Le MotoGP à Spa en 2020 ? "Très optimiste" pour De Radiguès

Didier de Radiguès accueille avec enthousiasme la perspective d'un Grand Prix de Belgique MotoGP, néanmoins les délais avancés lui paraissent particulièrement courts.

Didier de Radiguès reste à ce jour le pilote belge ayant connu le plus de succès. Engagé durant une large décennie dans les Grands Prix mondiaux, avec notamment sept saisons en 500cc, il a signé 12 pole positions et remporté quatre victoires en 250cc et 350cc. Parmi elles, son Grand Prix national en 1983... à Spa-Francorchamps.

La perspective de voir la discipline réinvestir le légendaire circuit des Ardennes belges ne pouvait donc le laisser indifférent, sachant que la Belgique ne figure plus au calendrier depuis 1991 après en avoir été l'un des piliers dès la création du championnat. Récemment nommée à la direction du circuit, Nathalie Maillet indiquait dernièrement vouloir œuvrer à une réunification et ainsi permettre aux MotoGP modernes d'en découdre sur le fameux toboggan, précisant par ailleurs que "ce ne serait pas avant 2020".

"J'ai entendu cette information il y a quelques mois, lorsque la nouvelle directrice du circuit de Spa a fait cette annonce très optimiste. Et, pour être franc, je crains que 'le MotoGP en 2020 à Spa' ne soit rien de plus qu'une annonce, car je pense qu'un éventuel promoteur m'aurait demandé mon avis ou posé des questions", a indiqué Didier de Radiguès auprès de Motorsport.com"S'ils veulent, comme ils le disent, avoir la course pour 2020, il leur faut agir de toute urgence."

Prêt à apporter son aide

Malgré la prudence qu'il avance au sujet de cette échéance, Didier de Radiguès ne considère pas que le retour des Grands Prix moto à Spa-Francorchamps soit impossible à réaliser et, surtout, il l'envisage comme une perspective des plus excitantes.

"Spa est une piste formidable, sur laquelle j'ai couru des centaines de fois", rappelle-t-il, lui qui y a également remporté les 24 Heures de Spa auto et moto, et établi le record du tour sur une moto électrique.

"Spa est une piste très rapide, qui monte et qui descend, avec une vitesse de pointe pour une MotoGP qui avoisinerait les 350 km/h et des virages dans les 250 km/h comme le sommet du Raidillon ou la sortie de Stavelot."

"Il y a quelques voies de dégagement à changer pour adapter la piste au MotoGP et, si un promoteur me le demande, je serai heureux d'apporter mon aide avant de soumettre les changements nécessaires aux responsables de l'homologation de la FIM et de la Dorna", précise Didier de Radiguès.

Propos recueillis par Tim Biesbrouck

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries MotoGP
Pilotes Didier de Radigues
Type d'article Actualités
Tags calendrier, spa francorchamps