambiers, je me trouve facilement plus en difficulté", a détaillé Morbidelli ces derniers jours. "Je suis venu à Misano dès que j'ai eu une mobilité acceptable du genou. Une fois ça acquis, le step suivant est d'avoir une musculature qui permette de ramener la jambe vers moi et de la placer sur la pédale, ou de faire passer le pied de la position dans laquelle il est pour le changement de vitesses à la position 'full in' avec la pointe sur la pédale, et ce de manière assez décontractée. Ça n'est pas encore le cas, je ne suis pas encore décontracté, je n'ai pas assez de forces, on est donc dépendants de mes muscles pour le moment."

Lire aussi :

Passé à la Yamaha de 2021 après avoir disputé le début de saison sur un modèle beaucoup moins développé, Morbidelli doit prendre ses marques avec sa nouvelle machine et sa nouvelle équipe malgré ce contexte difficile. Outre sa première découverte de la machine destinée à 2022, son but durant ces deux jours était donc de recueillir des données pouvant l'aider à progresser sur la fin de saison. Malgré un 19e temps général peu satisfaisant, à 1"1 du leader, l'essentiel a selon lui été acquis.

"Je me sens bien, et je suis content du travail que l'on a réalisé [mercredi], même si j'ai peut-être fait trop d'erreurs. C'était en tout cas la manière pour moi de prendre mes marques le plus vite possible avec cette nouvelle moto et d'essayer de retrouver mes sensations", souligne le pilote. "Je suis satisfait, on a bien progressé. J'avais clairement de meilleures sensations dans les derniers tours que j'ai faits avec la moto par rapport aux premiers réalisés sur ce test, donc c'est positif. On avance et on essaye de le faire aussi vite que possible, alors je suis content."

partages
commentaires

Voir aussi :

Aleix Espargaro espère deux versions du carénage en 2022
Article précédent

Aleix Espargaro espère deux versions du carénage en 2022

Article suivant

Miguel Oliveira a retrouvé "sa" KTM au test de Misano

Miguel Oliveira a retrouvé "sa" KTM au test de Misano
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

MotoGP
16 janv. 2022
Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021