Morbidelli : Les tours "les plus importants de ma carrière, de ma vie"

Cette saison 2020 de MotoGP n'en finit pas de produire de nouveaux vainqueurs dans la discipline ! Après le premier succès de Brad Binder à Brno puis de Miguel Oliveira en Styrie, le tour est venu pour Franco Morbidelli d'inscrire son nom au palmarès des vainqueurs en MotoGP, sur le sol italien qu'il chérit tant.

Morbidelli : Les tours "les plus importants de ma carrière, de ma vie"

Le pilote issu de la VR Academy, auteur d'un excellent départ l'ayant porté aux commandes de la course dès les premiers mètres, n'a pas perdu sa concentration face à son "oncle" et formateur Valentino Rossi, qui ne parvenait pas à lui prendre les commandes en dépit de plusieurs attaques.

Après la mi-course, Morbidelli a semblé clairement disposer de l'avantage avec son pneu dur et s'est montré capable de creuser peu à peu l'écart sur Valentino Rossi, jusqu'à se ménager une avance de deux secondes qu'il fut capable de maintenir jusqu'à l'arrivée, alors que l'Italien avait de son côté dû céder aux offensives de la relève incarnée par Pecco Bagnaia et Joan Mir.

Serein et contemplatif en conférence de presse d'après-course, Morbidelli intériorisait sa satisfaction et une "fierté" d'être arrivé à son objectif.

Tu as pris un super départ et a semblé bien résister à la pression exercée par Valentino Rossi…

De mon point de vue, la course s'est passée juste comme il faut ! J'ai pris un bon départ et au début de la course j'ai senti la pression de Vale. Je voyais que nous nous détachions et espérais juste que nous n'allions pas nous gêner. Après quelques tours, j'ai vu que j'arrivais à me détacher et c'était encore une meilleure surprise ! Quand j'ai vu que je me détachais, je me suis dit : 'applique ton rythme en piste et garde-le'. Ce que je voyais sur le panneautage était assez bon, assez impressionnant !

Les dix derniers tours ont été extraordinaires parce que j'ai pu penser à pas mal de choses et ça a été un super feeling. Ce furent clairement les dix tours les plus importants de ma carrière, de ma vie : j'ai pris beaucoup de plaisir. Je désire juste remercier toute mon équipe et tous les gens qui ont travaillé avec moi, je n'ai pas beaucoup d'autres mots !

Tu avais admis que l'année dernière, tu avais eu un choc avec le niveau de performance de Fabio. Est-ce que tu as pensé à ça dans ces derniers tours, à là d'où tu viens par rapport à l'année dernière ?

J'ai eu la chance de penser à beaucoup de choses et tout ceci était très positif. Comme je l'ai dit, ma première pensée et ce à quoi j'ai pensé le plus a été aux gens qui m'ont aidé. J'ai aussi pensé aux difficultés de l'année dernière, mais j'ai surtout eu en tête des choses positives, en pensant à mes amis et tous les gens que j'aime.

On savait que tu avais un bon rythme ce week-end, mais es-tu surpris de ne pas avoir vu Maverick [Viñales] et Fabio [Quartararo] de toute la course ?

Je ne sais pas, je m'en fiche ! Je ne me préoccupe que de mon résultat et pas du leur ! Hier et vendredi, on aurait dit que Maverick et Fabio avaient un petit peu plus de rythme mais ce qui compte, c'est la course. Donc je suis juste heureux d'avoir été le plus rapide en course !

Hier, il a semblé après les qualifications que tout le monde se concentrait sur Fabio et sur Maverick alors tu étais deuxième sur la grille… Est-ce une position que tu aimes, le fait d'être un petit peu le gars que personne ne pointe du doigt comme étant le favori ? S'agit-il d'une position qui te convient ?

Il est certain que je préfère être dans la position de grand favori parce que si on se trouve dans cette situation, c'est que l'on montre un super rythme et une grande solidité pendant tout le week-end! Donc je préfère être le grand favori plus que l'outsider. Ce week-end, j'étais l'outsider parce que les autres ont montré un rythme incroyable : ils faisaient des temps de 1'32"" comme on boit un verre d'eau ! Mais aujourd'hui ils n'ont pas été en mesure de faire ça et c'est malheureux mais je suis content pour moi même !

Lire aussi :

 

Tu sembles beaucoup intérioriser, décris-nous ce que ressent en ce moment ton côté Brésilien !

Il faut demander à Pecco comment ça se passe on a fait des fêtes ensemble ! [rires] Je ne vais pas faire de célébration brésilienne parce qu'on a un test mardi, donc il faut rester Italien, voire même Japonais, c'est encore mieux [rires] !

As-tu un mot pour ceux que tu as fait vibrer au Brésil ?

Ma première pensée est allée à ma famille là-bas : à mes cousins, à mes tantes qui sont là-bas et qui me soutiennent toujours. Ils m'envoient des messages sympas d'encouragements. Je les adore, même si je ne les vois pas si souvent que ça. Je les adore ! Je leur adresse un énorme câlin jusqu'à Recife, au Brésil et je tiens vraiment à dire que je les aime ! C'est un super sentiment de pouvoir mettre en feu deux pays à la fois.

Tu as choisi le pneu avant dur et Valentino avait le medium ; en avez-vous parlé avant la course ?  

Non, nous n'avons a pas parlé de choix de pneus avant la course. Je ne sais pas, j'ai essayé le medium et il était bon aussi, mais je me sentais un petit peu mieux avec le dur. Ceci dit, ils sont très similaires. Ça dépend vraiment du choix et du ressenti du pilote mais il n'y avait pas de grandes différences entre le dur et le medium.

Tu es maintenant le deuxième pilote qui vient depuis le SuperStock, après Danilo Petrucci, à avoir gagné en MotoGP.  Des success-stories aussi possibles grâce à des gens qui vous ont fait confiance et vous ont donné une chance. Est-ce que tu penses que ces championnats sont un petit peu vus de haut comme source de talents ?

Le talent est partout, on peut le trouver partout. Il y a des pilotes talentueux en World Superbike, en World Superstock, en Red Bull Rookies Cup, en Asia Talent Cup. Le talent, on peut le trouver partout.

partages
commentaires
Championnat - Dovizioso leader, incroyable resserrement au top !

Article précédent

Championnat - Dovizioso leader, incroyable resserrement au top !

Article suivant

Fabio Quartararo, deux fois à terre : "Je me suis emballé"

Fabio Quartararo, deux fois à terre : "Je me suis emballé"
Charger les commentaires
Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha Prime

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha

Les différents événements qui ont mené à l'arrivée d'Andrea Dovizioso chez SRT et la suprématie de Fabio Quartararo chez Yamaha font penser que son retour en MotoGP revêt plus d'un choix par défaut que d'un projet à long terme.

MotoGP
8 sept. 2021
Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais Prime

Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais

Il y a 24 ans jour pour jour, Valentino Rossi devenait Champion du monde pour la première fois. Aujourd'hui il s'apprête à quitter le MotoGP, résolu à l'idée que le dixième sacre après lequel il a tant couru ne viendra jamais enrichir son palmarès.

MotoGP
31 août 2021
Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière Prime

Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière

Dans une interview exclusive accordée à Motorsport.com, Marc Márquez se confie sur les défis auxquels il est confronté depuis sa blessure, sa volonté de retrouver le sommet et la domination actuelle de Fabio Quartararo.

MotoGP
24 août 2021
La gestion de la pression, de moins en moins taboue Prime

La gestion de la pression, de moins en moins taboue

Sujet délicat s'il en est, la santé mentale s'assume désormais de plus en plus dans différentes disciplines sportives, et la compétition moto n'y fait pas exception. La gestion de la pression ou de performances en berne peut s'avérer particulièrement difficile à endurer, et cela reste bien souvent tabou.

MotoGP
21 août 2021
Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022 Prime

Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022

Le verrouillage de Raúl Fernández par KTM et le peu de coopération de Yamaha font que le team Petronas SRT n'a pas encore pu annoncer de pilote pour la saison prochaine. Après avoir vu l'Espagnol lui échapper, l'équipe malaisienne porte son dévolu sur Marco Bezzecchi, mais lui aussi est en lien étroit avec un autre groupe.

MotoGP
10 août 2021
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021