Oliveira : La mort d'un pilote est un prix trop élevé à payer

Deuxième du Grand Prix d'Italie, Miguel Oliveira a voulu en appeler au respect mutuel entre les pilotes et a questionné les leçons qui pourront être tirées de l'accident fatal dont a été victime Jason Dupasquier au Mugello.

Oliveira : La mort d'un pilote est un prix trop élevé à payer
Charger le lecteur audio

Ce qui est habituellement une journée de fête a tourné aujourd'hui au cauchemar. Jamais le dimanche du Mugello n'avait connu d'atmosphère aussi lourde, le circuit privé de son flamboyant public pour cause de pandémie mais aussi frappé à 12h15 par l'annonce impensable de la mort d'un pilote de seulement 19 ans au visage encore enfantin.

Les deux premières courses du jour s'étaient déjà déroulées dans une ambiance très particulière, celle de la catégorie Moto3 avant l'annonce de cet issue funeste, mais aussi celle du Moto2, dont les pilotes n'ont été avertis qu'après l'arrivée. Les concurrents de la catégorie MotoGP, eux, ont pris le départ après avoir observé une minute de silence, en communion avec le team PrüstelGP et tout le paddock, et frappés de plein fouet par la cruauté de la situation.

Si certains auraient souhaité que la course soit annulée, Miguel Oliveira s'est montré moins tranché et a porté un regard philosophe sur ces événements. "La limite est très ténue entre le fait qu'on veuille battre les autres et le fait qu'on les respecte aussi, et je pense qu'aujourd'hui on est tous venus avec beaucoup de respect les uns pour les autres", a-t-il observé en descendant du premier podium sur lequel il montait cette saison.

"Je crois que la seule leçon que je peux retenir de ce qui s'est passé, c'est qu'on doit de plus en plus se respecter les uns les autres et respecter les limites qu'on s'impose quand on court les uns contre les autres. C'est la pure réalité. Quand on court en groupe, à des vitesses élevées, dans des virages étroits, on peut vraiment faire peu de choses pour éviter une situation comme celle-ci."

"Je ne sais pas ce qu'on pourrait faire. Juste continuer et être respectueux, en tirer des leçons, peut-être réfléchir plus tard à ce qui s'est passé", a ajouté le pilote portugais. "Je ne pense pas qu'il y ait de leçon technique à tirer de la situation. C'est ce qui est malheureux, ça n'a aucun sens. Et s'il y avait des leçons à tirer, ça ne devrait pas à être à ce prix si élevé."

Lire aussi :

"C’est un sport cruel", a concédé Oliveira auprès du site officiel du MotoGP. "Le Moto3 est une catégorie difficile. Tout le monde roule très près les uns des autres et tout le monde essaie d'obtenir une aspiration. Je crois que quand on roule sur une piste où l'on ne voit pas la sortie des virages et où il y a beaucoup d'endroits à l’aveugle, comme à Portimão ou même ici à l’Arrabbiata, si quelqu'un tombe au milieu de la piste il y a vraiment très peu de choses à faire pour éviter un impact. Je ne sais pas quoi en penser. Je ne sais pas si nous devrions changer quelque chose. Je ne sais pas pour le moment. Mais ce qui est sûr, c'est si nous y réfléchissons trop nous ne courrons plus."

Interrogé sur la pertinence d'une minute de silence observée quelques minutes avant le départ d'une course, Miguel Oliveira a vite balayé tout début de polémique. "Je suis désolé pour Jason, pour sa famille. Je ne peux pas imaginer la peine que traversent ses parents, mais on doit continuer. Continuer à courir, c'est le plus grand hommage qu'on puisse lui rendre et rendre à sa famille", a-t-il souligné. "Pour sa famille, je pense que rien ne ramènera leur fils, alors que pouvons-nous dire ? On doit juste continuer à faire notre travail et faire ce qui est en notre pouvoir, lui rendre hommage ainsi qu'à sa famille."

"En ce moment, je pense vraiment à sa famille, à ses parents, à toute son équipe. C'était un garçon extrêmement poli. Je me souviens de lui depuis la Rookies Cup. Sa mère est portugaise donc il y avait une sorte de connexion entre nous. J'ai suivi sa carrière de près, il progressait bien cette saison. C’est un moment triste", a conclu Miguel Oliveira.

Avec Chloé Millois

partages
commentaires
Bagnaia et Petrucci ne voulaient pas disputer la course
Article précédent

Bagnaia et Petrucci ne voulaient pas disputer la course

Article suivant

Marc Márquez reconnaît sa responsabilité dans sa chute

Marc Márquez reconnaît sa responsabilité dans sa chute
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

MotoGP
16 janv. 2022
Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021