Oliveira a anticipé son opération pour revenir en forme

Blessé lors d'un accident l'été dernier à Silverstone, Miguel Oliveira avait été contraint d'interrompre sa saison plus tôt afin de subir une opération de l'épaule. Frustré par cette saison 2019 tronquée, il revient avec l'envie de capitaliser sur les progrès effectués avant son forfait.

Oliveira a anticipé son opération pour revenir en forme

Vice-Champion de Moto2 en 2018 avec KTM, Miguel Oliveira a débuté sur une moto de la marque autrichienne en MotoGP en 2019, avec la nouvelle équipe satellite Tech3. Après un début de saison difficile, il a profité des évolutions apportées à sa RC16, qui a reçu des pièces similaires aux motos d'usine, pour se mettre en valeur en Autriche, où il a terminé huitième après une remontée impressionnante.

Une blessure contractée lors de la manche suivante à Silverstone, lors d'un choc avec Johann Zarco, a malheureusement mis fin à ces progrès puisqu'il a roulé avec un certain inconfort lié à cet accident. Une fois le diagnostic effectué, il a finalement été décidé qu'il se fasse opérer avant le terme de la saison. La conséquence directe fut une absence lors des trois dernières courses de la saison, mais cela lui a permis d'être prêt pour les essais de Sepang début février.

"La saison dernière a été l'accomplissement d'un rêve, mais c'est vite devenu assez compliqué, plusieurs défis se sont présentés", se remémore le Portugais. "S'habituer au MotoGP n'est pas simple et il m'a fallu du temps pour apprendre et essayer de comprendre comment adapter mon style de pilotage à la dynamique d'une MotoGP, mais je pense que juste avant la mi-saison, j'avais réussi à optimiser ma vitesse et à améliorer de nombreux aspects sur lesquels l'équipe et moi travaillions, en particulier le freinage."

Lire aussi :

"Je pense que ma saison était productive jusqu'à ce moment, et j'ai eu des moments très difficiles, en particulier avec la blessure, mais je crois que les difficultés traversées en 2019 nous apporteront des résultats en 2020. Je suis arrivé dans une équipe qui n'était pas débutante, mais qui était la première vers laquelle KTM s'était tourné pour étendre son projet à deux autres motos. Cela comprenait des difficultés que n'avait pas encore rencontrées KTM, à savoir fournir le matériel, s'assurer que l'équipe ait le soutien nécessaire pour que toutes les pièces soient prêtes à temps et développer [la moto] en parallèle. Je pense que KTM a montré en 2019 ce qu'ils veulent être en MotoGP, des géants !"

Il n'a pas réalisé immédiatement le sérieux de son état physique, ce qui explique sa présence sur quatre Grands Prix après la Grande-Bretagne. Cependant, ses résultats n'étaient plus au rendez-vous et son confort sur la moto déclinait, ce qui l'a poussé à faire des tests physiques supplémentaires : "Quand j'ai eu mon accident à Silverstone, je n'avais pas idée de la gravité de ma blessure, je ne voulais pas quitter ma moto, et le fait que ma saison s'arrête là m'a laissé un goût amer. Sans aucun doute, je voulais continuer, accumuler les kilomètres et apporter quelque chose de positif au projet, et pour toute l'équipe. Depuis que j'avais commencé à piloter la même moto que l'équipe d'usine, je ressentais la responsabilité d'apporter un retour technique à tout le team et au projet, quand j'ai réalisé que mon épaule me diminuait et que j'étais mal à l'aise sur la moto."

"Les résultats [d'examens] n'étaient pas assez bons pour que je continue et l'on a décidé, l'équipe et moi, avec KTM, de faire cette opération. J'ai ensuite réalisé le sérieux de ma blessure et il y avait en réalité deux problèmes à mon épaule droite, deux choses différentes qui me ralentissaient depuis trois mois, et c'était un moment très difficile. C'était possiblement le moment le plus difficile de ma carrière, j'avais déjà eu des fractures et d'autres blessures, mais celle au tendon m'a miné, car il fallait du temps pour qu'elle guérisse. Les progrès étaient infimes, mais je vais mieux maintenant. C'était une période difficile qui m'a rendu plus fort également sur le plan psychologique, car ça m'a aidé à grandir en tant que personne et en tant que professionnel."

Le directeur de Tech3, Hervé Poncharal, a pu noter les progrès d'Oliveira au fil de la saison, jusqu'à ce Grand Prix d'Autriche durant lequel le pilote a impressionné le Français. Poncharal se remémore le début de saison, et l'apprentissage certes difficile mais très studieux de son nouveau pilote. Selon lui, la manière dont Oliveira a abordé le MotoGP à son arrivée a été cruciale dans sa capacité à progresser par la suite, et ce point positif s'est vu avec les progrès effectués jusqu'à Silverstone.

Lire aussi :

"La saison 2019, ça a été nos débuts avec Red Bull KTM, mais ça a été aussi nos débuts avec Miguel Oliveira" rappelle le dirigeant de Tech3. "On a découvert un jeune pilote vraiment très intéressant, qui a découvert le MotoGP de la bonne manière. Il arrivait du Moto2 en étant vice-Champion du monde. Il a fait ses premiers essais de manière construite. Il a essayé de comprendre le MotoGP, avec ses pneumatiques différents, avec ses freins différents, sans vouloir attaquer tout de suite. Et l'on a vraiment vu, au cours de la première partie de la saison, une montée en puissance. On a vu que Miguel était de plus en plus compétitif."

"Quand on a reçu des évolutions après le Grand Prix de République tchèque, juste avant d'arriver en Autriche, les chronos et les performances se sont améliorés de manière importante. Il a fait une course superbe à Spielberg pour le Grand Prix national de KTM. J'avais Pit [Beirer], Stefan Pierer et Hubert Trunkenpolz dans notre box et on suivait son incroyable remontée tour après tour. J'étais tellement heureux d'arriver à faire ce résultat pour le GP à domicile, qui est très important pour KTM. Avec Miguel, on a fini huitièmes. C'était notre meilleur résultat de l'année et on était vraiment confiants pour la suite du championnat. Vraiment très confiants."

Mais l'accident entre la RC16 officielle de Zarco et celle d'Oliveira a mis fin à cette progression constante. S'en est suivie une période difficile pour le Portugais, qui a tout tenté pour aller au bout de la saison 2019. Mais Hervé Poncharal assure que s'il avait terminé l'année, Oliveira n'aurait pas pu être prêt pour revenir en 2020 : "Malheureusement à l'épreuve suivante, en Angleterre, Miguel s'est blessé à la suite d'un contact avec un autre pilote. Il a eu des gros dégâts au niveau son épaule. On a essayé de continuer, mais il n'a jamais pu rouler comme il sait rouler, comme il peut rouler quand il est en pleine possession de ses moyens. Donc ça a été un petit peu décevant, au moment où on commençait vraiment à sentir l'évolution, et où je pense on aurait pu être vraiment un allié et travailler avec Pol Espargaró de manière construite."

"Il a été décidé que l'on arrête la saison après le Grand Prix d'Australie pour qu'il se fasse opérer. Ce fut un succès, mais on a vu que la blessure était importante donc il fallait vraiment faire l'opération à ce moment-là car sans ça, il n'aurait pas été capable de commencer le championnat 2020 dans les bonnes conditions. Mais il sait que 2020 sera sa deuxième année. Il ne sera plus un rookie. Il va falloir qu'avec Pol, ils soient les deux fers de lance, les deux leaders de KTM en MotoGP, et j'ai confiance en lui. C'est quelqu'un d'intelligent, de humble, et qui a une bonne manière de travailler son équipe. Son chef mécanicien, c'est Guy Coulon, qu'on ne présente plus et qui a une expérience énorme de la compétition moto et du MotoGP. Je pense que le binôme formé par Guy Coulon et Miguel Oliveira fonctionne vraiment bien, je leur fais confiance et j'espère vraiment qu'ils vont pouvoir atteindre les résultats qu'ils méritent."

partages
commentaires
Yamaha rebondit, mais "ce n'est pas suffisant, il faut élever le niveau"

Article précédent

Yamaha rebondit, mais "ce n'est pas suffisant, il faut élever le niveau"

Article suivant

Officiel - Marc Márquez prolonge avec Honda

Officiel - Marc Márquez prolonge avec Honda
Charger les commentaires
Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité ! Prime

Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité !

Prendre le sillage d'un rival pour gagner en performance... ou être celui qui est accroché et donne, de son plein gré ou non, un avantage à un concurrent. Le sujet n'a pas pas fini de faire parler, mais crée en tout cas des dynamiques intéressantes entre les pilotes du plateau MotoGP.

MotoGP
10 juin 2021
Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ? Prime

Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ?

Aveu d'échec mais coup de pouce possiblement bienvenu : l'éligibilité à des concessions en MotoGP peut être vue de plusieurs manières, comme en témoignent les réactions de Marc Márquez et Pol Espargaró à cette évocation...

MotoGP
6 juin 2021
Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre" Prime

Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre"

Toujours aussi passionné, mais aussi ancré dans la réalité, l'ancien pilote Lucio Cecchinello partage avec nous son regard sur les effets de la crise actuelle en MotoGP et la manière dont le championnat devrait selon lui évoluer.

MotoGP
28 mai 2021
Hervé Poncharal, taille patron Prime

Hervé Poncharal, taille patron

Patron du team Tech3 et président de l'IRTA, Hervé Poncharal est une figure incontournable du MotoGP. Aussi impliqué dans le sauvetage du championnat face à la crise sanitaire que touché par l'évolution de la planète, le Français a partagé avec nous son regard sur le monde.

MotoGP
26 mai 2021
Que doit faire Marc Márquez pour revenir à son meilleur niveau ? Prime

Que doit faire Marc Márquez pour revenir à son meilleur niveau ?

Après avoir signé une septième place au Portugal pour son retour fracassant en MotoGP, Marc Márquez entame désormais un long et dur travail pour retrouver le pilotage lui ayant donné six titres en catégorie reine.

MotoGP
23 avr. 2021
Pourquoi l'incident entre Miller et Mir mérite une nouvelle enquête Prime

Pourquoi l'incident entre Miller et Mir mérite une nouvelle enquête

Malgré la décision de Suzuki de ne pas faire appel de l'absence de sanction pour Jack Miller après son incident avec Joan Mir, il est nécessaire d'agir pour ne plus voir ce genre de manœuvre, qui aurait facilement pu tourner à la tragédie à Losail.

MotoGP
9 avr. 2021
Johann Zarco, la victoire avant l'heure Prime

Johann Zarco, la victoire avant l'heure

En à peine 18 mois, Johann Zarco est passé d'un extrême à l'autre en MotoGP, de pilote accablé et sans guidon à leader rayonnant du Championnat du monde 2021. Mais les Grands Prix de Losail ont surtout vu le retour au premier plan d'un homme retrouvé.

MotoGP
5 avr. 2021
Les changements derrière le retour en force de Maverick Viñales Prime

Les changements derrière le retour en force de Maverick Viñales

Sa victoire autoritaire lors de la manche d'ouverture du championnat intervient alors que Maverick Viñales vit une période de changement personnel et professionnel. Est-ce le tremplin vers une lutte pour le titre plus concrète qu'elle ne l'a été par le passé ?

MotoGP
30 mars 2021