Après un test positif, Oliveira va reprendre le travail avec KTM au Qatar

partages
commentaires
Après un test positif, Oliveira va reprendre le travail avec KTM au Qatar
Par :
20 févr. 2019 à 11:45

Le pilote portugais a réalisé d’importants progrès en Malaisie et a pu constater les avancées menées par KTM avec qui il a travaillé en étroite collaboration. Cette semaine, il reprendra la piste pour les derniers essais de pré-saison, à Losail.

Miguel Oliveira a été discret durant le test de Sepang, pour autant le rookie KTM a bien progressé depuis ses premiers essais MotoGP il y a presque trois mois. Il avait en effet terminé dernier à trois secondes du leader à Valence, et avant-dernier (devant un pilote d’essais Aprilia) à 2"6 à Jerez. Ses débuts au guidon de la KTM avaient été compliqués mais grâce à son travail et aux avancées du constructeur autrichien, il a fait un pas en avant en Malaisie.

Lire aussi :

Une coordination avec KTM

Auteur de 158 tours sur l’ensemble des trois jours, le Portugais n’a pas fait partie des pilotes ayant le plus roulé, mais il a cependant testé beaucoup de choses que KTM avait mises au point durant la pause hivernale. Bien que roulant au sein du team satellite Tech3, il est traité au même niveau que Johann Zarco et Pol Espargaró et a bénéficié des mêmes pièces qu’eux.

"Nous avons reçu beaucoup de choses à tester de la part de l’usine et c’est bien lorsque vous pouvez travailler de la même manière que l’équipe officielle", a-t-il déclaré à Motorsport.com. "Le programme, c'est d'avoir des gars de KTM dans notre garage, ainsi que des techniciens pour les suspensions WP pour chaque pilote, et ils travaillent bien évidemment avec ma partie de l’équipe. L’usine KTM reçoit tout le temps nos retours." Les quatre pilotes ont ainsi accès aux données des autres.

Au terme des deux premiers tests réalisés en novembre dernier, KTM a pu prendre conscience des principaux éléments à travailler, et l’un des plus importants concernait le problème rencontré par les pilotes en entrée de virage. Le constructeur autrichien semble avoir trouvé un début de solution. "KTM a amené des composants à tester pour aller dans cette direction et cela a été un bon résultat pour tout le monde", a commenté le vice-Champion du monde Moto2 en titre. "Pour ma part j’ai été plutôt content de la performance de la moto au freinage. Bien sûr, cela peut encore être amélioré, mais ce sont ces petites étapes nous mettant dans la bonne voie qui font qu’à la fin de la journée nous sommes plus rapides."

Un rookie en progrès

En terme de classement et d’écart avec l’homme de tête, la première journée de test a été la meilleure pour Oliveira puisqu’il a terminé 16e, à 1"281, et deuxième meilleur pilote KTM derrière Espargaró. Les jours suivants il s’est classé 20e à 1"775 et 19e à 1"710 mais a cependant amélioré son chrono de près d’une seconde. C’est donc satisfait qu'il est reparti de Sepang : "Le résultat du test a montré que nous avions beaucoup de potentiel. Je suis plutôt content car l’équipe travaille dans la bonne direction. Je pense que nous avons besoin d’un peu de temps pour comprendre où nous pouvons vraiment aller avec la moto."

Le Portugais se montre prudent et ne souhaite pour l’instant pas annoncer d’objectif pour sa première année en MotoGP : "La base est là mais cela change beaucoup d’une piste à l’autre. Je ne peux pas fixer d’objectif sur l’ensemble de la saison car je ne suis pas certain que nous pourrons nous battre pour les points à chaque Grand Prix. Course après course nous pourrons voir quel est le vrai potentiel de la moto."

Lire aussi :

En attendant la première course qui aura lieu dans à peine plus de deux semaines, Oliveira va poursuivre son adaptation à la catégorie au Qatar, lors du dernier test de pré-saison qui s'y tiendra cette semaine. "Nous n’avons pas beaucoup de temps pour comprendre ce qu’il s’est passé à Sepang", a-t-il expliqué. "La première étape sera donc de comprendre sur quoi nous devons travailler. Pour l’instant il semble que nous devions plus nous concentrer sur notre rythme de course et non pas sur notre performance sur un tour. Bien sûr nous allons travailler sur les deux mais le plus important est de comprendre comment notre moto réagit tout au long de la course."

Quoi qu’il en soit, à l’extinction des feux le 10 mars prochain, c’est tout un pays qui sera derrière le rookie, son unique représentant en Grand Prix. "Ce sport a beaucoup d’impact au Portugal et j’y suis plus reconnu, c’est bien. J’ai l’impression d’être une sorte d’ambassadeur des deux roues car j’ai atteint un niveau que personne n’avait atteint auparavant", a-t-il confié, tout en gardant les pieds sur terre. "Cela fait partie de l’Histoire des courses et en même temps vous l’oubliez vite. Il faut juste être un pilote comme un autre."

Propos recueillis par Gerald Dirnbeck

 
Article suivant
Quartararo, des résultats grâce au travail "sur le mental"

Article précédent

Quartararo, des résultats grâce au travail "sur le mental"

Article suivant

Les nouveautés aérodynamiques du début d'année

Les nouveautés aérodynamiques du début d'année
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Événement Essais de Sepang en février
Pilotes Miguel Oliveira
Équipes Tech 3
Auteur Charlotte Guerdoux
Soyez le premier à recevoir
toute l'actu