Nakagami et le défi de cumuler MotoGP et 8 Heures de Suzuka

partages
commentaires
Nakagami et le défi de cumuler MotoGP et 8 Heures de Suzuka
Par :
8 juil. 2018 à 10:00

Le Japonais participera de nouveau à la fin du mois de juillet à la célèbre épreuve d'Endurance, ce qui n'est pas sans causer quelques complications en termes d'organisation.

Takaaki Nakagami, Team LCR Honda
Takaaki Nakagami, Team LCR Honda
Takaaki Nakagami, Team LCR Honda
Takaaki Nakagami, Team LCR Honda
Takaaki Nakagami, Team LCR Honda
Takaaki Nakagami, Team LCR Honda
Takaaki Nakagami, Team LCR Honda
Takaaki Nakagami, Team LCR Honda
Takaaki Nakagami, Team LCR Honda
Takaaki Nakagami, Team LCR Honda
Takaaki Nakagami, Team LCR Honda
Takaaki Nakagami, Team LCR Honda
Takaaki Nakagami, Team LCR Honda
Takaaki Nakagami, Team LCR Honda

Pour les pilotes du MotoGP, la prochaine manche qui se déroulera sur le Sachsenring du 13 au 15 juillet prochains sera la dernière avant une trêve estivale bien méritée. Vraiment pour tous ? Non ! Takaaki Nakagami va en effet faire exception en prenant part aux 8 Heures de Suzuka, prévues à la toute fin du mois.

Si cet engagement sur la célèbre épreuve d'Endurance moto semble de prime abord ne pas entrer en conflit avec le calendrier de la catégorie reine, c'est cependant faire fi des nombreuses séances d'essais en amont, et de la préparation qui va avec.

Et c'est donc en réalité un véritable marathon qui attend le jeune japonais, comme l'a confirmé le patron de l'équipe LCR, Lucio Cecchinello, auprès du site officiel MotoGP.com. "C'est un énorme stress pour tout pilote de faire le MotoGP – surtout maintenant avec 19 courses et [un calendrier] qui est donc très, très serré – et de faire aussi les 8H de Suzuka", indique l'Italien, qui ne cache pas une certaine pression exercée par la marque à l'aile dorée pour participer à l'épreuve. "Ceci étant dit, c'est bien sûr une course très importante pour Honda et il a été en quelque sorte fortement invité à faire les 8H de Suzuka."

Un agenda de ministre

Conscient de l'agenda de ministre imposé au pilote sous contrat avec le HRC, Honda met cependant tout en œuvre pour faciliter l'organisation de son pilote, et alléger ainsi sa charge de travail. "Honda organise cela au mieux, en fournissant les meilleurs vols possibles et en évitant des escales dans d'autres pays mais en prenant des vols directs", reprend Cecchinello, dont l'équipe se met également en quatre pour mettre son jeune pilote dans les meilleures dispositions. "De notre côté nous faisons de notre mieux pour l'accompagner à l'aéroport et lui donner suffisamment de temps pour bien dormir avant de venir ici pour les courses."

On rappellera cependant que Nakagami est rodé à l'exercice puisqu'il ne s'agit pas là de son coup d'essai. Quatrième l'an dernier et vainqueur de l'épreuve en 2010, celui-ci visera sans nul doute un nouveau succès sur ses terres dans trois semaines.

Son coéquipier chez LCR, Cal Crutchlow, a lui aussi déjà participé à la course. Mais échaudé par la préparation considérable requise et peu compatible avec la participation au MotoGP, l'Anglais a décliné pour sa part l'offre qui lui avait été faite de prendre part à l'épreuve cette année.

"J'ai déjà fait cette course par le passé, en 2008, et c'est un super show, pour lequel les constructeurs japonais s'investissent beaucoup", reconnaît le vainqueur du Grand Prix d'Argentine. "Chaque année, j'évalue la possibilité de le faire avec le constructeur, mais on a tellement de Grands Prix, tellement de tests…"

Épreuve prestigieuse s'il en est, ce n'est donc pas de gaîté de cœur selon Crutchlow que les pilotes de MotoGP refusent généralement d'y participer. "Vous devriez demander à Taka quel est son agenda en ce moment et vous réaliserez pourquoi aucun de nous ne veut vraiment le faire", poursuit-il. "On veut tous y courir, mais notre agenda à cette période de l'année est beaucoup trop chargé."

On notera cependant qu'en tant que Japonais, Nakagami n'aura pas à effectuer de vols supplémentaires pour se rendre sur le circuit de Suzuka.

Une adaptation aux pneus nécessaire

Et concernant les chances de succès de son poulain, Cecchinello reste optimiste, même s'il estime que l'adaptation aux pneus sera sans doute le défi le plus important. "Il a déjà fait les 8H de Suzuka l'année dernière et il connaît assez bien la CBR, alors en ce qui concerne Taka il n'est pas très inquiet [pour la moto]", reprend le Transalpin. "C'est plus pour les pneus : il va courir avec des pneus Bridgestone, qui ont besoin d'un style de pilotage spécifique, surtout à l'avant, mais nous pensons qu'il pourra y arriver."

Il est vrai que Nakagami devra prendre le pli, en moins d'un an, d'une troisième monte de pneus distincte, après Dunlop [Moto2] et bien sûr Michelin [MotoGP]. Les 8 Heures de Suzuka se dérouleront du 27 au 29 juillet prochains. 

Avec Léna Buffa

Article suivant
Diaporama : Les 18 triplés espagnols en MotoGP

Article précédent

Diaporama : Les 18 triplés espagnols en MotoGP

Article suivant

Officiel - Honda confirme la prolongation de l'accord avec Repsol

Officiel - Honda confirme la prolongation de l'accord avec Repsol
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Pilotes Takaaki Nakagami
Auteur Willy Zinck
Soyez le premier à recevoir
toute l'actu