Morbidelli : Les tours "les plus importants de ma carrière, de ma vie"

Cette saison 2020 de MotoGP n'en finit pas de produire de nouveaux vainqueurs dans la discipline ! Après le premier succès de Brad Binder à Brno puis de Miguel Oliveira en Styrie, le tour est venu pour Franco Morbidelli d'inscrire son nom au palmarès des vainqueurs en MotoGP, sur le sol italien qu'il chérit tant.

Morbidelli : Les tours "les plus importants de ma carrière, de ma vie"

Le pilote issu de la VR Academy, auteur d'un excellent départ l'ayant porté aux commandes de la course dès les premiers mètres, n'a pas perdu sa concentration face à son "oncle" et formateur Valentino Rossi, qui ne parvenait pas à lui prendre les commandes en dépit de plusieurs attaques.

Après la mi-course, Morbidelli a semblé clairement disposer de l'avantage avec son pneu dur et s'est montré capable de creuser peu à peu l'écart sur Valentino Rossi, jusqu'à se ménager une avance de deux secondes qu'il fut capable de maintenir jusqu'à l'arrivée, alors que l'Italien avait de son côté dû céder aux offensives de la relève incarnée par Pecco Bagnaia et Joan Mir.

Serein et contemplatif en conférence de presse d'après-course, Morbidelli intériorisait sa satisfaction et une "fierté" d'être arrivé à son objectif.

Tu as pris un super départ et a semblé bien résister à la pression exercée par Valentino Rossi…

De mon point de vue, la course s'est passée juste comme il faut ! J'ai pris un bon départ et au début de la course j'ai senti la pression de Vale. Je voyais que nous nous détachions et espérais juste que nous n'allions pas nous gêner. Après quelques tours, j'ai vu que j'arrivais à me détacher et c'était encore une meilleure surprise ! Quand j'ai vu que je me détachais, je me suis dit : 'applique ton rythme en piste et garde-le'. Ce que je voyais sur le panneautage était assez bon, assez impressionnant !

Les dix derniers tours ont été extraordinaires parce que j'ai pu penser à pas mal de choses et ça a été un super feeling. Ce furent clairement les dix tours les plus importants de ma carrière, de ma vie : j'ai pris beaucoup de plaisir. Je désire juste remercier toute mon équipe et tous les gens qui ont travaillé avec moi, je n'ai pas beaucoup d'autres mots !

Tu avais admis que l'année dernière, tu avais eu un choc avec le niveau de performance de Fabio. Est-ce que tu as pensé à ça dans ces derniers tours, à là d'où tu viens par rapport à l'année dernière ?

J'ai eu la chance de penser à beaucoup de choses et tout ceci était très positif. Comme je l'ai dit, ma première pensée et ce à quoi j'ai pensé le plus a été aux gens qui m'ont aidé. J'ai aussi pensé aux difficultés de l'année dernière, mais j'ai surtout eu en tête des choses positives, en pensant à mes amis et tous les gens que j'aime.

On savait que tu avais un bon rythme ce week-end, mais es-tu surpris de ne pas avoir vu Maverick [Viñales] et Fabio [Quartararo] de toute la course ?

Je ne sais pas, je m'en fiche ! Je ne me préoccupe que de mon résultat et pas du leur ! Hier et vendredi, on aurait dit que Maverick et Fabio avaient un petit peu plus de rythme mais ce qui compte, c'est la course. Donc je suis juste heureux d'avoir été le plus rapide en course !

Hier, il a semblé après les qualifications que tout le monde se concentrait sur Fabio et sur Maverick alors tu étais deuxième sur la grille… Est-ce une position que tu aimes, le fait d'être un petit peu le gars que personne ne pointe du doigt comme étant le favori ? S'agit-il d'une position qui te convient ?

Il est certain que je préfère être dans la position de grand favori parce que si on se trouve dans cette situation, c'est que l'on montre un super rythme et une grande solidité pendant tout le week-end! Donc je préfère être le grand favori plus que l'outsider. Ce week-end, j'étais l'outsider parce que les autres ont montré un rythme incroyable : ils faisaient des temps de 1'32"" comme on boit un verre d'eau ! Mais aujourd'hui ils n'ont pas été en mesure de faire ça et c'est malheureux mais je suis content pour moi même !

Lire aussi :

 

Tu sembles beaucoup intérioriser, décris-nous ce que ressent en ce moment ton côté Brésilien !

Il faut demander à Pecco comment ça se passe on a fait des fêtes ensemble ! [rires] Je ne vais pas faire de célébration brésilienne parce qu'on a un test mardi, donc il faut rester Italien, voire même Japonais, c'est encore mieux [rires] !

As-tu un mot pour ceux que tu as fait vibrer au Brésil ?

Ma première pensée est allée à ma famille là-bas : à mes cousins, à mes tantes qui sont là-bas et qui me soutiennent toujours. Ils m'envoient des messages sympas d'encouragements. Je les adore, même si je ne les vois pas si souvent que ça. Je les adore ! Je leur adresse un énorme câlin jusqu'à Recife, au Brésil et je tiens vraiment à dire que je les aime ! C'est un super sentiment de pouvoir mettre en feu deux pays à la fois.

Tu as choisi le pneu avant dur et Valentino avait le medium ; en avez-vous parlé avant la course ?  

Non, nous n'avons a pas parlé de choix de pneus avant la course. Je ne sais pas, j'ai essayé le medium et il était bon aussi, mais je me sentais un petit peu mieux avec le dur. Ceci dit, ils sont très similaires. Ça dépend vraiment du choix et du ressenti du pilote mais il n'y avait pas de grandes différences entre le dur et le medium.

Tu es maintenant le deuxième pilote qui vient depuis le SuperStock, après Danilo Petrucci, à avoir gagné en MotoGP.  Des success-stories aussi possibles grâce à des gens qui vous ont fait confiance et vous ont donné une chance. Est-ce que tu penses que ces championnats sont un petit peu vus de haut comme source de talents ?

Le talent est partout, on peut le trouver partout. Il y a des pilotes talentueux en World Superbike, en World Superstock, en Red Bull Rookies Cup, en Asia Talent Cup. Le talent, on peut le trouver partout.

partages
commentaires
Championnat - Dovizioso leader, incroyable resserrement au top !
Article précédent

Championnat - Dovizioso leader, incroyable resserrement au top !

Article suivant

Fabio Quartararo, deux fois à terre : "Je me suis emballé"

Fabio Quartararo, deux fois à terre : "Je me suis emballé"
Charger les commentaires
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021
Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda Prime

Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda

Il fut un temps où Honda était la destination toute tracée des jeunes talents de la moto mais deux de ses rivaux, KTM et, dans une moindre mesure, Ducati, ont pris le contrôle de ce marché. Cette évolution aura-t-elle des conséquences sur l'avenir du MotoGP ?

MotoGP
16 oct. 2021
Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage Prime

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a profondément fait évoluer son pilotage pour retrouver la victoire après sa blessure. Celui qui a dominé la dernière décennie du MotoGP devra peut-être le faire à nouveau s'il veut redevenir un prétendant au titre, la marge de progrès dans sa condition physique se réduisant.

MotoGP
7 oct. 2021
Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ? Prime

Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ?

Le retour du MotoGP en Amérique pour la première fois depuis 2019 ne se passe pas aussi bien que prévu, les pilotes s'inquiétant de la sécurité à l'issue des essais du vendredi.

MotoGP
2 oct. 2021
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021