MotoGP
23 août
-
25 août
Événement terminé
13 sept.
-
15 sept.
Événement terminé
20 sept.
-
22 sept.
Événement terminé
04 oct.
-
06 oct.
Événement terminé
18 oct.
-
20 oct.
EL4 dans
01 Heures
:
09 Minutes
:
23 Secondes
25 oct.
-
27 oct.
EL1 dans
5 jours
C
GP de Malaisie
01 nov.
-
03 nov.
EL1 dans
12 jours
C
GP de Valence
15 nov.
-
17 nov.
EL1 dans
27 jours

Morbidelli : Zarco ? "Pas le pilote le plus propre, ni le plus élégant"

partages
commentaires
Morbidelli : Zarco ? "Pas le pilote le plus propre, ni le plus élégant"
Par :
5 août 2019 à 10:15

Le pilote italien déplore une manœuvre "non élégante" de la part de Johann Zarco, dictée selon lui par la frustration d'un mauvais départ et ayant causé sa chute et celle de Joan Mir dès le premier tour de la course de Brno.

Les oreilles de Johann Zarco ont dû siffler dimanche soir, lorsque Franco Morbidelli a été appelé à décrire sa course. Une course qui n'aura duré que trois virages, avant qu'un accrochage avec le Français ne l'envoie au tapis, faisant également chuter Joan Mir par la même occasion. S'il s'est montré très calme face aux journalistes, le pilote italien n'en a pas moins été cinglant, jugeant le comportement de son adversaire inapproprié.

"C'est dommage, je semblais pouvoir faire une bonne course, parce que j'avais eu de bonnes sensations au warm-up, ainsi que dans les deux ou trois premiers virages. J'avais repris une place, j'étais 11e. Et puis, malheureusement, après un départ horrible, Johann était peut-être frustré et a décidé de faire une manœuvre non-élégante sur moi, mais on sait tous que l'élégance et le fair-play ne sont pas les points forts de Johann", a déclaré Morbidelli auprès du site officiel du MotoGP.

Lire aussi :

Et de poursuivre : "Je pense que l'accident était une situation de course. Lorsqu'un pilote se trouve à l'intérieur et qu'un autre est à l'extérieur… J'étais à l'extérieur, j'étais devant et j'essayais de faire mon virage, mais apparemment Johann a ressenti le besoin d'avoir un peu plus de place, de s'en faire un peu plus pour lui – ou bien il a juste décidé de me heurter, je ne sais pas. Cela m'a fait finir par terre et a gâché ma course et celle de Mir."

"Je comprends clairement qu'il était frustré, parce qu'il a eu un départ horrible. Il partait troisième, il était avec moi, 11e, et il allait se retrouver 12e. Il avait perdu beaucoup de positions, je le comprends. Il a réalisé une manœuvre dictée par la frustration, je pense. Malheureusement, c'est moi qui me trouvais là. Comme je l'ai déjà dit, on sait tous que Johann n'est pas le pilote le plus propre, ni le plus élégant. Mais je ne me plains pas trop, c'est la course", ajoutait l'Italien, un sourire défaitiste sur les lèvres, contraint d'accepter son sort. Toujours aussi tranchant, il indiquait à cet instant ne pas avoir parlé avec Zarco de cet accrochage − "non, je pense que pour lui c'est quelque chose de normal" −, bien que celui-ci ait présenté ses excuses par médias interposés.

Une occasion gâchée

Lui aussi fataliste, Joan Mir ne pouvait que constater que son départ depuis la septième ligne de la grille de départ l'avait placé en position délicate, faisant de lui au final la victime collatérale de cet accrochage. "Je n'ai rien pu faire", regrettait-il. "C'est ce qui arrive quand on part loin, alors qu'est-ce que je peux dire ? J'étais en train de récupérer des places, je pense avoir dépassé beaucoup de monde en deux virages, et puis au virage 4 je pense que Zarco, ou quelqu'un de dingue, a touché Morbidelli, puis Morbidelli est tombé ; moi je me trouvais un peu à l'extérieur de Morbidelli, il est tombé, a heurté ma roue et c’était fini."

Lire aussi :

"C'est dommage, parce qu'après le warm-up, qui était la troisième séance du week-end sur le sec, on avait réussi à trouver de bons réglages. On a vraiment bien travaillé et j'avais réussi à être rapide et très régulier. J'étais très content du warm-up", déplorait le pilote Suzuki. "On avait pu voir, tour après tour, qu'on était dans le top 5 et qu'on pouvait clairement obtenir un bon résultat. Mais ça n'a pas été possible, alors on ne peut rien dire."

Franco Morbidelli, pour sa part, se savait en difficulté pour cette course, mais estime qu'il aurait pu se classer dans le top 10 : "Ça semble avoir été une course de survie pour tout le monde, parce que les pneus étaient affectés [par les conditions]. Tout le monde était en difficulté, les Yamaha aussi et peut-être même plus, car on a vu que les pilotes avaient du mal. Alors je ne sais vraiment pas. Ce que je peux dire c'est que j'étais en train de me hisser à une meilleure position que ma position de départ, alors c'était bien, mais [j'aurais fini] entre la septième et la dixième place."

Article suivant
Michelin prépare les pneus 2020 : deux nouveautés à Brno

Article précédent

Michelin prépare les pneus 2020 : deux nouveautés à Brno

Article suivant

Photos - Márquez survole la course de Brno

Photos - Márquez survole la course de Brno
Charger les commentaires