Le MotoGP revient à la chicane de 2016 à Barcelone

La catégorie reine va faire machine arrière et réutiliser la version de la chicane utilisée par les F1 pour le reste du Grand Prix de Catalogne.

La configuration du circuit avait été changée au milieu du week-end l'an dernier suite au décès de Luis Salom lors des essais libres du Moto2, l'ensemble des catégories ayant alors recouru au tracé emprunté par les F1.

Une mesure qui ne devait être que temporaire, du fait essentiellement de la proximité du mur sur la droite des pilotes à l'entrée du virage 14. Une nouvelle chicane, plus rapprochée du virage 13, a donc été conçue plus tôt cette année pour tenter de remédier à ce problème de sécurité. 

Cependant, les critiques n'ont pas tardé à poindre concernant le nouvel enchaînement des virages 14 et 15, d'abord par le biais de Jorge Lorenzo dans la foulée des essais privés auxquels a participé Ducati à la fin du mois de mai, puis par l'intermédiaire de Maverick Viñales à l'issue des deux premières séances d'essais libres ce vendredi.

Viñales a ainsi décrit la dernière portion révisée du tracé comme étant "dangereuse", estimant qu'une perte de contrôle à l'entrée de la chicane pourrait avoir des répercussions bien dramatiques et faire l'effet d'un jeu de quilles envers les pilotes situés devant. "Imaginez en EL3, vous êtes, je ne sais pas, 11e, et si vous êtes dans un bon dernier tour, qu’un pilote tombe devant vous, vous n’allez pas ralentir", a-t-il prévenu. "On va continuer d’attaquer. Les pilotes au milieu, les commissaires, tout le monde… Assurément, je préfère l’ancienne chicane."

Un effet contraire à celui recherché

Jorge Lorenzo a pour sa part remis en cause le bien-fondé de ce changement, bien qu'étant sceptique quant au fait que des actions soient menées pour changer les choses. "Je ne pense pas qu'ils changeront quelque chose", a ainsi déclaré le pilote Ducati. "Nous espérons juste que rien [de grave] ne se passe."

Valentino Rossi, qui n'avait pas eu l'occasion avant ce vendredi de rouler sur cette nouvelle portion, s'est montré au terme de la journée parmi les plus virulents. "Je n'aime pas cette chicane", a-t-il tranché à l'issue des EL2. "Pour moi, une chicane comme cela n'est pas à la hauteur d'une course de MotoGP, car ce n'est pas une piste, mais un bout d'asphalte mis entre deux pistes. La chicane [qu'utilisent les F1] est certes serrée, mais il y a plus de bankings, et c'est plus naturel. Pour moi, c'est dangereux, car si vous chutez, la moto coupe la chicane. Ce n'est pas une piste de MotoGP."

L'Italien a cependant déclaré qu'il était possible de revenir à l'ancienne chicane, alors que les pilotes s'étaient déjà exprimés en faveur d'un tel retour en arrière lors de Commission de sécurité au Mugello, et qui avait suivi les essais privés. "Selon moi, un changement est encore possible, car la semaine passée au Mugello, des pilotes avaient déjà demandé à utiliser la piste F1, mais on nous a répondu : 'Vendredi vous essayez, et vendredi soir nous décidons tous ensemble'."

Des Essais Libres 3 décisifs en vue de la Q2

Les discussions ont donc repris lors de la Commission de sécurité, à Barcelone vendredi soir, et la nouvelle chicane a donc été abandonnée. Le reste du week-end sera donc couru sur le même tracé que celui employé par le MotoGP l'an dernier, ainsi que par la F1 depuis 2007.

À noter que les temps des deux premières séances d'essais libres étant désormais peu représentatifs des futurs chronos du week-end, seuls les temps réalisés lors de la troisième séance d'essais libres, demain matin, compteront pour décider d'une accession directe en Q2.

Avec Fabien Gaillard

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries MotoGP
Événement GP de Catalogne
Circuit Circuit de Barcelona-Catalunya
Pilotes Jorge Lorenzo , Marc Márquez , Maverick Viñales
Type d'article Actualités
Tags chicane, circuit, sécurité